Vous consultez : Le Typhlophile / L'accès à l'information à l'Institut Nazareth et Louis-Braille
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

L'accès à l'information à l'Institut Nazareth et Louis-Braille

Quatre cannes blanches.

Dimanche 17 décembre 2017 à 09:02:52 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une machine à SwellTouch.
Cet appareil permet de reproduire des graphiques en relief sur du papier SwellTouch. Procédé par lequel, sous l'effet de la chaleur, l'encre prend du volume pour donner un relief sur le papier.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / L'accès à l'information à l'Institut Nazareth et Louis-Braille

Ce texte est tiré des actes du Colloque international sur les nouvelles technologies du livre adapté (1er : 1997 : Salon du livre de Montréal). Vers une nouvelle génération de livres pour les personnes aveugles : [textes des conférenciers] / Premier colloque international sur les nouvelles technologies du livre adapté ; Institut Nazareth et Louis-Braille en collab. avec le Forum des pays francophones de l'Union Mondiale des Aveugles. -- Longueuil : Institut Nazareth et Louis-Braille ; Longueuil : Union mondiale des aveugles, Forum des pays francophones, 1998.

Paul-Henri Buteau
Coordonnateur du Programme Bibliothèque et
Adaptation de l'information en médias substituts
Institut Nazareth et Louis-Braille

Mon intervention portera sur l'expérience et la vision de l'Institut Nazareth et Louis-Braille dans le domaine de l'accès à l'information et aux livres adaptés destinés aux personnes ayant une déficience visuelle. Le rôle historique de l'INLB, le service de Bibliothèque, le babillard électronique et, finalement, un bref examen des projets actuels seront plus spécifiquement abordés.

L'Institut Nazareth et Louis-Braille et son rôle

Cet Établissement plus que centenaire résulte de la fusion de l'Institut Nazareth et de l'Institut Louis-Braille réalisée en 1975. Il est aujourd'hui un centre de réadaptation pleinement intégré au réseau public québécois des services de santé et des services sociaux. Sa mission est la dispensation de services de réadaptation, d'adaptation et d'intégration sociale aux personnes ayant une déficience visuelle.

Rappelons qu'au moment de sa fondation, en 1861, aucun service spécialisé de nature scolaire ou de réadaptation n'était disponible aux personnes aveugles du Canada. Son fondateur, Victor-Benjamin Rousselot, a donc permis au Québec de s'inscrire dans la foulée universelle de la reconnaissance du potentiel des personnes aveugles. On se rappelle que cette reconnaissance amorcée à la fin du 18ième siècle n'a finalement connu sa véritable réalisation qu'au 19ième siècle alors qu'autant en Europe qu'en Amérique s'établissaient les premières écoles dédiées à cette clientèle.

Ce rôle de chef de file en terre canadienne s'est même élargi à l'ensemble de l'Amérique lorsqu'en 1876 l'Institut Nazareth retenait le système braille comme mode de lecture et d'écriture pour les élèves de l'institution. Cette décision intervenait 22 ans après celle de la France, mais, 2 ans avant le consensus intervenu dans la plupart des nations européennes, et 41 ans, avant sa reconnaissance aux États-Unis. (cf Annexe A)

La transcription des livres en braille devient possible et c'est alors que, grâce à l'intervention de copistes bénévoles, l'Institut Nazareth crée en 1911 son service de Bibliothèque. L'introduction de la franchise postale permet dès 1914 d'offrir le service à l'ensemble des francophones de l'Amérique. On peut comprendre que les élèves qui avaient bénéficié de l'apprentissage de la lecture ont voulu poursuivre le plaisir d'apprendre et de se cultiver une fois retournés dans leur milieu.

C'est sans doute également à la demande des usagers qu'au début des années 1970 la bibliothèque commença à constituer sa collection de livres parlés, d'abord sur bandes magnétiques, puis par la suite, sur cassettes. Les intervenants et les usagers de cette période se rappellent les discussions où s'opposaient les tenants du livre parlé et ceux du livre braille. D'ailleurs, ce ne fut pas la seule occasion d'une réévaluation des modes d'accès à l'information. L'introduction successive et soutenue de la technologie adaptée des années 1970 à 1980 par la mise en marché de l'Optacon, des plages tactiles, des télévisionneuses, des synthèses vocales et même des outils de reconnaissance de caractère fut l'objet d'études, voire de débats épiques.

Le volume de certains outils, le manque de flexibilité dans la gestion de l'information, le taux inférieur de rétention du mode vocal, la réduction de la vitesse de lecture et le coût généralement astronomique d'acquisition ont largement été mis au banc des accusés.

