Vous consultez : Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : La mobilisation des personnes déficientes visuelles
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les Actes du Forum de l'U.M.A.- Juin 1997

Quatre cannes blanches.

Vendredi 25 mai 2018 à 03:24:55 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un livre pour enfant.
Une page de livre pour enfant réalisée sur du papier SwellTouch (thermogonflage). Procédé par lequel l'encre prend du relief lorsqu'on applique une chaleur.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : La mobilisation des personnes déficientes visuelles

Table des matières

LES ATELIERS

Première partie : Vers l'autonomie

I. Développement social - Vie associative et coopération internationale
· La mobilisation des personnes déficientes visuelles

"Aide-toi et le ciel t'aidera!" Ce dicton s'applique parfaitement aux personnes déficientes visuelles comme, d'ailleurs, à toute minorité contrainte de défendre ses droits. Depuis des décennies, les handicapés de la vue ont largement contribué, par leurs actions et par leurs luttes, à se faire mieux accepter par la société et à obtenir une certaine égalité des chances qui leur était trop souvent contestée.

C'est au début de ce siècle, déjà, que les premières organisations d'entraide de handicapés visuels ont été créées. Leurs initiateurs souhaitaient que les personnes aveugles ou malvoyantes puissent défendre elles-mêmes leurs intérêts sans s'en remettre toujours à des âmes charitables qui parleraient pour elles. Une telle évolution n'a toutefois pu se faire qu'au moment où les déficients visuels avaient acquis déjà une certaine autonomie. Il est évidemment impossible à des gens confinés, pour ne pas dire cachés, au sein de leurs familles, de s'unir ou même de se réunir.

Les organisations d'entraide ont essentiellement deux fonctions : les membres se soutiennent mutuellement, échangent des idées et puisent force et courage dans les expériences des autres. Des dizaines, voire des centaines de voix, se font mieux entendre qu'une voix isolée. On ne saurait contester que les améliorations survenues dans l'existence des personnes handicapées de la vue ont été largement inspirées par leurs organisations. Toutefois, pendant longtemps, ces organisations reposaient avant tout sur le bénévolat. Or, au fil des années, leurs activités se sont de plus en plus professionnalisées.

À l'heure actuelle, toutes les grandes organisations d'entraide ont des collaborateurs salariés dont beaucoup, pour ne pas dire la plupart, sont des personnes qui voient normalement. Le danger est donc bien réel de voir les personnes handicapées de la vue se désintéresser du sort commun, convaincues que leurs intérêts seront défendus par des professionnels avertis. Certes, ces collaborateurs font généralement un excellent travail mais cela ne suffit pas; les aveugles et les malvoyants doivent conserver la maîtrise de la défense de leurs droits et surtout maintenir les contacts entre eux. Cela ne signifie pas, bien au contraire, qu'ils doivent vivre en vase clos. Mais, pour être ouvert aux autres, il faut être bien dans sa peau. Les organisations d'entraide peuvent puissamment contribuer à ce qu'une personne handicapée se sente bien parce qu'elle se sentira confortée dans sa volonté d'indépendance et saura qu'elle n'est pas seule à tendre vers cet objectif.

Nous vivons cependant à l'heure de l'individualisme et il est évident que l'entraide n'est plus ce qu'elle était. Pendant la période de haute conjoncture, bien des déficients visuels ont trouvé un emploi et ne ressentaient plus la nécessité de s'unir pour défendre des droits qu'ils croyaient acquis définitivement. Le ralentissement économique actuel montre bien que ce n'étaient là que des illusions.

Plus que jamais, nous devons resserrer nos rangs. Nous devons trouver parmi nous des porte-parole compétents et fiables. Comment redonner vie aux organisations d'entraide? C'est la question qui se pose et à laquelle nous allons tenter de trouver ensemble une réponse satisfaisante.

Roger Cosandey
Secrétaire
Fédération suisse des Aveugles (FSA), Section Suisse romande
(Suisse)


Découlant également de cet atelier


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Une étude américaine publiée en 1982 démontre que la reconnaissance des aveugles comme citoyens à part entière est loin d'être acquise. De plus, il appert qu'un niveau d'étude plus élevé favorise d'une manière significative l'atteinte de cet objectif.

TyphloPensée

« La chose la plus belle d'un individu, n'est pas l'image qu'il représente, mais la lumière intérieure qu'il dégage. »

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.