Vous consultez : Le Typhlophile / Indy de Toulouse à Dunkerque en passant par Eurodisney
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Indy de Toulouse à Dunkerque en passant par Eurodisney

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 22:37:21 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une Impacto.
L'imprimante braille ou embosseuse Impacto, un produit Allemand, est un appareil qui permet d'effectuer des impressions braille à gros volume. D'une rapidité approximative de 12 pages minute.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Indy de Toulouse à Dunkerque en passant par Eurodisney

(Ce texte, est la première d'une généreuse contribution de Jean-Louis. Merci de ce témoignage touchant, qui j'en suis persuadé, vous plaira comme il m'a beaucoup plu.)

Voilà depuis fin décembre que m'accompagne Indy dans tous mes nombreux déplacements. Si la chose n'a pas été facile au début et bien que la partie ne soit pas encore finie, les résultats sont déjà très encourageants.

Tout d'abord, signalons le courage de l'école de Louviers dirigée par un couple merveilleux de gentillesse, d'humanité et de ténacité que sont Guy et Françoise Piedefer.

À cette école, j'ai pu, contrairement au refus de l'école de Wasquehal, qui me trouvait trop actif pour être aider d'un chien, j'ai pu commencer à m'apercevoir qu'avec Indy, je serai plus décontracté dans mes déplacements professionnels et dans mes loisirs.

Oui, car grâce à cette école composée de gens accueillants et dévoués à notre autonomie, je me surprends de temps en temps à siffler le long du trajet, tout en conversant avec la demoiselle, ma princesse fière de me guider.

Pourtant sa vie avait mal commencée car, battue par ses " maîtres ", elle fut recueillie par un éducateur courageux, Frédéric, celui-ci pris la responsabilité de l'éduquer et être sa famille d'accueil, aidé de Mme delaleau.

Un an de travail, d'amour et de non convention me permit de faire connaissance avec cette superbe Indy, une chienne croisée épagneul et brac allemand.

Donc le pari était engagé et le travail commence.

Ah ! si Indy est une chienne vraiment superbe comme tous les passants le disent si bien, oui parce qu'ils viennent beaucoup à mon contact : la canne fait peur mais non le chien. oh ! elle est bien belle mais têtue aussi !

Pas de chance pour elle ! son nouveau maître est lui aussi très têtu alors, pour un couple, c'est un couple animé mais aussi très vite très complice, car tous les deux nous fromontions un attentat dirigé vers notre " gentils tortionnaire " d'éducateur qui nous faisait bosser du matin au soir.

Mais il est vrai qu'auparavant j'avais eu un avant goût de ce qui m'attendait car trois jours durant, Sandrine, instructrice en locomotion de l'école, me fit analyser les divers trajets du travail que j'effectuerai avec Indy tout en philosophant sur les trous de circulation pendant les heures de pointe ; eh oui, rien n'est laissé au hasard à Louviers !

Non rien car, lors de la visite de

Christophe et Sylvaine qui suivit ma candidature, ils se lièrent contre moi pour me faire trimer alors que je pensais déjà partir avec un harnais à la main. Tu parles ! ... l'étude de ma personnalité, de ma capacité d'autonomie, de mon rythme et de mes besoins. Enfin bref, comme je vous le disais : rien au hasard. Mais ces " petits tortionnaires " avaient réussi leur coups car, deux mois après ma demande, un appel téléphonique en plein travail me précise que ma compagne était prête à me faire bosser.

Je restais k o, debout tel le SDF gagnant la super cagnote du Loto.

Ah que j'étais heureux...! je commençai à tout bouleverser dans la maison.

Le flipper de collection qui hornait mon séjours et bien servirait à accueillir sa niche, la vieille cuisinière dans la buanderie servirait de table de toilettage, ah ! et ce placard servirait de stokage pour les aliments, friandises, brosses et jouets.

Allez, tout le reste aux encombrants !

Bon, bon ! tout est fin prêt pour le duo ; je m'empressais de rejoindre l'école pour une première semaine de stage.