L'Institut Nazareth et Louis-Braille n'est cependant pas demeuré indifférent à ce foisonnement des moyens d'accès à l'information. C'est pourquoi on lui confia en 1977 le mandat, en collaboration avec le Centre Louis-Hébert de Québec, de relever le défi de la mise en place de l'un des programmes de réadaptation les plus dynamiques au monde. Caractérisé par une prise en charge globale des besoins de la personne et par l'accessibilité aux aides de type mécanique, électronique et optique, ce programme s'appuyait sur une importante équipe de professionnels dont l'actualisation des connaissances demeurent, encore aujourd'hui, une préoccupation constante.

Au cours des années 1980 à 1990, deux catalogues collectifs ont été réalisés dans le domaine du livre adapté. Nos documents peuvent donc être localisés à partir de CANUC:H de la Bibliothèque nationale du Canada et également de CAMÉLIA, une réalisation québécoise des Services documentaires multimédias.

En 1995, l'Institut Nazareth et Louis-Braille consolidait son rôle de Bibliothèque de livres adaptés par la signature d'une entente avec l'Institut national canadien pour les aveugles. Par cette entente, l'INCA cédait à l'INLB son importante collection de livres parlés francophones sur support cassettes quatre pistes. Il importe de mentionner que l'INCA continue toutefois à assurer le développement de cette collection par la remise à l'INLB d'une centaine de nouveaux titres par année.

La mise en service d'un babillard électronique en 1996 et d'un site Internet en 1997 sont encore deux éléments qui montrent la volonté et la capacité de l'INLB à adapter son offre de services aux attentes des usagers.

Le service de bibliothèque

Le service de Bibliothèque de l'INLB a pour mission de rendre l'information accessible aux personnes ayant une déficience visuelle. De plus, il assure la gestion d'un important centre de documentation spécialisée dans le domaine de l'intervention. La quantité des ouvrages disponibles et la grande diversité des collections font en sorte que le service de Bibliothèque est en mesure de répondre à des besoins de loisir, de développement personnel, de perfectionnement, d'information et de culture.

Le braille, le sonore et l'électronique sont les divers modes d'accès privilégiés. Les usagers, tous modes d'accès confondus - et sans compter ceux fréquentant le centre de documentation - totalisent près de 2850 individus. Ceux-ci peuvent bénéficier de trois types d'activités : le prêt de documents, l'abonnement à des revues ou encore l'accès aux ressources d'un babillard électronique.

Leur répartition par modes d'accès se présente ainsi :

MODES D'ACCÈS NOMBRE D'INDIVIDUS POURCENTAGE
Braille 766 26,9 %
Sonore 2 011 70,7 %
Électronique 67 2,4 %
     
TOTAL 2 844 100 %

En 86 ans d'existence, le service de Bibliothèque est passé de 200 à près de 55 000 documents et ce, malgré un important travail d'élagage réalisé dans la collection braille au cours des dernières années. Aussi, nous estimons que ce nombre de documents atteindra les 60 000 quand sera terminé le travail de catalogage des partitions musicales, des revues et des archives. Le service de Bibliothèque a donc connu un essor considérable : entre autres, il possède et gère maintenant cinq collections.

(Graphique à pointes de tarte représentant les pourcentages de la répartition des différens modes d'accès aux collections.)

Le service de Bibliothèque est l'un des éléments du mandat supra régional de l'INLB. Il constitue le deuxième plus important fonds documentaire de livres adaptés francophones : il se situe après celui de l'Association Valentin Haüy de Paris, organisme avec lequel une coopération est entretenue depuis la création de la Bibliothèque.

COLLECTION TITRES DOCUMENTS
Braille 8 563  
Spécialisée 5 321 29 449
Jeux et jouets 317  
Sonore 2 518 24 721
Électronique 93 93
     
TOTAL 16 812 54 263

(Histogramme à colonnes représentant la répartition des titres par collections.)

Au plan des ressources humaines, plus d'une centaine de bénévoles et 20 employés à temps plein assurent les activités de production et de diffusion de l'information. Annuellement, plus de 75 000 nouvelles pages braille sont produites alors que le prêt dépasse les 60 000 documents dans le seul secteur du livre adapté braille et sonore. D'autre part, un budget annuel excédant le million de dollars est puisé pour plus de 80 % dans le budget global de l'Établissement ; le reste provient de contrats de production autofinancée, d'une subvention du ministère de la Culture et des Communications et finalement, de fonds spéciaux et de dons.

