Vous consultez : Le Typhlophile / Participation à la conférence CSUN
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Participation à la conférence CSUN

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 18:31:23 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un livre pour enfant.
Une page de livre pour enfant réalisée sur du papier SwellTouch (thermogonflage). Procédé par lequel l'encre prend du relief lorsqu'on applique une chaleur.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Participation à la conférence CSUN

CSUN 99

Participation à la conférence CSUN sur la technologie pour les personnes handicapées - Cette Conférence se tenait à Los Angeles du 17 au 20 mars 1999. Il s'agit de la plus importante conférence internationale sur ce sujet à se tenir sur une base annuelle.

par Jean-Marie D'Amour

Cette Conférence se tenait à Los Angeles du 17 au 20 mars 1999. Il s'agit de la plus importante conférence internationale sur ce sujet à se tenir sur une base annuelle. Le RAAMM y avait délégué trois personnes : Jean-Marie D'Amour, président du RAAMM et spécialiste en informatique adaptée à la déficience visuelle, Serge Poulin, responsable des ressources matérielles et notamment des aspects techniques du Publi-phone, Alexandra Laliberté, coordonnatrice des programmes.

Sommaire de la section


Objectifs poursuivis :

  1. Étudier les possibilités d'accès à Internet via une interface téléphonique intégrée au Publi-phone du RAAMM.
  2. S'informer sur la problématique plus large de l'accès à Internet par les personnes ayant une déficience visuelle.
  3. S'informer sur les progrès accomplis ou à venir dans le domaine de l'adaptation des technologies de l'information pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Rappelons ici qu'Internet est un moyen d'accès à l'information extrêmement important et intéressant pour les personnes ayant une déficience visuelle. Le RAAMM a d'ailleurs été le premier au Québec à reconnaître l'importance de cet enjeu et à mettre en place un projet de recherche, dès janvier 1996, visant à rendre le Web accessible.

Cet accès au Web s'est grandement amélioré depuis trois ans, mais demeure limité aux personnes disposant d'un ordinateur et des adaptations adéquates. La possibilité de rendre le Web accessible par le Publi-phone ouvre donc une nouvelle porte vers l'information pour les personnes ne disposant pas de ces équipements, les personnes qui ne sont ni aux études ni au travail, la clientèle des aînés, notamment, qui forment la majorité des personnes ayant une déficience visuelle.

D'autre part, si l'on veut donner accès au Web, il faut s'assurer que le Web tient compte des besoins des personnes ayant une déficience visuelle dans la conception des contenus qu'on y trouve et dans le développement des nouvelles technologies qui se bousculent pour s'y tailler une place. C'est pourquoi le deuxième objectif découle directement du premier.

Enfin, les personnes ayant une déficience visuelle sont dépendantes de l'adaptation des nouvelles technologies de l'information. Tous les progrès accomplis dans ce domaine peuvent se traduire en gain de productivité ou en accès à de nouvelles tâches ou à de nouveaux types d'activités. D'où l'importance pour le RAAMM de suivre de près cette évolution dans la poursuite de ses objectifs de défense des droits et d'amélioration des conditions de vie des personnes aveugles et amblyopes.

Après avoir résumé les informations recueillies en regard de chacun des trois objectifs, nous conclurons ce document par des recommandations de suivis qui pourraient permettre de tirer tout le fruit possible de notre participation à CSUN.

Retour au sommaire


L'accès au Web via le Publi-phone du RAAMM

Deux systèmes pourraient permettre l'accès au Web via le Publi-phone du RAAMM :

1) Web On Call :

Ce système semble avoir été conçu pour faciliter l'accès téléphonique à un site Web spécifique qui doit être modifié de façon à numéroter les liens inscrits sur la page, ceux-ci devant être activés par leur numéro.

Ce système n'est pas disponible en français et l'approche proposée ne peut répondre aux besoins du RAAMM qui souhaite un accès le plus large possible à Internet et pas seulement à certains sites programmés en fonction de Web On Call.

2) PW Telephone :

Ce logiciel a été développé par Productivity Works de Trenton, New Jersey, aux Etats-Unis. C'est la même compagnie qui développe tous les logiciels du Consortium DAISY pour l'implantation du livre adapté numérique, ce qui nous semble être une garantie de sérieux et de perspective d'avenir. Il est important d'investir dans des technologies qui sont appelées à durer et à se développer dans un avenir prévisible.

Il s'agit d'un logiciel dédié de navigation vocale sur Internet. À partir d'une version qui s'utilise sur PC, intitulée PW Webspeak, Productivity Works a conçu une version spécifique pour l'utilisation via le téléphone vendue sous le nom de PW Telephone au coût de 550$ US par copie. Il faut acquérir une copie par ligne téléphonique d'accès à Internet.

