Vous consultez : Le Typhlophile / Technologies des communications et de l'information et personnes handicapées.
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Technologies des communications et de l'information et personnes handicapées.

Quatre cannes blanches.

Dimanche 15 septembre 2019 à 02:11:18 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un preneur de notes.
Le BrailleNote est un appareil de type preneur de notes et peut être relié à un ordinateur pour accéder au contenu de l'écran. Il est muni d'un affichage de 32 cellules braille.





Partager la page sur Facebook

Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Technologies des communications et de l'information et personnes handicapées.

Dupuy, J. Robert. Ottawa : Ministère des Communications, 1993. 1 v. (pag. multiple)

L-3956

Actuellement, près de 15% de la population nord-américaine s'inscrit au nombre des personnes handicapées. Pour celles-ci qui ne constituent plus dorénavant "des exceptions" ou une population marginale, les technologies de communications et de l'information peuvent avoir des impacts tout autant positifs que négatifs à leur intégration sociale et économique selon que leurs besoins et leurs intérêts ont été adéquatement pris en considération.

Il s'agit, ici, de la présentation d'une étude qui fut réalisée dans le cadre de la participation du ministère des Communications à la Stratégie nationale pour l'intégration des personnes handicapées.

L'étude visait, entre autres, à recueillir des informations, des constats et recherches aux plans national et international en vue de dégager une perspective d'ensemble sur les questions concernant les technologies des communications et de l'information au profit des personnes handicapées sensorielles, cérébrales ou motrices. Elle avait aussi pour objectif d'identifier les forces et les faiblesses de ces technologies selon le point de vue des experts et d'usagers informés, qui vivent pour la plupart avec une incapacité, afin de dégager des recommandations quant aux priorités de recherche et de développement dans le contexte canadien.

L'étude s'est déroulée selon trois étapes :

  1. Un "state of the art" sur la question tant au Canada qu'à l'étranger ;
  2. Un recensement des principaux centres de recherches canadiens et de leurs intérêts et activités dans le domaine ;
  3. Une consultation auprès d'experts et d'utilisateurs en regard de l'introduction et de l'utilisation dans les organisations des technologies des communications et de l'information pour les personnes handicapées.

On se rend compte finalement que bien que le Canada est un des chefs de file dans le développement des nouvelles technologies et moyens de communication il s'est, sauf exception de quelques réalisations concrètes, peu investi , contrairement à ses voisins américains et européens, dans les secteurs concernant les personnes handicapées.

Au terme de l'étude, cinq points majeurs ont été dégagé. Ce sont des points à retenir et susceptibles d'orienter ultérieurement des plans d'actions pour le développement du domaine au Canada :

  1. Manque d'information sur le potentiel et les réalisations des technologies de communications pour les personnes handicapées auprès des utilisateurs, des industries, etc.
  2. Absence d'une structure de coordination, de concertation et d'échange d'information entre les divers intervenants de recherche;
  3. Faible implication de l'industrie des télécommunications et de l'information;
  4. Développer une approche de conception accessible, i.e. intégrer les possibilités de multifonctionnalité et d'adaptation dès le début du processus de développement des produits de télécommunication;
  5. Déterminer les domaines d'application des nouvelles technologies : réadaptation, contrôle de l'environnement, communication.

(L.L.)



Dernière mise à jour de cette page :  11 juin 2000


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

L'égalité ou légalité???

Blind Bob, c'est-à-dire Bob l'aveugle, comme le surnommaient affectueusement ses compagnons de prison n'était vraiment pas un aveugle ordinaire. Car de son vrai nom, Robert Vernon Toye, le crime cela pouvait être payant pour un aveugle. Et c'est ainsi qu'il a commis au cours de son infâme carrière criminelle, armé de sa canne blanche bien dissimulée sous son manteau, 17 vols à mains armés de banques. Il a aussi commis 11 tentatives d'évasion, toutes infructueuses. Tout cela lui a valu de passer une bonne partie de sa vie dans un pénitencier fédéral américain.

TyphloPensée

« Comme un aveugle n'a aucune idée des couleurs, de même nous n'avons aucune idée de la manière dont Dieu infiniment sage perçoit et comprend toutes choses. »

Isaac Newton - Principes mathématiques de la philosophie naturelle

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 2 septembre 2019
© 1996/2019; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.