Vous consultez : Le Typhlophile / Le tandem Pénélope-Ginette se resserre
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Le tandem Pénélope-Ginette se resserre

Quatre cannes blanches.

Lundi 11 décembre 2017 à 00:43:03 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une Index Basic.
L'Index Basic est une imprimante braille ou embosseuse, feuille à feuille, de type personnel. Elle imprime environ 2 pages à la minute.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Le tandem Pénélope-Ginette se resserre

(Ce texte, est la sixième partie d'une généreuse contribution de Ginette, qui partagera avec nous son apprentissage vers une autonomie plus grande.)

Mardi, le 28 novembre, nous fîmes une charmante promenade sur les trottoirs du centre-ville de St-Hyacinthe. C'était fort agréable car les rues étaient un peu plus fréquentées que les routes dont nous avions l'habitude. Les petites boutiques laissaient entendre des airs du temps des fêtes et certains passant complimentèrent ma compagne pour sa bonne mine et son beau poil. Pénélope n'était pas du tout indifférente à tous ces beaux mots car je sentais le mouvement de sa queue s'accélérer à chacune de ses rencontres.

Le tandem que nous formions Pénélope et moi se resserrait peu à peu. Je fis avec elle un parcours à peu près parfait. Toutefois, elle effectua un mouvement inattendu qui provoqua un éclat de rire de ma part. Pénélope bondit d'une façon fort comique lors d'une descente de trottoir afin d'éviter une grosse flaque d'eau. Mal lui en pris ! Hélène qui m'accompagnait lui fit recommencer au moins six fois en l'obligeant à mettre ses précieuses « papattes » dans l'eau glacée. Flic flac, flic flac, La vilaine s'exécuta de mauvaise grâce.

Mercredi matin, la petite troupe se retrouvait à l'intérieur du centre commercial de St-Bruno. Pénélope était au comble de la joie! Que de choses à regarder et à renifler dans ce magnifique endroit! De plus, c'est elle qui décidait de la direction à prendre. Moi, je me contentais de la suivre en marchant le plus près possible de son corps afin de ne pas accrocher les obstacles. Bien entendu, ma compagne montra une nette préférence pour les comptoirs alimentaires. Par le plus grand des hasards sans doute, nous fîmes à quelques reprises le tour d'un ensemble de tables où les consommateurs s'alimentaient. Pénélope n'avait pas le droit d'approcher son gros nez de la nourriture mais elle réussissait sûrement à capter quelques odeurs intéressantes. Et puis, en plein centre d'un large passage, nous nous sommes retrouvés soudainement devant le Père Noël ! Ho ! Ho ! Ho ! La chienne demeura sans bouger durant quelques minutes devant ce gros bonhomme qui devait lui apparaître si étrange. À moins que ce ne soit la vue des rennes qui la fascinait ainsi ? Les enfants autour de nous s'exclamaient beaucoup plus sur la beauté du « pitou pitou » que sur la présence de l'illustre vieillard.

En terminant cet exercice vraiment amusant, Édouardo m'apprit à monter dans un escalier mobile. Cela m'effrayait un peu car je savais que ma chienne courait le risque de se blesser les pattes dans ce genre d'endroit. Tout juste avant de sortir de ses escaliers, je devais l'empoigner fermement par une partie de son harnais et lui commander d'effectuer un petit saut de crapaud. Tout se passa très bien mais je me promis de préférer les escaliers standard lors de mes déplacements. Un peu d'exercice ne fait jamais de mal à personne !

Jeudi matin, bousculés un peu par le temps, nous n'avions qu'un court trajet à faire à St-Hilaire. En chemin, je sentis nettement des mouvements brusques dans mon harnais. Hélène m'avertit du passage d'un écureuil et me demanda de corriger ma chienne sur le champ. Elle ne se concentrait plus sur son travail et le nez pointé en l'air cherchait à savoir où se cachait ce drôle d'animal capable de grimper aux arbres avec autant d'agilité. Comme premier avertissement, un simple « brassage de harnais » suivi d'un « porte attention » devait suffire à ramener la fautive à ses devoirs. Pénélope ignora l'avertissement et continua son manège de plus belle. Aux grands maux, les grands moyens ! La délinquante se retrouva les deux pattes avant pédalant dans le vide et le cou à l'étroit dans son étrangleur ! Après avoir écouté un sermon de circonstance « méchante fille, méchante fille ! », Pénélope repris la route, tout à coup redevenue comme par miracle attentive à bien accomplir la tâche qui était la sienne.