Ce produit est compatible avec plusieurs synthèses vocales anglophones et francophones et l'utilisateur peut aisément changer de langue selon ses besoins. De plus, PW Telephone peut reconnaître la balise définissant la langue qui doit être inscrite dans l'en-tête des pages Web, selon les normes d'accessibilité définies par le Web Accessibility Initiative, et automatiquement choisir le synthétiseur vocal correspondant.

PW Telephone permet de définir plusieurs feuilles de style qui permettent de gérer les préférences des utilisateurs sur les indicateurs sonores pour les titres, les liens, les tableaux, les images et les autres types d'éléments que l'on peut rencontrer sur le Web. De plus, l'ensemble du système de commande sur le clavier téléphonique peut être configuré selon nos besoins et pourrait, par exemple, être rendu similaire au système de commande utilisé actuellement pour le Publi-phone. Une telle similitude faciliterait la transition pour les usagers.

PW Telephone n'est disponible actuellement qu'en version anglaise, c'est-à-dire que les menus du système et les messages d'aide sont en anglais. Toutefois, tous ces messages sont contenus dans un fichier qui peut aisément être traduit.

PW Telephone peut théoriquement desservir 4 lignes téléphoniques sur un même ordinateur, mais il serait peut-être prudent de commencer par 2 lignes par ordinateur pour éviter les risques de surcharge du système et permettre éventuellement d'intégrer de nouvelles fonctions comme l'accès aux serveurs Real Audio.

L'interface téléphonique impose cependant quelques limites dont il faudra tenir compte. Ne disposant pas d'un clavier alphanumérique, l'usager ne peut entrer au clavier l'adresse Internet qui l'intéresse ni remplir un formulaire en ligne. Le RAAMM devra donc préparer et tenir à jour une page Web contenant un répertoire de liens vers des sites intéressants classés par thèmes et par langue. Un usager pourrait demander l'ajout d'une adresse qu'il souhaite visiter et celle-ci pourrait être ajoutée au répertoire dans un délai à préciser.

La navigation sur le Web étant un peu plus complexe que la navigation dans le Publi-phone actuel, il serait souhaitable d'offrir des sessions de formation qui pourraient se donner en moins d'une demi-journée à de petits groupes.

Retour au sommaire


Recommandations :

Faire l'acquisition, de la compagnie Visuaide spécialisée dans le développement et la commercialisation des technologies adaptées à la déficience visuelle, d'un système clé en main d'accès à Internet via le Publi-phone du RAAMM. Ce système devrait répondre aux conditions suivantes:

  1. L'installation de 4 copies fonctionnelles de PW Telephone sur deux ordinateurs ainsi que de l'ensemble des composants matériels requis pour leur utilisation.
  2. Le choix et l'installation de deux synthèses vocales de bonne qualité, l'une francophone et l'autre anglophone.
  3. La traduction en français du logiciel et de ses rubriques d'aides en ligne.
  4. La configuration d'un système de commande au clavier similaire à celui actuellement utilisé par le Publi-phone.
  5. La préparation de trois à cinq feuilles de style offrant un éventail de possibilités à l'usager quant à la façon utilisée par le système pour lui transmettre les informations.
  6. Préparer la version initiale du répertoire d'accès devant inclure un minimum de cent liens en français et cent liens en anglais, classés par thème à la manière de ceux déjà disponibles sur le Web et former une ressource mandatée par le RAAMM pour sa mise à jour.
  7. Préparer un outil de formation d'environ trois heures qui puisse être utilisé en groupe et former une ressource mandatée par le RAAMM pour sa dispensation.

Retour au sommaire


Problématique de l'accès à Internet

Nous avons eu la chance d'assister à de nombreuses communications traitant de la problématique de l'accès à Internet. Nous avons également participé à une réunion du Web Accessibility Initiative qui est sûrement le groupe le plus actif pour le développement et la promotion de l'accessibilité du Web.

Nous présenterons donc ici un bref résumé en français de chacune de ces activités en référant, lorsque disponible, à un résumé en anglais préparé par les auteurs eux-mêmes et qui est joint en annexe à ce rapport.

PW WebSpeak

PW WebSpeak est un navigateur dédié développé par Productivity Works pour la navigation en synthèse vocale sur le Web. Il supporte plusieurs synthèses vocales anglophones et quelques francophones. Il n'est vendu actuellement qu'en version anglaise, mais pourrait être aisément traduit en français. L'interface au clavier est entièrement configurable. Il permet la navigation d'un lien à l'autre ou d'un élément à l'autre : images, paragraphes, liens, champs de formulaires, etc.

