Vous consultez : Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : La coopération entre pays francophones
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997

Quatre cannes blanches.

Mercredi 13 décembre 2017 à 06:12:17 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un poste de travail adapté.
Un poste de travail adapté aux personnes aveugles utilisant : un afficheur braille PACmate et la revue d'écran JAWS. L'application actuellement en cours sur l'écran : Duxbury Braille Translator un logiciel dédié à la transcription braille.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : La coopération entre pays francophones

Table des matières

LES ATELIERS

Première partie : Vers l'autonomie

I. Développement social - Vie associative et coopération internationale
· La coopération entre pays francophones

Extrait d'un rapport d'activités du Comité international de coopération avec les aveugles des pays francophones en développement (CICAPFD)

Depuis leur fondation vers la fin du XIXe et le début du XXe siècle, les organismes et associations pour personnes aveugles d'Europe et d'Amérique du Nord reçoivent des demandes d'aide de tous ordres en provenance des pays en voie de développement. Ces dernières années, ces demandes de soutien tant financier que matériel n'ont cessé de s'accroître et les associations et organismes sollicités ont tenté d'y répondre positivement. Cette coopération a grandement contribué à la réalisation de projets intéressants, permettant ainsi à des milliers de femmes et d'hommes handicapés de la vue de bénéficier d'une meilleure qualité de vie et de jouer pleinement leur rôle de citoyenne et citoyen à part entière au sein de la communauté.

Cependant, depuis le début des années 80, des périodes de récession successives ont contraint les populations des pays occidentaux à une plus grande rationalisation de leurs dépenses. Ceci a eu un impact significatif sur les ressources financières des associations et organismes typhlophiles qui, pour la plupart, vivent de la générosité du public. En outre, la prolifération des campagnes de charité pour un nombre sans cesse croissant de causes, toutes aussi valables les unes que les autres, a également entraîné une diminution des rentrées de fonds.

Donc, une réduction des revenus, jumelée au désengagement de certains gouvernements au chapitre de l'aide aux pays en voie de développement, aura eu des répercussions sensibles sur le soutien qu'étaient en mesure d'apporter à ces pays les organismes sollicités.

Conscients des immenses besoins des pays en développement ainsi que du rôle qui leur incombe, les associations et organismes typhlophiles impliqués dans la coopération internationale se sont alors mis à la recherche de nouvelles avenues devant leur permettre de pallier à cette situation socio-économique. Ils ont vite compris l'importance de se regrouper à l'intérieur d'une structure qui leur permettrait de se concerter et de coopérer afin d'être en mesure de poursuivre d'une façon plus rationnelle leur action humanitaire.

C'est à l'initiative de l'Union mondiale des aveugles et de son secrétaire général, M. Pedro Zurita, en collaboration avec La Croisade des Aveugles, que se tenait en décembre 1994 la première rencontre des associations et organismes francophones impliqués dans la coopération internationale. Un mois plus tard était mis sur pied le Comité international de coopération avec les aveugles des pays francophones en développement (CICAPFD).

Le rôle premier du Comité est de favoriser la concertation et la coopération entre les organismes intervenant dans les pays francophones en développement. À cette fin, une banque d'informations, qui est en cours d'élaboration, contiendra, entre autres, des renseignements sur les associations requérantes, les détails des projets en cours, les détails des demandes ainsi que la nature et la source du soutien accordé.

Les actions du Comité consistent principalement à organiser et à tenir, dans les pays en développement ciblés, des séminaires devant s'inscrire dans le cadre du Projet institutionnel de développement (IDP), tandis que les organismes membres, pour leur part, poursuivent parallèlement les projets de coopération en cours et collaborent à la réalisation de nouveaux projets.

Parmi les activités concrètes de ce jeune Comité et ses résultats, notons :

  • la construction, l'aménagement et l'équipement d'un pavillon médico-social au Zaïre, financés par l'AVH et La Croisade des Aveugles;
  • une mission au Sénégal en avril 1995 ayant permis de constater les carences importantes au chapitre de l'éducation, des programmes d'intégration au marché du travail et des programmes socio-économiques;
  • en juillet 1995, une contribution de l'INCA nous permettait de participer à la réunion annuelle de l'Exécutif de L'Union africaine des Aveugles (UAA), qui avait lieu à Pretoria, Afrique du Sud. Précédant cette rencontre, un séminaire de formation fut donné, auquel participaient les membres de l'Exécutif de l'UAA ainsi que les membres du Comité d'action féminine. Ce fut une bonne occasion d'approfondir nos connaissances de la réalité africaine et de prendre conscience des disparités qui existent au niveau des méthodes de fonctionnement entre l'Afrique francophone et l'Afrique anglophone. Nous avons pu constater l'impact du programme IDP sur les pays anglophones qui avaient déjà eu l'occasion d'en bénéficier;
  • en mars 1996, nous avons effectué une mission en Haïti afin de faire le point sur l'état de la situation des personnes aveugles de ce pays, qui vivent dans des conditions "infra-humaines", en tenant compte des priorités établies par la Société haïtienne d'Aide au Aveugles (SHAA) et de la situation globale du pays.

(...) Les besoins des pays en développement sont tels que la mission du CICAPFD peut sembler impossible. Mais chaque action est d'autant plus importante qu'elle contribue à sensibiliser les autorités politiques des pays visés et, par la même occasion, à améliorer le sort de nos frères et soeurs aveugles.

En permettant au coordonnateur du Comité de consacrer plusieurs mois de travail à l'organisation, à Montréal, du Forum des pays francophones membres de l'UMA réunissant 21 pays et près d'une soixantaine d'associations et organismes du milieu de la déficience visuelle, le CICAPFD a grandement favorisé la tenue de cette première internationale pour les personnes aveugles de la Francophonie.(...)

Pierre-Paul Bélanger,
coordonnateur du Comité


Découlant également de cet atelier


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Louis Braille naquit le 4 janvier 1809 à Coupvray, petit village agricole de la banlieue Est de Paris. Il mourut à Paris, à l'âge de 43 ans, le 6 janvier 1852. C'est vers 1825 qu'il mit au point l'alphabeth qui, déshormais, porte son nom. Aujourd'hui encore, il est utilisé comme système de lecture et d'écriture par les aveugles du monde entier.

TyphloPensée

« Des pensées sans contenu sont vides, des intuitions sans concepts, aveugles. »

Emmanuel Kant - Critique de la raison pure

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.