Mais la Didoune n'était pas aussi docile que je le pensais : les lignes, les trottoirs et les escaliers, elle les donnait certes, mais, quand Sa Majesté en avait décidé autrement, et bien, un malicieux tête-à- tête, bien orchestré par Fred le légionnaire, s'installait entre nous, c'était à qui cédera le premier.

Il est vrai qu'à ce jeu, au début, elle remportait souvent la manche et dans ces moments, le légionnaire était toujours là pour me soutenir en bon manager qu'il était.

Alors, après une semaine totale de travail acharné, la diablesse, bien que ne m'ayant pas beaucoup épargné, ne voulait plus me quitter ; lors de la remise officielle, elle réussit à faire pleurer d'émotion la responsable de la SPa car je ne put faire mon discours sans mon Indy presque sur mes genoux.

Le week end arriva et je pensais bien être enfin, un peu à l'abri de mon légionnaire, et bien non ! celui-ci décida de m'accompagner jusqu'à la nouvelle demeure de ma désormais, inséparable compagne. Même le week end il persista !

Heureusement, je recevait en même temps mes enfants : Lucile huit ans, Maxime douze ans et Coline treize ans. La joie que reflettait leur visage suffit à nous redonner courage mon légionnaire et moi.

Ah, il fallait la voir la Didoune dans des lieux nouveaux pour elle à faire des bonds d'un mêtre et demi en courant près des étangs et à s'amuser avec toute la famille.

Je passerai sur la deuxième semaine qui fut tout aussi dense que la première. ah qu'il était bon, le soir, de se retrouver moi, dans ma chambre, Indy sous le flip et notre éducateur à l'hotel ! c'était une nuit de tranquillité qui nous servait Indy et moi à essayer de trouver un moyen d'écarter notre légionnaire rebaptisé frédéricmetrix tellement sa minutie était millimétrée.

En haut bien non, il revenait toujours à l'assaut, j'avais beau lui faire des déjeuners bien copieux pour que, terrassé par la fatigue, il nous foute la paix, rien n'y faisait !

Mais tout de même, comme un bon père noël qu'il était, car c'était la veille de la nativité, il prit congé.

Ouf ouf la liberté ! le duo magique pouvait enfin s'évader.

Mais je pus vite m'apercevoir que Frédéricmetrix ne c'était pas trompé tant il fallait être très vigilant car la demoiselle un peu jouette de temps en temps me perdait et sans autre recour que ma canne je retrouvais mon chemin mais le jour de noël me faire ça ! il en suffisait pour avoir l'idée de tout abandonner mais, avec l'appui de mon amie Laurence qui avait déjà l'expérience de dix mois de chien guide, je repris le harnais et la joie reprit vite le dessus.

Le lendemain de Noël, mon premier déplacement professionnel avec Indy fut à Bethune ; l'envie de confier Indy à un copain afin que je puisse partir, car j'étais inquiet à l'idée de me faire guider par elle, me fut vite réprimendée par Laurence qui m'intima l'ordre de ne pas me dérober.

Grand bien lui pris, car, mort dans l'âme Indy me conduisit jusqu'à la gare. bon là, pas trop de problèmes car Frédéricmetrix nous avait fait faire et refaire ce trajet. comme quoi, son entêtement commençait à me réjouir ! En gare de Lille je pris une fois de plus l'agent par le coude car la nouvelle globetrotteuse avait trop envie de tourner la tête dans toutes les directions sauf dans celle dudit agent.

À béthune, je pris un taxi car je ne connaissais pas le chemin. Assis dans le fond du véhicule, je me demandais pourquoi un chien ? Mon autonomie était encore tributère d'un agent et d'un taxi.

J'arrive chez la personne que je devais former, j'ai eu beaucoup de mal à contenir Indy qui était toute contente de voir du pays et des gens.

Ah, grand bien donc d'exécuter les ordres de Laurence et les méthodes de Frédéricmétrix, car, à la fin du cours, je m'empressais de commander un taxi, mais là, plus personne de libre avant le départ du train. Devant cet imprévu, je réfléchis et je demandai à mon élève qui étais aussi aveugle, si la gare n'était pas trop difficile d'accès. Cette personne me dis : " la porte à droite, trois cents mètres plus loin croisement, là, prendre à droite puis troisième à droite et deuxième à gauche et vous y êtes.