Le seul reproche que je ferais à ce produit, c'est son manque de cohérence entre l'information donnée à l'écran et celle envoyée à la synthèse vocale. Par exemple, on retrouve le mot "image" à l'écran, mais l'alternative textuelle de celle-ci n'est envoyée qu'à la synthèse vocale. J'ai fait ce commentaire l'an dernier à Productivity Works, mais l'approche n'a pas été modifiée. Ce manque de cohérence rend impossible l'utilisation de PW WebSpeak uniquement en Braille. Ce n'est probablement pas la priorité sur le marché américain où, selon l'American Foundation for the Blind, seulement 27 % des utilisateurs de logiciels de revue d'écran disposent d'un afficheur Braille.

On peut en savoir davantage sur PW WebSpeak en lisant le trop bref résumé (anglais) en annexe sous le titre : "The Non-Visual web: Information Surfing with pwWebSpeak" ou en visitant leur site à l'adresse suivante : http://www.prodworks.com/

IBM Home Page Reader

Il s'agit d'un logiciel dédié de navigation sur le Web conçu par une Japonaise non voyante qui fonctionne en conjonction avec Netscape. Ce premier logiciel doit être ouvert à l'écran et Home Page Reader ouvre une petite fenêtre qui se superpose partiellement à la première. Home Page Reader utilise Netscape pour aller chercher l'information de la page Web, mais là s'arrête la collaboration. Rien ne permet en effet au collaborateur voyant de savoir dans quelle section de la page se situe la personne non voyante utilisant Home Page Reader. C'est pourquoi je classe ce logiciel dans la catégorie des navigateurs dédiés.

Home Page Reader n'est pas encore disponible en français, mais inclut sa propre synthèse vocale multilingue dont la voix française est de piètre qualité. Il s'agit toutefois d'un logiciel intéressant au niveau des fonctionnalités qu'il offre à l'usager : navigation entre les images, les liens, les titres et sous-titres, les paragraphes, les champs de formulaire, les tableaux et les cadres. Home Page Reader lit les alternatives texte, les descriptions et les sommaires prévus par HTML 4.0 à des fins d'accessibilité. Il simule le défilement rapide d'un magnétophone. Il inclut également une fonction "Où suis-je?". L'interface de commande utilise les touches du pavé numérique. Les liens sont lus avec une voix féminine et le texte par une voix masculine.

Peut-être parce qu'il a été conçu par une personne non voyante, Home Page Reader me semble un produit très intéressant à évaluer, sinon pour l'utiliser, du moins en français, au moins pour s'en inspirer dans sa prise en compte de tous les aspects de l'accessibilité. Pour en savoir plus, consultez le résumé (anglais) en annexe sous le titre : "IBM Home Page Reader: The Voice of the World Wide Web" ou visitez le site de IBM à l'adresse : http://www.austin.ibm.com/sns/.

Braillesurf pour naviguer en français sur le Web

Braillesurf est un produit français présenté par M. Djamel Hadjadj, chercheur à l'INSERM. Il a été développé dans le cadre du projet BrailleNet avec l'objectif de rendre le Web accessible et facile pour les enfants ayant une déficience visuelle. Il s'agit bien sûr d'un navigateur dédié qui peut être utilisé aussi bien en Braille qu'en synthèse vocale, le seul de cette catégorie à ma connaissance. Il offre également des possibilités de configuration pour les utilisateurs en gros caractères. Il supporte déjà plusieurs afficheurs Braille et plusieurs synthèses vocales et est le seul produit que je connaisse qui permet de synchroniser les deux médias. On peut lire seulement en synthèse si on le désire, mais si on lit en braille, à chaque déplacement de l'afficheur Braille, la synthèse prononce ce qui apparaît en Braille. De plus, les mots apparaissant sur l'afficheur Braille sont surlignés à l'écran conventionnel, ce qui permet à une personne voyante de suivre les déplacements de la personne non voyante.

Braillesurf permet de se déplacer d'un lien ou d'un titre à l'autre. Les liens, les titres, les tableaux, les formulaires et les cadres peuvent être identifiés par un mot, un symbole ou un son. Les images sont numérotées et leur alternative textuelle est présentée à l'écran (contrairement à PW WebSpeak qui ne les lit qu'en synthèse). Il comporte une vingtaine de commandes dont un certain nombre peuvent être données sur l'afficheur braille et d'autres sur le clavier conventionnel. Cette interface serait configurable. Il permet d'envoyer du courrier électronique, mais pas encore d'en recevoir.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le résumé (anglais) en annexe sous le titre : "BrailleSurf: An HTML Browser for visually handicapped people".

