Vous consultez : Le Typhlophile / Que réserve l'avenir aux personnes handicapées de l'imprimé en matière d'accès à l'information et aux livres adaptés?
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Que réserve l'avenir aux personnes handicapées de l'imprimé en matière d'accès à l'information et aux livres adaptés?

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 12:54:04 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie du Victor Classic +.
Le Victor Classic + est un lecteur de livre numérique au format DAISY. Il peut également être utilisé pour écouter des fichiers au format MP3 ou disque compact du marché.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Que réserve l'avenir aux personnes handicapées de l'imprimé en matière d'accès à l'information et aux livres adaptés?

Ce texte est tiré des actes du Colloque international sur les nouvelles technologies du livre adapté (1er : 1997 : Salon du livre de Montréal). Vers une nouvelle génération de livres pour les personnes aveugles : [textes des conférenciers] / Premier colloque international sur les nouvelles technologies du livre adapté ; Institut Nazareth et Louis-Braille en collab. avec le Forum des pays francophones de l'Union Mondiale des Aveugles. -- Longueuil : Institut Nazareth et Louis-Braille ; Longueuil : Union mondiale des aveugles, Forum des pays francophones, 1998.

Gilles Pepin, ing.
Président
Visuaide inc.

SOMMAIRE DU TEXTE


Introduction

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que je viens vous parler aujourd'hui d'un sujet qui me tient à cœur depuis plusieurs années. Ce sujet, c'est l'accès à l'information pour les personnes vivant avec une déficience visuelle.

Car effectivement, le sujet qui nous réunit aujourd'hui c'est bien l'accès à l'information pour les non-voyants. Et le livre adapté c'est la clé de l'accès à l'information pour bien des non-voyants. L'accès à l'information ça signifie beaucoup de nos jours. Ça signifie l'accès à la culture, ça signifie le développement de nos connaissances, ça signifie un accès compétitif à la scolarisation et ça signifie aussi l'accès à un loisir important, la lecture. En fait, l'accès à l'information est devenu au cours des dernières décennies un droit fondamental pour tous les citoyens de notre société.

But before I go, for those of you who will use English translation throughout this Forum, I know you have heard me speak about the Digital Talking Book quite a lot in the past few years and I know sometimes you wished I would stop talking about it. So if you don't mind, I will do the rest of my presentation in French. As you can imagine, It will be a lot easier for me. Thank you.

Donc aujourd'hui, nous allons discuter du livre adapté qui vit actuellement une période de chambardements profonds. Ces changements sont essentiellement à caractères technologiques. Ils vont influencer autant la production des livres adaptés, que la diffusion de ceux-ci mais aussi la façon dont les usagers en prendront connaissance.

Ces changements présentent certains avantages pour les producteurs de livres adaptés. Mais c'est surtout l'utilisateur qui en profitera. En effet, ces changements ouvrent la voie à des modes de distribution plus rapides et plus efficaces. Et la recherche d'information dans un livre sera grandement améliorée.

Ce nouveau concept, on pourrait l'appeler simplement le «livre numérique adapté».

Je vais, au cours de ma présentation, tenter de clarifier les concepts et les enjeux de ce livre numérique adapté. Je vais vous présenter les technologies qui ont permis son développement. Je vais ensuite vous présenter les différentes formes que prendront le livre numérique adapté pour enfin vous parler brièvement des efforts mis en œuvre à travers le monde pour concrétiser le livre numérique adapté.

Retour au sommaire du texte


Le livre adapté aujourd'hui

Mais j'aimerais d'abord vous brosser un tableau de l'état technologique du livre adapté aujourd'hui. Comme vous le savez, le livre adapté prend plusieurs formes. Les deux formes les plus connues et certainement les plus utilisées sont les livres braille et les livres parlés sur cassettes. Mais on retrouve maintenant des livres sur disquettes qu'on peut lire à l'aide d'un afficheur braille ou d'un synthétiseur vocal. On a aussi vu apparaître au début des années 90 des systèmes informatiques de lecture qui permettent aux non-voyants d'avoir accès à la majorité des documents imprimés.

La production de livres braille utilise à profusion les nouvelles technologies. On saisit le livre par divers moyens, on le traite par des logiciels spécialisés puis on l'imprime directement sur des imprimantes braille haute performance. Le résultat est, pour plusieurs non-voyants, la Cadillac de l'accès à l'information. C'est la forme qui ressemble le plus au livre original. Mais les livres braille sont aussi très volumineux et les coûts de production sont élevés.

