Vous consultez : Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : L'expérience parentale et le mouvement associatif
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997

Quatre cannes blanches.

Lundi 11 décembre 2017 à 00:38:41 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une montre parlante.
Annonce l'heure à la pression d'un bouton. Économique, mais peu discrète. Elle peut annoncer l'heure à l'heure, dispose de 4 alarmes et d'un chronomètre.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : L'expérience parentale et le mouvement associatif

Table des matières

LES ATELIERS

Première partie : Vers l'autonomie

I. Développement social - Vie associative et coopération internationale
· L'expérience parentale et le mouvement associatif

Apprendre un beau jour que son enfant a une déficience visuelle est une réalité à laquelle personne n'a été préparé. Chaque parent a sa propre façon de réagir, influencée par certaines valeurs, la sévérité de la déficience - parfois associée à une ou plusieurs déficiences secondaires -, le moment de l'apparition de cette déficience et la façon dont ils apprennent le caractère permanent de la déficience.

C'est souvent à l'hôpital que les parents ont l'occasion de rencontrer, pour la première fois, d'autres parents d'enfants handicapés. Ils sont là, pleins d'espoir et d'incertitude, pour ensuite retourner chacun chez soi, seuls. Lorsque le diagnostic confirme chez l'enfant un problème visuel majeur, c'est toujours, même pour les parents les mieux prévenus, un choc qui fait mal. On ne veut pas admettre, on espère un miracle, on souhaite que cela soit un mauvais rêve et on a tendance à nier l'évidence. Surtout, on se sent coupable, ce qui accroît le sentiment de révolte. Puis, peu à peu, on apprend à vivre au jour le jour. Progressivement, on réorganise sa vie, certaines valeurs changent et l'on se découvre une force intérieure toute nouvelle. On se dit : "Et si c'était moi qui avait une déficience visuelle..."

C'est alors qu'on cherche à connaître les meilleurs moyens d'aider son enfant à vivre ce qui, pour tout parent, restera toujours une situation difficile, mais dont on commence à apercevoir les solutions constructives. On discerne peu à peu le potentiel physique, intellectuel et affectif de son enfant; on dit oui à demain et on se prépare à affronter les obstacles qui obstrueront parfois la route, dans un monde que l'on accepte enfin de découvrir. Pour y parvenir, une association de parents se révèle souvent d'une grande efficacité.

La prise de contact, ou plutôt, l'envie de nouer des liens avec d'autres parents d'enfants handicapés varie beaucoup d'une famille à l'autre. Plusieurs raisons poussent les parents à echercher la société de leurs pairs : le besoin d'être écouté par quelqu'un qui les comprend, qui partage les mêmes réalités, les mêmes angoisses, les mêmes doutes, qui recherche lui aussi des solutions, des outils et des moyens d'aider son enfant dans son développement académique et social; le besoin de s'identifier à un groupe de personnes qui les acceptent sans les juger, qui les guident sans les contraindre, tout au long d'un cheminement personnel parfois difficile ou de revendications collectives, autant en faveur de leurs propres droits parentaux que de ceux de leur enfant.

Depuis 1980, l'Association québécoise des parents d'enfants handicapés visuels (AQPEHV) tente de répondre aux besoins des parents. Il s'agit d'un organisme sans but lucratif dont la mission d'entraide a pour but la défense des droits et la promotion des intérêts des parents et des enfants de 0 à 21 ans dans les principales sphères d'activités qui touchent l'enfance et la jeunesse : jeu, sport, éducation, socialisation, développement corporel, psychologique, intellectuel, etc.

L'AQPEHV s'adresse aux parents du Québec, individuellement ou collectivement. Elle constitue un lieu de rassemblement et de ressourcement (rencontres régionales, colloque annuel, activités sociales, bottin de parents, bulletin, etc.), de même qu'un lieu de conseil, d'information, de référence et d'orientation par rapport à la multiplicité et la complexité des ressources spécialisées d'intervention disponibles.

L'AQPEHV offre également un service d'accompagnement et de soutien technique dans diverses démarches auprès d'instances publiques ou administratives ainsi que des sessions de formation (braille, informatique, codes de procédures, etc.) et participe activement à des actions visant la défense des droits des enfants et de leurs parents.

L'AQPEHV a récemment développé de nouveaux secteurs d'activité, axés davantage sur des services directs aux parents, notamment un programme de visites à domicile pour tous les nouveaux membres (Répit - Stimuli!).

L'AQPEHV, qui collabore étroitement avec les milieux d'intégration scolaire, a amorcé des travaux de recherche sur l'utilisation des nouvelles technologies de l'information comme outils d'apprentissage et espère ensuite mettre au point un programme de sensibilisation à l'intention des écoles.

Ce sont les parents eux-mêmes qui, à travers les structures dont s'est dotée l'AQPEHV, déterminent quelles seront les actions à entreprendre dans chacun des secteurs d'activité et qui en évaluent chaque année les résultats.

L'AQPEHV a depuis longtemps reconnu l'importance de travailler main dans la main avec d'autres organismes et associations préoccupées du bien-être des enfants handicapés et de leur famille, particulièrement dans le cas de familles monoparentales ou d'enfants atteints de multi-déficiences. Au niveau international, notre association se préoccupe de plus en plus d'échange de documentation avec les pays européens et l'UMA.

Comme tous les regroupements de citoyens, les principales difficultés que rencontre l'AQPEHV ont trait au financement de ses activités, à la disponibilité de ses bénévoles, la mobilisation de ses membres et à la relève administrative. Mais les fondements mêmes d'entraide, de compréhension et de partage sur lesquels repose l'association, les efforts de tous ordres investis et la réponse enthousiaste des parents nous permettent de croire à un avenir prometteur.

Hélène Laporte
Présidente
Association québécoise de parents d'enfants handicapés visuels (AQPEHV)
(Québec)


Découlant également de cet atelier


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Maurice de la Sizeranne naquit le 30 juillet 1857 à Tain (France). Il perd la vue à l'âge de 9 ans. Son œuvre est colossale. Mentionnons seulement qu'il est le fondateur de l'Association Valentin Haüy (1889). Il meurt le 13 janvier 1924 à l'âge de 66 ans. Encore aujourd'hui, plusieurs de ses réalisations poursuivent l'œuvre qu'il a amorcé permettant ainsi aux aveugles et amblyopes d'aspirer à une vie active et productive.

TyphloPensée

« Si l'on donne un baiser les yeux fermés, ce n'est pas tant que l'amour est aveugle, mais pour concentrer toute son attention sur ce qu'on va faire ensuite. »

Anonyme

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.