Les systèmes auteur de contenu Web

Sous le titre "Authoring Tool Support: The Best Place To Improve The Web.", deux chercheures de l'Université de Toronto ont présenté des travaux extrêmement intéressants sur les systèmes auteur de contenu Web et leur compatibilité avec les normes d'accessibilité tant dans leur utilisation par des personnes ayant des incapacités que pour leur capacité à produire des contenus Web accessibles.

Elles ont procédé à une évaluation de trois catégories de systèmes auteur, tant du point de vue de la fonctionnalité pour l'ensemble des utilisateurs que de l'accessibilité aux personnes ayant des incapacités. Les trois catégories sont les suivantes: 1) les outils de conception de pages ou de sites Web du type de Microsoft Front Page ou Netscape Composer; 2) les outils de conversion de documents en format HTML comme Microsoft Word ou Corel WordPerfect 8; 3) les outils de conception de cours en ligne utilisés par les universités ou autres instances de formation. Dans le cadre de la conférence, elles n'ont présenté que l'évaluation de la troisième catégorie, mais l'évaluation des deux premières est disponible sur leur site Web à l'adresse: http://www.utoronto.ca/atrc.

De plus, elles ont développé un nouvel outil appelé "A-Prompt", qui est disponible sur leur site et utilisable en lui-même comme outil de réparation de page Web, mais dont l'objectif est de fournir aux concepteurs des systèmes auteurs un exemple d'intégration des critères d'accessibilité tel que cela pourrait être implanté dans leur système auteur.

À notre avis, il s'agit de travaux extrêmement intéressants quant à leur potentiel de retombées positives sur l'accessibilité du Web. Si tous les auteurs de contenus Web, quel que soit le système auteur qu'ils utilisent, pouvaient être guidés pas à pas dans la réalisation de contenus accessibles à l'intérieur même de leur démarche de conception de contenu, le nombre de contenus entièrement accessible augmenterait radicalement. Nous leur souhaitons donc bon courage et bonne chance dans la poursuite de leurs travaux.

On trouvera en annexe un résumé en anglais sous le titre "Authoring Tool Support: "The Best Place To Improve The Web".

L'accessibilité de JAVA

Cet atelier d'un niveau technique avancé était présenté par un représentant de Sun Microsystems, concepteur du langage JAVa et visait à démontrer la façon dont Sun a incorporé les notions d'accessibilité à l'intérieur même du langage JAVA. Rappelons que JAVa est le seul langage qui permet à un même programme d'être utilisable avec plusieurs systèmes d'exploitation. C'est ce qui explique sa grande popularité sur Internet où coexistent plusieurs systèmes d'exploitation. Cette accessibilité bâtie à l'intérieur même de JAVa devrait permettre à n'importe quel logiciel d'adaptation d'aller chercher toute l'information dont il a besoin sur le contenu, les menus, les boutons et autres dispositifs de commande utilisés par les programmes développés dans ce langage.

Je dois avouer qu'une bonne partie du contenu était de nature trop technique pour mes capacités et que l'approche m'a paru, pour l'instant, assez théorique. J'aurais aimé une démonstration plus concrète avec un logiciel de revue d'écran. Pour en savoir davantage, vous pouvez lire le résumé (anglais) en annexe sous le nom de "a Primer on the Java Platform and Java Accessibility".

Accès au multimédia sur le Web

Le présentateur de cet atelier, M. Geoff Freed est le directeur du projet Web Access Project au CPB/WGBH National Center for Accessible Media. Il nous a présenté différents outils permettant de faire du sous-titrage et de l'audio-description dans trois formats multimédia disponibles sur le Web : QuickTime de Apple, Microsoft SAMI et le format SMIL développé par le W3C (World Wide Web Consortium). Les outils disponibles actuellement pour ajouter des sous-titres ou de l'audio-description à un clip vidéo sont généralement assez complexes à utiliser car ils exigent une connaissance technique approfondie.

M. Freed travaille actuellement au développement d'un outil qui permettrait de faire facilement du sous-titrage dans l'un ou l'autre de ces trois formats ou, simultanément, dans les trois. Le développement de cet outil est subventionné par le Trace Center et le projet se termine en juin, date à laquelle l'outil devrait être disponible. Microsoft a développé un outil pour faire du sous-titrage dans son propre format (SAMI). Cependant, il n'y a pas encore d'outil facile d'utilisation pour l'audio-description.