Le babillard électronique

Le babillard électronique de l'INLB est un service offert exclusivement aux personnes ayant une déficience visuelle. L'usager, par l'utilisation d'un micro-ordinateur couplé à un afficheur braille, à une synthèse vocale ou encore en faisant appel à un logiciel de grossissement de caractères, peut bénéficier d'un outil original et efficace de communication et d'accès à l'information.

Trois objectifs ont guidé son développement :

  • Fournir un moyen de communication à l'ensemble des utilisateurs d'aides informatiques adaptées ;
  • Permettre l'accès à des informations aussi diversifiées que des ouvrages de référence, des bases de données ainsi qu'à des publications d'intérêt général ;
  • Réduire les délais et les coûts associés à la disponibilité de l'information produite en médias substituts.

Réalisé à partir de la version 5 du produit "Wildcat for Win 95/NT © 1995, 96" de la compagnie "Mustang Software Inc.", ce projet a été rendu possible grâce au support du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Il s'agit d'un outil dynamique de communication à distance. Au-delà des applications traditionnelles retrouvées sur tout BBS comme le courrier, les forums et les bulletins d'information, l'utilisateur se voit offrir la possibilité de consulter en temps réel le catalogue de la collection braille et du centre de documentation. Bien plus, des efforts particuliers ont été investis afin de rendre accessibles des ouvrages de référence comme le "Robert électronique" et "Actualité Québec". D'autre part, il faut mentionner la disponibilité des principales publications et revues de l'INLB, de même que la présence de listes d'informations de toute sorte dont celle des titres disponibles à la collection sonore.

(Illustration de l'écran du menu général du babillard électronique.)

Les ressources du babillard électronique sont disponibles en tout temps à quatre usagers simultanés et sans frais d'interurbains pour les résidants du Québec. Après douze mois d'existence, le babillard nous semble rencontrer pleinement les objectifs visés. D'une part, nous avons dépassé le nombre d'inscriptions établi d'abord à 50 ; d'autre part, l'achalandage et les témoignages d'usagers sont plus que satisfaisants.

ACTIVITÉS RÉSULTATS
Inscription des usagers 67
Accès 6 362
Fichiers disponibles 93
Messages écrits 2 358

Les liens entre le babillard et l'Internet sont évidents. Aussi, il est légitime de s'interroger sur la pertinence de maintenir ce service pendant que l'accès à l'autoroute de l'information devient de plus en plus accessible en mode adapté. Au moins, trois motifs militent présentement en faveur de son maintien :

  • L'accès à certaines applications exclusives;
  • Son approche strictement caractères;
  • La faisabilité de devenir une porte d'entrée à des postes Internet centralisés (projet des bibliothèques publiques).

Projets en cours et prospectives

L'ensemble des considérations abordées jusqu'à maintenant montre bien que l'accès à l'information et aux livres adaptés pour les personnes ayant une déficience visuelle fait partie de la mission traditionnelle de l'Établissement. Aussi, notre implication dans ce domaine s'est toujours manifestée par notre capacité de regarder en avant. L'initiative prise dans l'organisation du colloque d'aujourd'hui en témoigne.

D'autre part, nos actions sont guidées par les six principes suivants :

  • Une information et des livres identifiés à partir des goûts et des intérêts du lecteur;
  • Une réponse qui tient compte du support privilégié par ce lecteur;
  • Une recherche de l'efficience dans l'ordre des moyens utilisés;
  • Une ouverture à l'évaluation de nos procédés;
  • Un regard fixé sur l'avenir.

La population des francophones en Amérique ne représente pas une masse critique importante en comparaison de celle des anglophones. Cependant, ce constat ne pourrait pas justifier l'inertie. C'est pourquoi, malgré nos faibles moyens, nous collaborons notamment à deux projets de développement. Un premier, portant sur la reconnaissance des caractères braille, regroupe des chercheurs de quatre universités québécoises sous la coordination de l'École polytechnique de Montréal. Notre intérêt réside dans la possibilité d'archiver en format ASCII et de reproduire au besoin, suite à une perte ou à un bris, les documents de notre collection braille pour lesquels les fichiers sources ne sont pas disponibles. Un deuxième projet, initié par le coordonnateur du Forum des pays francophones, vise la réalisation d'un catalogue virtuel des livres adaptés francophones. Une première rencontre tenue en septembre où se retrouvaient l'INCA, l'INLB et les partenaires de la plupart des pays francophones européens, a permis d'identifier les bases d'un catalogue unifié de livres adaptés francophones. Le format MARC dans le catalogage et la norme Z39.50 au plan des communications ont rapidement rallié l'ensemble des participants. Aussi, prévoyons-nous très prochainement rendre notre propre catalogue disponible à partir du site Internet de l'INLB.