Bon, la marche à pied était la seule solution. Alors, avec beaucoup de concentration, nous nous mîmes en route. Vingt minutes plus tard, les larmes démotion dans les yeu, nous étions dans le train.

Il est bien évident que contrairement à l'habitude, je laissais l'ordinateur dans sa malette pour couvrir ma radieuse Indy de caresses ; comme aurait dit Amstrong sur la lune : " un petit pas pour moi, un grand pas pour notre bonheur "

Le lendemain Laurence venait passer le nouvel an avec moi accompagnée de sa charmante Oëlle qui fut, en août dernier, l'étincelle qui raviva la mèche de mon envie de chien guide car cell-ci nous ballada dans les rues de Nice et je trouvais ça déjà très libre.

La confrontation d'indy et d'Oëlle fut très bénéfique, car c'est cette dernière qui marchait devant, alors ma petite compagne fut prise certainement d'un sentiment d'orgueil et la voilà me donnant les lignes avec beaucoup moins de problème, sans doute pour que ce soit elle qui passe devant, ce qui fut fait.

Après les fêtes vint le départ pour Toulouse avec un changement à Paris. Dans le métro, la tête d'Indy tournait toujours tantôt à droite, tantôt à gauche. En effet, j'eu beaucoup à la canaliser mais avec patience et l'aide de voyageurs, nous faisions gare du Nord gare d'Austerlitz sans trop de problèmes et en toute autonomie, oui, car l'aide que je demandais, je l'utilisais seulement pour confirmer si la direction que je prenais était la bonne. Les franciliens, certainement enchantés de voire notre duo, nous renseignaient avec beaucoup de plaisir. De ce fait, je pus vite me rendre compte qu'indy allait être un intermédiaire pour engager les conversations beaucoup plus facilement.

Je m'interromps un instant, le contrôleur s'avance... oui, car

je suis dans le train Paris Lyon, la tête d'indy presque sur mes genoux.

Mes collaborateurs de Toulouse accueillir avec beaucoup de joie la guideuse et purent surtour s'apercevoir ma mine beaucoup plus détendue grâce à elle.

Et puis ce fut le retour, Lille ensuite Nancy, Mulhouse, Lyon, Dunkerque, Bourg En Bresse, Strasbourg avec tout de même beaucoup de mal à contenir la fougue d'Indy dans les gares et lieux public.

Mais un événement heureux me remplit encore de joie car à Strasbourg, j'étais invité dans un grand restaurant et là, pris de courage je laissais ma Didoune me guider au suivi de mon hote et la merveille ! aucun coup de tête ni à droite ni à gauche alors que la tentation lui était à fleur de gueule. Quelle récompense pour moi ! car le travail de plus de deux moi venait d'être couronné.

Inutile de vous signaler que ce soir là je fis très bonne chair.

Le dernier intermède fut lui aussi somptueux, car, pendant la remise je gagnais sur France Inter, un week end pour quatre personnes à Eurodisney. Comme quoi, il me restait un peu de ressource et que mon tortionnaire frédéricmetrix n'était pas aussi bourreau que cela.

Donc je réservais avec mes trois enfants pour les vacances de février avec l'idée de ne pas prendre Indy car je la trouvais encore un peu jeune pour supporter un tel lieu d'animation. Heureusement, mon camarade de confiance, Jacques ne put me la garder et m'encouragea à l'emmener. à la vue de cet encouragement et ayant essuyé plusieurs refus d'autres personnes et, pris de rage car je n'aime pas être à la mercie et sous la dépendance de faux amis, je me décidais à emmener Indy avec moi.