Compte tenu qu'on en est encore aux premiers pas de l'accessibilité dans ce domaine, on peut espérer que d'autres outils se développeront bientôt et que l'audio-description pourra devenir quelque chose de beaucoup plus courant sur le Web. Pour s'informer davantage, vous pouvez lire le résumé (anglais) sous le titre : "Recent Developments in Accessible Web-based Multimedia".

Accroître l'accessibilité du Web

Le Trace R&D Center est un organisme important de recherche sur l'adaptation des nouvelles technologies (http://trace.wisc.edu/). Dans cet atelier, on nous a parlé de l'importance de suivre les directives sur l'accessibilité des contenus Web pour faciliter l'accès de tous à ces contenus. Ces difficultés ont été particulièrement illustrées au niveau de la navigation dans des tableaux complexes.

Le Trace a développé pour expérimentation différents outils (powertoys) que l'on peut se procurer à l'adresse suivante : http://trace.wisc.edu/world/web/document_access/. Il s'agit de mini programmes qui veulent illustrer différents aspects de la navigation sur une page Web : naviguer entre les liens, entre les titres et sous-titres, dans un tableau, etc.

La navigation dans un tableau pose par exemple des problèmes conceptuels particuliers. De quelle information la personne qui ne peut avoir une vue d'ensemble du tableau a-t-elle besoin pour prendre connaissance de son contenu et y retrouver une information spécifique? En effet, un tableau peut être construit selon une logique verticale ou horizontale et la simple linéarisation du tableau tel que réalisée par JAWS (insère F5 dans Internet Explorer 4 ou 5) par exemple, prend pour acquis une logique horizontale et peut donc rendre le tableau incompréhensible. Il est donc important de trouver une façon de naviguer dans un tableau sans avoir à le défaire. La version 3.3 de JAWS ouvre d'ailleurs de nouvelles perspectives très intéressantes dans Excel.

Le problème est donc d'abord conceptuel. Une fois que nous connaîtrons la meilleure méthode de navigation, il restera à développer les outils qui permettront de l'appliquer aux tableaux inclus dans des pages Web. Les directives pour l'accessibilité des contenus Web prévoient que l'auteur doit fournir des informations sur son tableau comme un titre, une description, des titres de colonnes et de lignes bien identifiés qui faciliteront le travail des outils de navigation. C'est un sujet très intéressant pour un agent de réadaptation spécialisé en informatique adaptée, car il relève davantage de l'aspect fonctionnel des choses que de l'aspect purement technique.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire le résumé (anglais) en annexe sous le titre : "Increasing the Accessibility of the Web through style sheets, scripts, and "plug-ins".

L'accès aux graphiques sur le Web

Cet atelier était présenté par M. John Gardner, chercheur non voyant dont les travaux ont porté sur l'accès aux graphiques en général et particulièrement sur le Web. L'accès qu'il propose est purement sonore et est basé sur l'orientation gauche-droite du son provenant des haut-parleurs et sur la hauteur d'un son continu. L'implantation d'un tel système supposerait le développement d'une nouvelle norme de codification HTML.

Bien que le domaine de recherche semble intéressant, la démonstration m'a paru peu convaincante, mais si vous souhaitez en savoir davantage, consultez le résumé (anglais) en annexe sous le titre : "Accessing Object-Oriented Web Graphics.htm".

Retour au sommaire


Adaptation des nouvelles technologies de l'information

Plusieurs conférences et visites de kiosques d'exposition nous ont alimentés sur ce thème. Nous présenterons donc d'abord un bref résumé en français de chacune des conférences en référant, lorsque disponible, à un résumé en anglais préparé par les auteurs eux-mêmes et qui est joint en annexe à ce rapport.

Par la suite, nous présenterons les informations recueillies lors de la visite de l'exposition.

L'application de la norme DAISY en Suède

TPB est un organisme gouvernemental suédois chargé de la production de livres en média substitut qui sont distribués par le réseau des bibliothèques publiques de Suède. C'est TPB qui a conçu la première génération de la norme DAISY pour la production de livres adaptés en format numérique. L'objectif de l'atelier était de nous faire part des moyens mis en oeuvre pour convertir la production et la diffusion des livres dans ce nouveau format.

TPB va cesser la production de livres audio analogiques en janvier 2000 et se lancer entièrement dans la production de livres numériques. L'organisme doit également convertir un demi-million d'heures d'enregistrement en format numérique dans les meilleurs délais afin de s'assurer qu'un stock suffisant de livres sera très rapidement disponible en format numérique. Il faut en effet justifier l'achat de lecteurs numériques que TPB entend faire subventionner par l'état. Les moyens mis en oeuvre sont considérables, car le transfert d'un format à l'autre doit être automatisé le plus possible en minimisant les interventions humaines.

