Vous consultez : Le Typhlophile / Les nouvelles aides haptiques
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les nouvelles aides haptiques

Quatre cannes blanches.

Lundi 11 décembre 2017 à 17:51:44 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un poste de travail adapté.
Un poste de travail adapté aux personnes aveugles utilisant : un afficheur braille PACmate et la revue d'écran JAWS. L'application actuellement en cours sur l'écran : Duxbury Braille Translator un logiciel dédié à la transcription braille.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les nouvelles aides haptiques

(Tiré de la revue InfoVision)

Les nouvelles aides haptiques (du grec haptein-toucher) sont présentées, par les fabricants, comme une innovation importante, tant pour les déficients visuels que pour les voyants. Ces aides font appel au toucher, en sollicitant les deux sources d'information que constituent la peau et les muscles. Par exemple, lorsqu'on lit en braille, les variations de pression sur la peau renseignent sur l'identité des caractères, tandis que les muscles fournissent des informations sur les mouvements effectués, ce qui permet de reconnaître les séquences de caractères, de mots et de phrases.

Face à la complexité croissante des ordinateurs et des logiciels, les fabricants sollicitent de plus en plus de sens pour aider l'utilisateur à s'y retrouver dans le magma informatique. La souris haptique de Control Advancements ("Virtual Reality Mouse") constitue un nouvel exemple de cette évolution. C'est pourquoi nous avons décidé de la soumettre à un essai, auquel nous avons associé Ton Verhulst, un utilisateur aveugle ayant peu d'expérience de Windows et aucune de la souris. Le présent article rend compte de cet essai et fournit à nos lecteurs une appréciation quant aux possibilités de cet appareil.

1. Caractéristiques et possibilités

La souris haptique se présente comme une souris ordinaire, munie de trois boutons, mais reliée par une tige à un boîtier alimenté par le secteur et contenant de petits moteurs. Le pilotage est assuré, à l'aide d'un câble fourni, par une carte d'extension spéciale. Le port souris de l'ordinateur n'est pas utilisé. Après l'installation du logiciel fourni, la souris peut être mise en marche, soit automatiquement, soit à l'aide d'un raccourci ou du menu Démarrer. Un menu permet d'atteindre quelques fonctions particulières (telle que le réétalonnage) ainsi que le mode d'emploi. Quatre onglets du panneau de configuration contiennent les paramètres de la souris. On peut notamment y indiquer si l'on utilise Jaws (version 3.00-83 ou plus récente) ou un autre logiciel d'accès IUG. Il est possible également d'opter pour la norme MSAA. Pour notre part, nous avons testé la souris avec Jaws version 3.00-92 et la norme MSAA, cette configuration permettant d'escompter les meilleurs résultats. L'essai a été effectué sur un PC doté d'un processeur Pentium Pro, d'une mémoire vive de 64 Mo et de Windows 95. La configuration minimale consiste en un processeur 486, une mémoire vive de 8 Mo, Windows 3.1x et un emplacement libre ISA.

2. Fonctionnement

Le fonctionnement de la souris est assuré par le système mécanique du boîtier, qui veille, en premier lieu, à ce que la souris ne puisse se mouvoir qu'à l'intérieur d'un rectangle de 8,9 sur 6,7 cm, qui représente l'écran.

Par ailleurs, ce système fait en sorte que la souris génère une contre-pression lorsque le pointeur passe sur certains éléments de Windows, tels qu'une icône ou le bouton Démarrer. Cette contre-pression donne, par exemple, l'impression à l'utilisateur de faire passer la souris dans un creux ou par dessus une bosse. On peut aussi avoir la sensation de heurter un mur, de se mouvoir dans de la mélasse ou de tirer à un élastique. Les différentes sortes de contre-pressions permettent donc d'obtenir différentes impressions, qui correspondent toujours à des éléments déterminés de Windows. On peut ainsi appréhender les structures de l'écran Windows en les balayant à l'aide de la souris. La contre-pression peut être définie tant globalement que par élément Windows.

Il existe également une fonction ("Auto Move"), qui permet, lorsqu'on ouvre des menus, des fenêtres, etc., le positionnement automatique du pointeur en un endroit logique à l'intérieur de ces structures, tandis que la souris se déplace, elle aussi, automatiquement vers l'endroit correspondant sur la table.

Enfin, grâce à la compatibilité de la souris avec Jaws, l'utilisateur reçoit des informations vocales concernant chaque élément Windows visité par le pointeur.

3. Évaluation

Avouons tout d'abord que l'apprivoisement de cette souris nous a pris quelque temps, notamment eu égard aux contre-pressions et à nos propres mouvements.

Du fait de sa tige rigide, la souris haptique est toujours orientée dans la même direction. En outre, ses propriétés mécaniques induisent une plus grande aisance des mouvements horizontaux et verticaux que des déplacements diagonaux.

Toutefois, cette caractéristique constitue également un grand avantage car elle permet une exploration très systématique de l'écran selon des lignes droites.

Du point de vue ergonomique, on notera surtout que cette souris est montée sur un petit support, ce qui accroît sa hauteur de quelque 1,3 cm par rapport à une souris ordinaire. Après une heure, les trois personnes participant à l'essai se sont mises, à cause de cette hauteur supplémentaire, à tenir la souris uniquement par l'avant et les côtés. Elles étaient également soucieuses d'éviter l'enfoncement par mégarde des boutons, qui se produit facilement lorsqu'une force importante est nécessaire pour vaincre la résistance de la souris.