De son côté le livre parlé lui n'a connu que très peu d'améliorations technologiques au cours des 20 dernières années. On enregistre sur ruban magnétique la voix d'un narrateur qui lit le livre à haute voix. Pour le livre loisir comme les romans, le livre parlé est des plus adéquats. Le narrateur par son intonation et son rythme rend vraiment l'âme du roman. Cependant, lorsqu'on parle de livre de référence ou de texte scolaire, la recherche d'information devient laborieuse à cause du caractère séquentiel du livre parlé. Il faut dérouler la bande jusqu'à l'information recherchée.

Mais qu'y a-t-il de si nouveau? Recording for the Blind and Dyslexic et plus récemment la Bibliothèque Jeanne-Cypihot au Québec produisent déjà depuis quelques années des livres sur disquettes en format numérique. Les systèmes de lecture sont utilisés depuis le début des années 90 pour numériser des livres. Et donc le livre numérique ça existe déjà depuis un certain temps. Alors pourquoi sommes-nous ici en train de discuter de grands chambardements et d'une nouvelle génération de livre adapté?

En fait, il n'y a pas grand chose de nouveau dans tout cela. On fait plutôt face à la conjoncture de deux phénomènes. D'une part, certaines technologies clés sont aujourd'hui bien mûres et donc prêtes à être utilisées pour fabriquer ce nouveau livre numérique adapté. Mais d'autre part, et je crois qu'il s'agit du phénomène le plus important, des bibliothèques à travers le monde se sont regroupées et ont uni leurs efforts pour définir des standards et des outils de base nécessaires à la mise en œuvre du livre numérique adapté.

Retour au sommaire du texte


Les technologies impliquées

Essayons maintenant de mieux comprendre le premier phénomène en cause, c'est-à-dire la conjoncture technologique.

Ce qui a d'abord été constaté par les bibliothèques c'est que les technologies de numérisation et de compression de la parole avaient suffisamment évolué pour remplacer les enregistrements analogiques sur ruban magnétique. On peut maintenant enregistrer la parole d'un narrateur sur le disque d'un ordinateur. Il n'en fallait pas plus pour créer le «livre parlé numérique».

Et comme je vous l'ai dit plus tôt, il y a déjà belle lurette qu'on sait comment numériser le contenu texte d'un livre. Et quelques bibliothèques, en particulier RFB&D, étaient d'avis que l'ajout du texte numérisé au livre parlé numérique permettrait d'enrichir considérablement son contenu et permettrait à l'usager de lire le document sous la forme qu'il le désire, que ce soit en braille, en synthèse vocale ou en voix numérisée.

Il a donc été décidé d'unir ces deux formes de livres adaptés et de définir le «livre numérique adapté» comme étant un ensemble pouvant inclure le texte et la parole numérisée. Ensuite on voulait un standard ouvert, un format de stockage du livre adapté numérique qui soit connu de tous. On voulait que toutes les bibliothèques du monde entier puissent créer des livres numériques adaptés selon un seul et même standard et ainsi échanger ces livres entre elles. On voulait aussi que ce standard puisse évoluer et permettre de soutenir toutes les formes de livres que l'avenir nous réserve.

Quel standard de document pouvait-on choisir? On voulait que ce soit un standard bien connu mais aussi très flexible. On voulait pouvoir inclure tous les éléments des livres du futurs. Quoi de plus logique que de choisir le standard le plus à la mode aujourd'hui. Celui qui sera bientôt le standard pour l'accès à l'information. Bien sûr on parle d'Internet et de ses documents HTML (HyperText Marking Language). Mais on avait aussi besoin d'unir le texte et la parole. De synchroniser le texte et la parole pour faire épeler un mot par exemple. Et tout récemment est apparu SMIL une extension de HTML qui permet justement la synchronisation du texte et de l'audio.

Là, j'avoue que c'est un peu étourdissant! On numérise et compresse la parole, on y ajoute le texte numérisé on mélange le tout avec HTML et SMIL et qu'obtient-on? Eh! bien, on obtient le «livre numérique adapté». Et du même coup, on tourne la page pour entrer de plein pied dans le 21e siècle.

Retour au sommaire du texte


Le livre adapté au tournant du 21e siècle

Parlons maintenant en terme plus concret de ce nouveau livre adapté. Je vous propose qu'on s'intéresse d'abord à la partie audio du livre adapté. On aura donc toujours recours à un narrateur qui lira le contenu du livre à haute voix. Mais plutôt que de l'enregistrer sur un magnétophone à ruban, on utilisera un ordinateur muni d'une carte de son et des logiciels nécessaires à l'enregistrement numérique. La voix du narrateur sera stockée sur le disque dur de l'ordinateur. Le logiciel de contrôle de l'enregistrement permettra à l'opérateur de placer, pendant l'enregistrement ou à posteriori, des repères pour les pages, les chapitres, les sections, les notes en bas de page ou toute autre structure du livre qu'on pourrait indexer.