Pour plus d'information, voir le résumé (anglais) sous le titre : "DAISY work at TPB - establishing a new talking book model".

Microsoft Phone accessible par design

Dans le style des présentations de Microsoft, cet atelier visait à présenter Microsoft Phone qui est un logiciel de gestion téléphonique (gestion de boîte vocale unique ou multiple, annuaire téléphonique, etc.) incluant un téléphone sans fil. Les critères d'accessibilité ont été pris en compte dès le tout début de la conception du produit, ce qui donne des fonctions intéressantes comme l'affichage vocal des appels entrants ou la possibilité de communiquer avec un système téléphonique pour les sourds.

Il est difficile de se faire une idée un peu critique du produit dans le cadre d'une telle présentation, mais il serait certainement intéressant de le tester. Comme on le voit et comme on le verra de plus en plus, l'informatique n'a pas fini d'envahir ou d'adapter (selon notre point de vue) notre quotidien. Pour en savoir plus, consultez le résumé (anglais) sous le titre : "Ms Phone: Accessible By Design" ou visitez le site de Microsoft à l'adresse suivante : http://www.microsoft.com/.

Internet Explorer 5.0

Internet Explorer 5.0 est maintenant disponible. Il est censé offrir des améliorations au niveau de l'accessibilité, mais la seule que j'ai repérée à première vue est la possibilité de présenter tout le texte de l'alternative textuelle (lorsque l'on configure IE pour ne pas présenter les images). On peut également savoir si les options de configurations sont ON ou OFF.

JAWS 3.3

La version 3.3 de JAWS sera disponible en anglais à partir du 1er mai prochain. Elle inclura plusieurs nouvelles fonctions des plus intéressantes.

De nouveaux scripts pour Excel vont permettre une utilisation beaucoup plus fonctionnelle de ce logiciel. On pourra notamment naviguer facilement entre les cellules qui ont du contenu en évitant de se perdre parmi celles qui n'en ont pas. On pourra définir une ligne pour les titres de colonnes et une colonne pour les titres de lignes. Pour une cellule donnée, Excel pourra alors nous indiquer le titre de la colonne et/ou de la ligne correspondante. Il sera également possible de surveiller une cellule de total, par exemple, pour être averti du nouveau total lorsque l'on change une valeur dans l'addition.

De nouveaux scripts pour Access permettront non seulement d'utiliser une base de données existante comme c'est le cas actuellement, mais de pouvoir contrôler toutes les étapes de sa conception. Henter-Joyce annonce également des scripts améliorés pour Microsoft Office 97 et Office 2000; WordPerfect 8 et 9; Internet Explorer 4.01 et 5.0; Outlook 98 et Outlook Express; Eudora 4.0 et 4.1; RealPlayer Plus G2 et RealPlayer G2.

En braille, JAWS 3.3 pourra offrir de l'abrégé en temps réel, en anglais du moins. L'utilisateur pourra instantanément passer du braille intégral et braille abrégé et inversement. Quelle fonction extraordinaire pour la lecture de documents en format électronique, particulièrement sur Internet. Il faudra s'assurer avec Visuaide, responsable de la version française, que cela sera également disponible dans la langue du Molière.

La fonction lire tout enchaîne actuellement ligne après ligne en faisant une courte pause entre chaque ligne. Dans JAWS 3.3, l'usager pourra demander au logiciel de lire tout en enchaînant les phrases ou les paragraphes, ce qui donnera une lecture beaucoup plus naturelle et compréhensible du texte.

La synthèse pourra être configurée pour annoncer les changements au niveau des attributs des caractères, au choix : police, taille, gras, italique, souligné, couleur, majuscules et caractères répétés. De plus, JAWS offrira une fonction d'étiquetage automatique des icônes et autres graphiques et un système beaucoup plus complet d'aide en ligne. Une partie de cette aide existe déjà dans la version 3.2 anglaise, mais n'a pas été rendue disponible en français, ce qui est inacceptable.

La version 3.3 pourra aussi être installée sur un réseau et inclura une version améliorée de la synthèse vocale Éloquence.

Henter-Joyce s'est lancé dans le développement de plusieurs didacticiels sur cassettes, malheureusement disponibles seulement en anglais, et prévoit également offrir bientôt une application exemple qui permettra à l'usager de se familiariser dans cette seule application avec 95 % des situations que l'on peut rencontrer dans Windows, un outil extrêmement intéressant pour les formateurs pour lequel il faudra évaluer la possibilité de traduction en français.