Au plan des structures organisationnelles, le Québec est présentement à la recherche d'un nouveau modèle pour la diffusion du livre adapté. L'INLB a affirmé son appui à l'établissement d'un guichet unique. Nous croyons que la mise en place d'un véritable partenariat ne peut qu'augmenter l'efficience de nos actions et par le fait même assurer une amélioration significative dans la qualité des services. D'ailleurs, les demandes des usagers ont été exprimées clairement :

  • Un seul numéro de téléphone pour exprimer les requêtes;
  • Une augmentation dans la production de nouveaux titres;
  • Une plus grande implication dans les prises de décisions.

Le véritable partenariat n'est pas l'assimilation d'organisations mais bien la mise en commun des forces et des expertises de chacun. C'est pourquoi l'idée de la localisation de nos collections dans le projet de la Grande Bibliothèque du Québec est reçue très positivement. C'est pourquoi, nous sommes d'avis qu'un examen de nos processus et de nos outils de gestion, généralement différents d'un organisme à l'autre, s'impose. C'est pourquoi également nous croyons qu'un tel partenariat favorisant le cumul des ressources disponibles, permettrait d'envisager des technologies comme la téléphonie interactive ou encore le traitement de la voix dans le service à l'usager offert à distance. La consultation des catalogues, les requêtes de prêt et les réservations deviendraient alors disponible à partir du domicile de l'usager.

Finalement, comme l'affirmait madame Louise Beaudoin, ministre de la Culture et des Communications, lors du colloque d'orientations des bibliothèques publiques tenu en septembre dernier, le livre n'est plus limité au seul support papier. Les personnes ayant une déficience visuelle ont reconnu ce principe dès les années 1970 par une utilisation de plus en plus généralisée du livre parlé et des aides électroniques. La technologie numérique envahit maintenant l'univers tant de l'écrit que de l'audio et, de ce fait, favorise le développement de nouveaux modes d'accès.

Pour un, le projet DAISY (Digital Audio System Information) nous semble être parvenu à un niveau suffisant d'achèvement pour nous inciter à une analyse sérieuse de la situation. Cette technologie ou quelque chose de très similaire devrait prochainement intégrer nos programmes et services. Les avantages de facilité, de flexibilité et de rapidité offerts dans la gestion de l'accès à l'information nous invitent une fois de plus à reconsidérer nos façons de faire.

Le livre est maintenant disponible en mode audionumérique adapté pour mieux rencontrer les besoins des personnes ayant une déficience visuelle. Les visiteurs du kiosque 871 (Salon du Livre à Montréal) seront en mesure de prendre contact avec ce nouveau standard associé au livre parlé... mais qui sait, peut-être l'apprendrons-nous aujourd'hui, sinon très prochainement, l'accès en mode caractère offrant le libre choix à l'usager d'une lecture en mode sonore, braille ou gros caractères sera rendu disponible. La technologie de la reconnaissance de la parole n'est pas un néologisme.

ANNEXE A
CRÉATION DES PREMIÈRES ÉCOLES
POUR LES AVEUGLES

ANNÉE VILLE PAYS
1784 Paris France
1791 Liverpool Angleterre
1804 Vienne Autriche
1806 Berlin Allemagne
1807 Milan Italie
1808 Amsterdam Hollande
1829 Boston États-Unis
1831 New York États-Unis
1833 Philadelphie États-Unis
1861 Montréal Canada
1867 Halifax Canada
1872 Brantford Canada


Dernière mise à jour de cette page :  5 octobre 1998


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

En ce 17 décembre de l'an de grâce 2004. Québec : Sanction de la Loi numéro 56, loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.

Saviez-vous que :

Maurice de la Sizeranne naquit le 30 juillet 1857 à Tain (France). Il perd la vue à l'âge de 9 ans. Son œuvre est colossale. Mentionnons seulement qu'il est le fondateur de l'Association Valentin Haüy (1889). Il meurt le 13 janvier 1924 à l'âge de 66 ans. Encore aujourd'hui, plusieurs de ses réalisations poursuivent l'œuvre qu'il a amorcé permettant ainsi aux aveugles et amblyopes d'aspirer à une vie active et productive.

TyphloPensée

« Si l'on donne un baiser les yeux fermés, ce n'est pas tant que l'amour est aveugle, mais pour concentrer toute son attention sur ce qu'on va faire ensuite. »

Anonyme

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.