Ensuite, il faut saisir le texte du livre en format numérique. Ce texte en format numérique peut provenir directement de chez l'éditeur, ce qui est de plus en plus fréquent, ou encore on peut le numériser à l'aide d'un balayeur optique. Il s'agit, à la base, du même procédé que lorsqu'on imprime un livre en braille.

Enfin, on doit assembler le tout dans un format qui permet de présenter le texte et l'audio de manière cohérente, le fameux HTML / SMIL. On obtient alors un document numérique bien structuré pour une lecture efficace et pour une recherche d'information des plus performantes.

Ce livre numérique adapté pourra prendre plusieurs formes selon la volonté du producteur. Pour toutes sortes de considérations, le producteur peut décider par exemple de n'inclure que la partie audio, ce qui ressemblera grandement au livre parlé actuel. Il peut également décider d'inclure l'audio plus la structure du document (par exemple, la table des matières) pour en faire un document plus facile à consulter. Ou encore il peut inclure tout le texte et l'audio pour un livre optimum. Le format du livre numérique permettra cette panoplie de formes selon les besoins de l'usager et les capacités du producteur.

Une fois ce livre numérique produit, il faut le transmettre à l'usager, c'est le problème de la diffusion. Une première méthode consiste simplement à mettre cette information sur un disque compact (CD), par exemple, et de l'envoyer à l'usager par la poste comme on le faisait avec les cassettes. Mais ce nouveau format de livre numérique ouvre la voie à des méthodes de distribution plus évoluées. On peut penser distribuer les livres numériques par Internet ou autres moyens de télécommunication semblables.

L'enregistrement en format numérique présente plusieurs avantages pour le producteur. Il sera ainsi possible d'éditer un livre parlé numérique lors d'une réédition de ce livre sans avoir à réenregistrer tout le livre. L'archivage des livres parlés numériques est plus simple, compact et fiable que l'archivage des bobines magnétiques.

Mais c'est surtout du côté de l'usager qu'on retrouve les principaux avantages du livre numérique adapté. Le livre parlé qui jusqu'à maintenant a été utilisé principalement pour les livres de loisir à cause de ses limitations devient un outil de recherche d'information des plus intéressants. Avant, on devait dérouler la bande jusqu'à l'information désirée, maintenant on peut y sauter d'un seul coup. On retrouvera tout un livre sur un seul CD. Et lorsque les modes de distribution type Internet seront utilisés, on pourra télécharger un livre sans devoir attendre quelques jours.

L'apparition du livre numérique adapté donnera donc naissance à plusieurs types d'appareils pour en faire la lecture. Tout d'abord, on retrouvera le magnétophone numérique. Il s'agit d'un appareil semblable à un magnétophone à ruban qui lit des disques compacts plutôt que des cassettes. Il offre des fonctions simples d'écoute mais aussi des fonctions évoluées de navigation à travers le livre.

D'autre part, l'ordinateur deviendra aussi un appareil de lecture de livre adapté. En effet, un ordinateur muni d'un lecteur de CD, d'une carte de son et des logiciels appropriés permettra l'écoute d'un livre. Mais si le CD contient aussi le texte, l'usager pourra alors utiliser son synthétiseur vocal ou son afficheur braille pour en prendre connaissance.

Retour au sommaire du texte


Les efforts pour la naissance du livre numérique adapté

Pour en arriver à ce nouveau concept de livre numérique, bien des efforts ont dû être déployés au cours des dernières années. Tout d'abord, c'est en Suède qu'est né le projet Daisy. Ce projet visait à développer un logiciel d'enregistrement numérique pour les bibliothèques de livres parlés. Ils ont ensuite réalisé que le projet était de taille et qu'il valait mieux unir leurs efforts à d'autres bibliothèques. C'est ainsi qu'est né le Consortium Daisy (Digital Audio Information System) dont vous entendrez parler plus à fond au cours des présentations qui vont suivre.

Plus récemment, la bibliothèque du Congrès aux États-Unis a lancé un processus de normalisation pour mieux définir le livre adapté du futur. C'est le groupe NISO (National Information Standard Organisation). La définition du standard va donc bon train. Certains membres de Daisy font partie de NISO et vice versa ce qui tend à assurer qu'un standard commun sera défini. C'est donc grâce à l'implication de plusieurs producteurs et bibliothèques qui n'ont pas compté leurs efforts que nous verrons bientôt naître le livre numérique adapté.