Beaucoup de nouveau pour les logiciels de grossissement

ZoomText Xtra version 7.0 supportera toutes les plates-formes (Windows 95/98 et NT) pour le même prix ainsi que toutes les configurations de résolutions et de couleurs. La version avec support vocal offre une voix française de très pauvre qualité. Il faudra discuter avec AI Squared la possibilité d'aller chercher mieux, un équivalent à Éloquence, par exemple.

LP-Windows proposera sous peu une toute nouvelle version incluant le support synthèse au prix de la version grossissement seulement de ZoomText. La version démo que nous avons vue et entendue offre la synthèse vocale Éloquence parmi un ensemble de choix. Cette nouvelle compétition devrait contribuer à faire chuter les prix du support synthèse et à augmenter la qualité de celle-ci en français.

Enfin, une nouvelle version de Magic, produite par Henter-Joyce, les concepteurs de JAWS, rendra la cohabitation de JAWS et du grossissement des plus harmonieuses. De plus, même la version grossissement seulement de Magic bénéficiera des technologies développées pour JAWS : focus sur l'élément actif, scripts, etc.

Deux nouveaux logiciels de reconnaissance des caractères

Arkenstone lancera sous peu une toute nouvelle version de son logiciel Open Book qui s'appellera désormais Ruby. Il s'agit d'une véritable version Windows avec menus et tout, qui sera compatible avec les logiciels de revue d'écran comme JAWS ou pourra utiliser sa propre synthèse, au choix.

Kurzweill offre également depuis peu un logiciel de reconnaissance des caractères qui mériterait sûrement d'être évalué.

La reconnaissance vocale

Les logiciels de reconnaissance vocale s'affirment de plus en plus comme une alternative grand public à l'utilisation du clavier. À notre connaissance, les trois produits disponibles en français sont : ViaVoice, Naturally Speaking et Dragon Dictate. C'est ce dernier qui est recommandé par Henter-Joyce pour sa compatibilité avec JAWS.

Avec un retard certain sur l'anglais, la reconnaissance vocale en français devient maintenant une avenue utilisable. Il faut noter cependant qu'elle exige des ordinateurs plus puissants : Pentium 200 Mhz et plus.

Une enquête révélatrice

American Foundation for the Blind (AFB) a réalisé pour la deuxième année consécutive une enquête auprès des utilisateurs de logiciels de revue d'écran dont il ressort notamment que seulement 27 % de leurs répondants disposent d'un afficheur braille et 11 % utilisent un logiciel de grossissement. JAWS est le logiciel le plus populaire avec 68 % du marché. Les auteurs de l'étude constatent également que le niveau de confort dans l'utilisation de Windows croît avec l'usage.

À la lecture du résumé (anglais) en annexe sous le titre : "a Survey of Windows Screen Reader Users: Recent Improvements in Accessibility.", vous pourrez également trouver des informations intéressantes sur les logiciels d'applications les plus utilisés et les plus faciles, sur ce que pense les répondants de la formation reçue et autres sujets d'intérêt.

Autre référence

Vous pouvez consulter les résumés (anglais) de tous les ateliers offerts à CSUN sur Internet à l'adresse suivante: http://www.dinf.org/

Retour au sommaire


Recommandations de suivis à faire

Quel que soit l'organisme qui s'en chargera, nous recommandons de réaliser différentes activités de suivi pour tirer tout le fruit de notre participation à CSUN.

