Vous consultez : Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier III - Exposé : Le braille : avant et après 1970
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997

Quatre cannes blanches.

Mercredi 13 décembre 2017 à 06:14:42 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une presse braille.
Cet appareil est conçu pour la reproduction de documents braille à grand tirage comme des revues braille. Préalablement, le document a été imprimé sur des plaques doubles de zinc où l'on peut insérer la feuille de papier à imprimer. Un feuillet de 4 pages peut être imprimé par un seul coup de presse.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier III - Exposé : Le braille : avant et après 1970

Table des matières

LES ATELIERS

Première partie : Vers l'autonomie

III. Alphabétisation
Le braille : avant et après 1970

De 1852 à 1970, le braille n'appartient qu'aux utilisateurs; mais, 1970 voit le début de l'ère de l'électronique, et les aveugles n'y échapperont pas.

Au Québec, l'accès direct à l'imprimé nous est offert pour la première fois par l'OPTACON. Temporairement et en apparence seulement, cet appareil mettait le braille en péril, en promettant aux aveugles une lecture rapide et universelle de l'imprimé. On reléguait ainsi le braille à un simple mode de lecture et d'écriture.

En 1976, la France offre le Digi-cassette, plage tactile de 12 caractères braille, qui emmagasinait sur support magnétique (cassette), à partir d'un traitement de texte spécialement conçu, les données tapées à l'aide d'un clavier braille. Cet appareil s'est révélé l'ancêtre de toutes les plages tactiles ultérieures: VersaBraille, Navigator, Alva Braille, Liber, etc.

Les années 80 répondront de façon non équivoque, à la question : "Le braille est-il en train de mourir?" En effet, c'est désormais par le braille que nous accéderons directement à l'imprimé. Par exemple, grâce aux imprimantes braille, nous pourrons prendre connaissance, dans le mode de lecture qui est le nôtre, de documents dont les originaux, saisis à l'ordinateur par des personnes voyantes, n'étaient auparavant imprimés qu'en noir. Aujourd'hui, le même ordinateur peut être opéré par une personne aveugle qui tape en braille, et le même texte pourra être imprimé par elle, selon le besoin, en braille ou en noir. Le braille, sous sa forme électronique, nous permet donc de communiquer, soit par Modem, avec les bases de données, soit par ordinateur, grâce aux logiciels de traitements de texte. Tous ces développements nous ont amenés à vivre, en même temps que tout le monde, la grande révolution actuelle : l'Internet.

La venue des nouvelles technologies est en partie à l'origine de la réflexion qui a abouti au processus d'intégration scolaire des élèves handicapés de la vue. Cette intégration se produit à trois niveaux : social, physique et académique. L'intégration sociale permet à l'élève aveugle de vivre toutes ses activités quotidiennes dans son milieu naturel, près de sa famille et de ses amis. L'intégration physique lui permet d'évoluer dans des lieux et des locaux "normaux", c'est-à-dire, ceux que fréquentent normalement ses proches, ses voisins et ses amis. L'intégration académique lui permet de vivre des réalités d'apprentissage scolaire dans la même classe que ses amis, apprentissage dispensé par des enseignants de son propre milieu.

Ces avantages, si valables soient-ils, ont l'inconvénient majeur d'éloigner l'élève aveugle des services spécialisés dont il a besoin. De par son handicap, l'élève aveugle a, entres autres, un besoin spécifique qui s'appelle : le temps. En effet, il lui faut plus de temps que les autres pour lire les mêmes textes, plus de temps pour écrire, pour se déplacer, etc. L'éloignement des centres spécialisés ne fait qu'accroître ce problème. L'enfant aveugle doit aussi investir beaucoup de temps pour se familiariser avec les nouveaux appareils électroniques et les différents logiciels mis à sa disposition pour la durée de ses études. On remarque également que plus l'enfant habite loin des centres spécialisés, plus l'enseignement qu'il reçoit (le braille, l'utilisation des plages tactiles, l'utilisation des synthèses vocales, les imprimantes braille, tous les logiciels, l'orientation et la mobilité, etc.) repose sur les ressources locales, ce qui risque de réduire considérablement la qualité et la quantité des connaissances spécifiques acquises. En effet, l'enseignant qui exerce dans le milieu social de l'enfant connaît peu - ou pas du tout - le braille; et lorsqu'il le connaît, c'est très souvent qu'il vient tout juste d'en apprendre une partie, indirectement, de quelque conseiller pédagogique qui aura lui-même préalablement suivi un cours d'été et dont il a déjà oublié les trois-quarts, faute de pratique. Quoi qu'il en soit, l'enfant, lui, est maintenu bien loin des spécialistes qui ne viendront le rencontrer qu'à de très rares occasions, une ou deux fois par année.

Permettez-moi l'analogie suivante. Si nous considérions l'enseignement spécialisé aux aveugles un peu sous le même angle que les services hospitaliers aux personnes malades? En effet, lorsqu'une situation requiert une intervention majeure, le médecin exige l'interruption de toutes les activités quotidiennes de la personne, (école, travail, etc.), et hospitalise le malade pour une période plus ou moins longue, afin de lui donner les soins requis par son état. Pourquoi n'en serait-il pas de même pour l'enfant qui, à cause de sa cécité, requiert des apprentissages particuliers, dont les dispensateurs se trouvent très souvent à des centaines de kilomètres? Ne serait-il pas possible alors que cet enfant abandonne, pour quelque temps seulement, son milieu naturel et aille dans un centre spécialisé, afin d'acquérir toutes les habiletés et les connaissances nécessaires pour surmonter les difficultés occasionnées par son handicap?

Pour les aveugles, le supermarché de l'information, que l'on appelle la "mondialisation" devra indéniablement passer par le braille. Or, nous l'avons vu plus haut, le braille n'est pas en voie de disparaître. Mais, compte tenu des avantages et des possibilités inouïes des nouvelles technologies de l'information, et dans la mesure où nous voulons accéder à un maximum de textes, dans un maximum de langues, ne faudrait-il pas songer à promouvoir davantage le braille intégral qui, plus simple, plus universel et plus rapide à apprendre, nous permettrait de lire dans plusieurs langues sans avoir à connaître l'abrégé spécifique à chacune d'entre elles?

Enfin, puisque l'ensemble de nos travaux sur les codes braille s'adresse d'abord aux utilisateurs actuels et futurs, il conviendrait donc d'y associer davantage les jeunes, qui, par leur participation, sauraient sans doute mieux orienter nos recherches en fonction de leurs besoins.

Jacques Côté
Directeur
Braille Jymico
(Québec)


Découlant également de cet atelier


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Au Québec, le nombre de jeunes handicapés visuels âgés de 5 à 21 ans est estimé, dans certains programmes gouvernementaux, à 5135 individus.

TyphloPensée

« L'intuition est à la connaissance, ce que la canne blanche est à l'aveugle. »

Jérôme Touzalin

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.