Pour permettre aux non-voyants d'avoir en permanence une idée assez précise de la position du pointeur sur l'écran, il est possible de découper, dans un tapis de souris, un trou rectangulaire de même dimension que le champ d'action de la souris, ce qui permet de sentir à la fois celle-ci et les bords de la découpe. On pourrait encore améliorer ce dispositif en le dotant d'axes centraux tactiles.

Lorsqu'on travaille avec des fenêtres occupant l'écran entier et ne comportant pas trop d'éléments différents (par exemple dans Word), l'exploration de l'écran ne pose guère de problèmes. En revanche, la présence de boîtes de dialogue (telle que "enregistrer sous") rend l'utilisation de la souris très problématique, du fait que les contours des fenêtres ne sont pas suffisamment perceptibles.

La fonction "Auto Move" peut s'avérer utile, notamment en cas de mouvements rapides réduisant les contre-pressions et, partant, les impressions, même si le pointeur se positionne parfois de façon illogique (par exemple, lorsqu'on appelle, dans Word, la boîte de dialogue Ouvrir à l'aide du menu Fichier, le pointeur aboutit dans la liste des fichiers, tandis que la parole se focalise sur la zone de saisie "Nom du fichier", ce qui est beaucoup plus logique).

Ton Verhulst s'est révélé capable, en moins d'une heure, d'ouvrir, d'utiliser et de fermer des programmes ainsi que de reconnaître divers éléments à l'intérieur des fenêtres. Il a toutefois indiqué qu'une connaissance préalable des éléments Windows est très importante, du fait que la sortie vocale donne de nombreux renseignements concernant les éléments graphiques.

Par exemple, lorsqu'on explore une barre de boutons, la synthèse vocale signale les boutons et leurs fonctions respectives. Si l'on estime que toutes ces informations sont importantes, il faut retenir les indications vocales pour chaque bouton. En revanche, si l'information qu'il s'agit d'un ensemble de boutons suffit, la représentation de l'image est directement beaucoup plus aisée, à condition de savoir ce qu'est un bouton.

Précisons, enfin, que pour des tâches telles que le traitement de texte, une sortie vocale et/ou braille reste indispensable, la souris haptique ne renseignant que sur la position du pointeur dans une zone de texte.

4. Conclusion

D'un point de vue ergonomique, il serait souhaitable que la souris soit plus proche de la table et puisse être tournée.

Toutefois, la possibilité de déplacement selon des droites horizontales et verticales s'avère utile pour une exploration systématique de l'écran. Par ailleurs, il serait pratique que l'utilisateur puisse se faire une idée de la position du pointeur, comme le permet notre tapis de souris découpé. La contre-pression de la souris est encore perfectible, notamment aux contours et aux angles des fenêtres. Enfin, la fonction de positionnement automatique envoie parfois le pointeur à des endroits illogiques.

Notre conclusion provisoire sera que cette souris haptique, associée à Jaws, peut s'avérer utile. Pour le traitement de texte et d'autres tâches impliquant des informations détaillées, le recours au soutien vocal ou au braille reste indispensable.

Enfin, cette souris peut rendre de bons services eu égard à l'apprentissage de Windows, sans toutefois que l'on puisse faire l'économie d'une connaissance théorique élémentaire.

5. Modèles similaires

Outre la souris testée, qui sera vendue quelque 1.700 NLG / 770 8 par le distributeur néerlandais Kompagne, il existe également deux autres prototypes comparables.

La Feelit Mouse d'Immersion Corporation, dont la contre-pression sera probablement plus réduite, coûtera moins de 129 USD. Cette souris doit être déplacée sur un tapis magnétique dont la surface correspond à l'écran, ce qui permet de connaître en permanence la position du pointeur. On perd toutefois, avec ce modèle, l'avantage des déplacements horizontaux et verticaux aisés.

Le MouseCat de VisuAide, est, pour sa part, relié à son boîtier par de petits bras articulés.

Renseignements:


	Virtual Reality Mouse
	Control Advancements
	55 King Street W, Suite 800
	CND-Kitchener, Ontario N2G 4W1
	téléphone: +1 (0)519 745 4477
	télécopieur: +1 (0)519 745 8196
	Courrier électr.: gen_info@controladv.com
	Adresse Internet: www.controladv.com

	Feelit Mouse
	Immersion Corporation
	2158 Paragon Drive
	USA-San Jose, Ca 95131
	téléphone: +1 (0)408 467 1900
	télécopieur: +1 (0)408 467 1901
	Courrier électr.: feelit@immerse.com
	Adresse Internet: www.force-feedback.com

	MouseCat
	VisuAide
	841, boulevard JP Vincent
	CND-Longueuil, Québec F4G 1R3
	téléphone: +1 (0)415 463 1717
	télécopieur: +1 (0)415 463 0120
	Courrier électr.: visuinfo@visuaide.qc.ca
	Adresse Internet: www.visuaide.com

	utilisé avec les logiciels d'accès DosDots et WinDots.
	

Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

En ce 11 décembre de l'an de grâce 2004. France une première : une personne handicapée visuelle obtient le brevet national de moniteur des premiers secours. (BNMPS).

Saviez-vous que :

Le système braille est le résultat de nombreuses recherches de la part de son auteur, mais on peut dire que, dès 1825 alors que Louis Braille n'a que 16 ans, la partie essentielle de son système est conçue.

TyphloPensée

« Beaucoup d'hommes naissent aveugles, et ils ne s'en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux. »

Jean Cocteau (Extrait de La machine infernale)

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.