  1. Implanter dans les meilleurs délais de PW Telephone comme moyens d'accès vocal au Web via le téléphone.
  2. Réaliser une évaluation comparative de PW WebSpeak, IBM Home Page Reader et BrailleSurf dans le but de sélectionner le produit le plus intéressant pour les usagers francophones du Québec et pour identifier les caractéristiques fonctionnelles idéales d'un tel système, caractéristiques qui pourraient se traduire en recommandations pour l'amélioration des produits existants au niveau des logiciels dédiés comme des logiciels d'adaptation des navigateurs grand public.
  3. Suivre de près les travaux visant à maintenir et améliorer l'accessibilité du Web : directives pour l'accessibilité des contenus Web, directives pour l'accessibilité des logiciels de navigation, directives pour l'accessibilité des systèmes auteur de contenus Web, développement de l'accessibilité de JAVA, des tableaux, des graphiques et du multimédia.
  4. Évaluer les possibilités de concertation et de support financier Québec-Canada et Québec-France pour la mise en place d'une équipe de travail visant la diffusion des normes d'accessibilité du Web et la formation des concepteurs Web en français.
  5. Évaluer Internet Explorer 5 pour voir s'il y a suffisamment d'améliorations pour inciter tous les utilisateurs d'Internet en mode graphique à adopter cette version rapidement. Préparer un mode d'emploi pour bénéficier au mieux des fonctions d'accessibilité de ce logiciel.
  6. Évaluer JAWS 3.3 dès sa sortie en anglais et suivre les travaux d'adaptation en français afin de s'assurer que nous bénéficierons des mêmes fonctionnalités et ce, dans un délai le plus court possible. Cette évaluation nous permettra en outre de détecter les problèmes qui subsistent toujours dans une nouvelle version et de demander leur correction pour qu'au moment de la sortie de la version française, les usagers puissent compter sur une version la plus fiable possible.
  7. Concernant JAWS 3.3, nous croyons qu'il faut porter une attention toute particulière à la disponibilité en français de la fonction d'abrègement braille en temps réel. Il y a longtemps que nous souhaitons une telle fonction et il ne faut pas passer à côté de l'occasion.
  8. Réaliser une évaluation comparative des logiciels de grossissement ZoomText, LP-Windows et Magic au niveau de leurs fonctions de grossissement.
  9. Réaliser une évaluation comparative des mêmes logiciels au niveau de leurs fonctions de support en synthèse vocale francophone. Ce nouveau type d'outil répondrait mieux aux besoins d'une proportion assez importante de cette clientèle : les personnes utilisant un fort grossissement ou ne pouvant atteindre une vitesse de lecture acceptable, soit un minimum de 100 mots à la minute.
  10. Réaliser une évaluation comparative des logiciels de reconnaissance des caractères Ruby, Kurzweill et TextBridge Pro qui est la solution la plus largement utilisée actuellement. Il est à noter que ce dernier logiciel a posé des problèmes sérieux de performance depuis quelques mois, compte tenu d'un problème d'interface avec le lecteur optique.
  11. Réaliser une évaluation comparative des logiciels de reconnaissance vocale ViaVoice, Naturally Speaking et Dragon Dictate pour proposer un système qui pourrait intégrer la reconnaissance vocale avec JAWS (revue d'écran vocale et braille).
  12. Évaluer avec un échantillon d'usagers les gains potentiels de productivité liés à l'introduction de la technologie de la reconnaissance vocale conjointement avec les adaptations en braille, sonore et grossissement de caractères.
  13. Évaluer la pertinence de reprendre au Québec le même type d'enquête réalisée par AFB aux Etats-Unis.

Retour au sommaire


Conclusion

Vous pouvez constater à la lecture de ce rapport la pertinence de participer à une activité du type de la Conférence CSUN. Nous en revenons pour notre part avec le sentiment que, comme francophones du Québec, nous vivons trop en marge des lieux où les choses se passent dans le domaine de l'accès aux nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Nous avons la conviction, comme l'histoire récente le démontre, que nous ne pouvons compter sur les seuls fournisseurs d'équipements adaptés pour promouvoir les intérêts des usagers aveugles et amblyopes francophones. Il serait si simple d'attendre les bras croisés que les nouvelles technologies nous soient livrées à domicile. Mais, nous ne voulons pas vivre un décalage de six mois ni nous contenter de versions amputées sous prétexte que nous sommes francophones.

L'évolution technologique nous a entraînés dans un environnement (Windows et Internet) dans lequel nous ne voulons pas être des citoyens de seconde zone. Les adaptations telles que nous les connaissons nous imposent un déficit de performance et une fiabilité sur laquelle nous ne pouvons malheureusement pas compter entièrement.

Les nouvelles technologies représentent pourtant une chance extraordinaire d'accroître l'accessibilité de nos milieux professionnels et sociaux. Les travaux en cours pour l'accès à Internet sont, par exemple, une occasion unique d'intervenir dès la conception des nouvelles technologies pour prévenir les difficultés d'accès qui surviendraient fort probablement. Le RAAMM doit s'assurer que les droits et intérêts de ses membres sont pris en compte dans ce processus. Il peut le faire lui-même ou confier ce mandat à d'autres instances, mais il doit minimalement jouer son rôle de chien de garde dans ce domaine comme dans bien d'autres.

Retour au sommaire



Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Une étude américaine publiée en 1982 démontre que la reconnaissance des aveugles comme citoyens à part entière est loin d'être acquise. De plus, il appert qu'un niveau d'étude plus élevé favorise d'une manière significative l'atteinte de cet objectif.

TyphloPensée

« J'écoute sans regarder, et ainsi je vois. »

Fernando PESSOA.

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.