Quelle ne fut pas ma surprise en constatant la joie de mes enfants quand je leur annonçais la nouvelle

Une fois de plus le coeur tendu nous prîmes la route vers la gare de Marne La Vallée et déjà je pus me rendre compte que mes enfants étaient beaucoup plus détendus car ils n'avaient plus la charge de leur papa et pouvaient se reposer sur Indy mais également jouer avec elle. Mes enfants devant et notre entreprise au suivi, tout ce passa bien. À l'hotel là encore, l'accueil fut très chaleureux car renforcé par la vue sympathique et touchante de notre couple. Ensuite vint le temps du repas puis enfin ! l'heure tant attendue du départ vers le parc. Ce fut la première fois que j'utilisais ma carte prioritaire, il était bon de passer devant une file d'attente de deux heures parfois ; en plus, la chienne suivait

très bien. Celle-ci ne pouvait pas toujours nous accompagner dans les attractions mais cela ne nous a pas posé de problème car devant ces situations répétées, je trouvais toujours quelqu'un pour me la garder. Durant la parade, elle nous sembla très intéressée et le soir, à l'hotel elle cherchait à qui lui donnerait des caresses il est bien évident que nous n'en étions pas avares.

Tôt, le lendemain nous étions de retour au parc, le premier manège que nous fîmes fut Le Monde Enchanté Des Petits, Indy put nous accompagner car il s'agissait d'un bateau qui, lentement, effectuait le tour d'un bassin passant devant divers marionnettes. L'atmosphère était de lumière, de musique je supposais que ce devait être magique tant la tête d'indy allait de gauche à droite, cette fois avec autorisation bien sûr ! les larmes aux yeux me vinrent quand je pus m'apercevoir que Lucile la prenait dans ses bras en me disant " oh, papa! tu ne peux pas t'imaginer comme c'est beau, on ne sait pas où donner de la tête !" Ah, quel bonheur que ce fut encore !

Le soir départ pour Malo, un petit air de mer nous ferait certainement beaucoup de bien.

Vous auriez dû voir mon Indy courir après les mouettes, sauter après les vagues et ceci à la grande joie de tous.

Al'heure où j'écris, je suis dans le train Lyon Paris je reviens du salon Handica. Pendant trois jours Indy est restée sage dans un vacarme que l'on peut imaginer, mais sa curiosité fut satisfaite car elle fit l'admiration de tous.

Ce bonheur, je le dois à cette merveilleuse école, à tous ses éducateurs et à son personnel tout aussi charmant.

Sans Laurence et Jacques je n'aurais pas pu continuer. Guy Saintenoi fut le premier à me réconcilier avec le chien, après l'affront de wasquehal, en me présentant, je le répéte, à cette merveilleuse école.

Amitiés à tous

Jean-Louis Vervoort


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Ted Henter, de nationalité américaine, l'inventeur de JAWS, le logiciel que plusieurs personnes aveugles utilisent pour accéder à l'environnement Windows, est aveugle? En effet JAWS signifie Job Acces With Speech; mais aussi 'machoires'. Le sigle de JAWS est aussi un clin d'œil au film Les Dents de la mer, car on y voit la dorsale d'un requin surgissant de l'eau. Le logiciel a aussi été commercialisé par Henter qui a fondé Henter-Joyce, le manufacturier de JAWS. Donc, Ted Henter est aussi donc un gestionaire d'entreprise.

JAWS le film, est un classique des films d'épouvante et raconte l'histoire d'un grand requin blanc qui terrorise les plages et bouffe les vacanciers!. Ce requin n'était pas un vrai requin dans le film, mais une merveille mécanique qui a valu à ce film certaines distinctions pour ses innovations techniques. Or, Ted Henter était aussi récemment un champion du ski nautique, sport qu'il pratique toujours encore. Les bruits de vagues lorsqu'on installe JAWS, vous vous rappelez? Le moindre qu'on puisse dire, c'est que Ted Henter est un aveugle qui n'a pas froid aux yeux et n'a pas craint de dominer la mer de mots imprimés dans laquelle nous vivons.

TyphloPensée

« J'entends bien que je pourrais devenir sourd, je sens bien que je pourrais perdre l'odorat, mais je ne me vois pas devenir aveugle. »

Gabriel de Lautrec

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.