Retour au sommaire du texte


Le livre numérique adapté chez VisuAide

Il me serait difficile de terminer cette présentation sans parler de l'implication de VisuAide dans ce dossier. Chez VisuAide, nous avons commencé à nous intéresser à l'enregistrement numérique depuis plus de quatre ans. Nous avons développé Magnum, le premier magnétophone numérique pour les non-voyants qui est maintenant vendu à travers le monde. Bien que ce magnétophone soit basé sur les mêmes technologies que le lecteur numérique de livre parlé, il n'a pas été conçu pour la lecture de livres mais plutôt comme assistant personnel pour la prise de notes, la gestion de son agenda et de son carnet d'adresses. Il nous semblait donc tout naturel de développer un appareil de lecture de livre numérique. Un premier prototype de cet appareil a déjà été réalisé et nous prévoyons lancer notre produit final au cours de l'automne 98.

Nous sommes également à concevoir une nouvelle gamme d'appareils compacts en audio, en braille et en synthèse vocale. Nous croyons que la portativité de l'appareil sera déterminante pour une grande partie des utilisateurs. Nous voulons développer des appareils de lecture qui peuvent tenir dans le creux de la main.

Comme le lecteur de CD et son alimentation (batteries) jouent un rôle important dans les dimensions et le poids de l'appareil, il faut donc considérer un concept dans lequel l'usager n'a pas à transporter et à alimenter le lecteur de CD. Il s'agit donc de transférer l'information audio et/ou texte dans de la mémoire d'un appareil encore plus compact. L'usager pourrait ensuite se déplacer avec un appareil compact pouvant jouer l'audio, afficher le texte en braille ou encore le prononcer en synthèse vocale. La forme que pourrait prendre ce concept inclurait d'abord une unité de lecture et de transfert du document vers l'appareil compact. Cette unité pourrait être un PC avec logiciels appropriés ou encore un lecteur de CD dans une boîte avec l'intelligence minimale pour la lecture et le transfert par port série (infra-rouge).

Quant à l'appareil compact, il existe déjà dans deux des trois formes ci-haut mentionnées :

Dans la catégorie reproduction de l'audio, on retrouve déjà sur le marché quelques appareils (Audible, Audio Highway, etc.) qui peuvent contenir dans leur mémoire deux heures d'écoute audio. Ce produit s'adresse principalement aux personnes en transit entre la maison et le travail.

Dans la catégorie affichage braille, VisuAide collabore présentement avec Handy Tech, une compagnie à finaliser le produit «BookWorm». Il peut contenir jusqu'à 4 Mo. de texte. Il est muni de huit cellules braille et offre des modes de lecture à défilement automatique. Il tient dans le creux de la main et a une autonomie de vingt heures.

Enfin, dans la catégorie synthèse vocale, bien qu'aucun produit de ce type n'existe, la technologie est à point pour en réaliser un. Il faut comprendre que ces appareils pourraient bien sûr lire les livres numériques adaptés, mais aussi n'importe quel document téléchargé par Internet ou sur le disque de votre ordinateur. Il s'agit d'une nouvelle philosophie d'accès à l'information.

Retour au sommaire du texte


Conclusion

En conclusion, je crois que ce dont nous discutons aujourd'hui, c'est bien plus qu'une nouvelle forme de livre. Nous discutons de l'intégration sociale des personnes vivant avec une déficience visuelle, nous discutons de leur capacité et leur efficacité d'avoir accès à l'information.

Comme vous le savez, notre économie n'est plus uniquement basée sur la matière première. La nouvelle économie est davantage basée sur la matière grise, la connaissance, le savoir. Pour développer notre matière grise, il faut avoir accès à l'information. Et pour les non-voyants, la clé de l'accès à l'information passe en grande partie par le livre adapté.

Il faut prendre le tournant que nous offre ces nouvelles technologies et fournir aux non-voyants un livre adapté encore mieux adapté à leurs besoins.

Merci.

Retour au sommaire du texte




Dernière mise à jour de cette page :  5 octobre 1998


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

C'est à la foire de Saint-Ovide (France), en septembre 1771, que Valentin Haüy vit des aveugles faire les clowns sous les quolibets et les rires de la foule. La vue de ces hommes impuissants, dégradés et ridiculisés le choqua profondément. Cet incident fut à l'origine de la campagne qu'il mena pour fonder ce qui fut la première école au monde réservée aux aveugles.

TyphloPensée

« On observe qu'en France, le plus souvent, les critiques musicaux sont sourds et les critiques d'art aveugles. Cela leur permet le recueillement nécessaire aux idées esthétiques. »

Anatole France

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.