Le jeudi après-midi nous réservait une petite surprise. À tour de rôle, nous devions nous promener au hasard de la ville en effectuant un parcours de façon sécuritaire. Nos instructeurs nous suivaient de loin et n'intervenaient qu'en cas de nécessité absolue. Difficile de décrire mon état d'âme durant cette petite heure de liberté. Je crois que des barreaux de prison venaient subitement de céder devant moi. Pas de tâtonnement à l'aveugle pour trouver les trottoirs ou se sortir d'un mauvais pas. Par exemple, si je m'égarais par une faute d'inattention dans un vaste stationnement, je n'avais qu'à écouter d'où venait le bruit de la circulation automobile. Puis je donnais tout simplement l'ordre à ma chienne d'aller de l'avant. Pénélope m'emmenait alors sans hésitation aucune au trottoir. Et puis, les chiens possèdent une mémoire des lieux fabuleuse. Bien avant d'être arrivée au restaurant qui constituait le point de rencontre, ma chienne accélérait son pas, contente de revenir dans un endroit qu'elle connaissait. Je lui demandais de trouver l'auto et elle allait comme une bonne et sage fille se placer à coté de la fourgonnette.

Le vendredi matin, nos instructeurs nous donnaient une note allant de zéro à dix afin de nous permettre d'évaluer notre performance au harnais. J'eus droit à un huit sur dix. Youpi ! Moi et une autre compagne de galère avions les plus belles notes. Pardon pour l'énorme accroc à la modestie.

Vers la fin de l'après-midi, Christian vint me trouver dans ma chambre et m'annonça que c'était l'heure du bain. Pas le mien bien sûr! Non, je devais me rendre au chenil pour y apprendre la façon de laver un chien. Une pièce y était spécialement aménagée à cet effet.

En premier, je commandais à Pénélope de sauter dans la baignoire. Celle-ci avait été surélevée afin d'éviter les maux de dos aux courageux qui se donnaient la peine d'effectuer eux-mêmes cette besogne.

Pour débuter, j'arrosais la chienne copieusement avec un jet d'eau chaude. La pauvre chouchoute ! Elle penchait la tête vers l'avant d'un air misérable. Puis, ce fut à mon tour de me retrouver dans un piteux état. L'arroseur arrosé ! Pénélope s'ébroua et du coup mes vêtements s'en retrouvèrent complètement imprégnés d'eau. Le rire sadique qui se fit entendre dans mon dos m'indiqua que Christian n'éprouvait aucun sentiment de compassion face au triste sort qui était le mien. Le sacripant ! Il avait oublié de me fournir un tablier. Je le soupçonnais fort de l'avoir fait exprès !

Lorsque ma chienne eut enfin l'air d'un pauvre chat mouillé, j'entrepris de la savonner. Après un bon rinçage et un bref passage à la serviette afin d'éponger le trop plein d'eau il fallait lui demander de sortir de la baignoire et de sauter sur une table. L'opération du séchage prit un bon vingt minutes. Enfin, la pomponnée put revenir à la résidence. Elle le fit au pas de course trop contente de quitter le chenil qu'elle n'avait que trop vu. Pas moyen de la ralentir !

Le samedi après-midi, nous recevions tous la permission de partir dans nos familles pour la fin de semaine. Ce fut l'occasion pour Pénélope de faire connaissance avec Paprika, la petite chienne de ma fille. C'était du plus haut comique de voir la petite imiter tout ce que faisait la grosse.

Pour moi, une troisième semaine s'achevait. J'étais consciente des choses qui me restaient à apprendre mais j'avais tout de même très hâte de revenir pour de bon à la maison parmi les miens.


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Galilée, le physicien et astronome italien né en 1564 et mort en 1642 était aveugle quand en 1638 il a écrit le livre intitulé Discours et démonstrations mathématiques concernant deux nouvelles sciences, lequel est considéré comme la synthèse de son œuvre scientifique. On peut certainement affirmer qu'on a jamais plus vu le monde comme auparavant après la publication de ce livre là!

TyphloPensée

« Il ne faut pas changer un cheval borgne contre un aveugle. »

Adrien de Montluc - La comédie des proverbes

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.