Vous consultez : Le Typhlophile / Un avenir inquiétant pour le livre adapté à la BNQ
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Un avenir inquiétant pour le livre adapté à la BNQ

Quatre cannes blanches.

Dimanche 21 octobre 2018 à 11:23:39 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un livre braille.
Un livre braille. Une page imprimée conventionnelle donne environ 2,5 pages braille.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Un avenir inquiétant pour le livre adapté à la BNQ

Hull, le 3 octobre 2002

Madame Pascale Dussault
Comité des usagers
Institut Nazareth et Louis-Braille
1111, rue St-Charles ouest
Longueuil (Québec)
J4K 5G4

OBJET : UN AVENIR INQUIÉTANT
POUR LE LIVRE ADAPTÉ À La BNQ

Madame,

Suite aux communiqués émis au journal parlé du Comité des usagers de l'INLB dans la semaine du 16 septembre, je viens exprimer mes inquiétudes concernant le transfert du service du livre adapté à la Bibliothèque Nationale du Québec, appelé dans le langage courant, «La Grande Bibliothèque du Québec».

Tout d'abord, en tant que citoyenne, je m'interroge sur le bien-fondé d'une grande bibliothèque alors que le l'éducation et la santé manquent continuellement de ressources matérielles, humaines et financières pour répondre aux besoins de la population. Et puis, qui profitera de cette bibliothèque? Pour la majorité des citoyens et pour les gens vivant hors de la région métropolitaine, cet établissement ne rapportera pas grand-chose.

En ce qui a trait au transfert du service livre adapté de la bibliothèque de l'INLB à la BNQ, la situation s'avère encore plus critique et je doute sérieusement que les personnes handicapées visuelles en sortent gagnantes. Les réponses de la BNQ adressées au Conseil d'administration de l'INLB indiquent clairement aucune garantie de services, de l'espace requis, de soutien financier pour le transfert et la numérisation, etc.

À mon avis, je sens que le service du livre adapté perdra de son autonomie dans un engrenage de services intégrés. Qu'adviendra-t-il des emplois? Comme dans bien d'autres secteurs et organismes, les personnes handicapées visuelles n'auront plus de place pour occuper des emplois. D''une part, on coupera des postes et d'autre part, des personnes voyantes, ne connaissant absolument rien au service du livre adapté, occuperont ces emplois, soit pour des raisons d'ancienneté ou on changera les descriptions de tâches pour y inclure des aspects que des personnes aveugles ne peuvent pas accomplir.

Comme autres exemples, nous avons seulement à regarder les fusions municipales et le transfert des programmes de l'OPHQ vers les ministères respectifs. Les services pour personnes handicapées demeurent toujours en bas de liste avec une diminution flagrante des ressources et des budgets. La même situation se produira avec le livre adapté à la Grande bibliothèque.

Dans sa structure actuelle, notre service du livre adapté, à même ses imperfections, fonctionne bien. Les usagers appellent, nous savons à qui nous nous adressons et l'obtention de documents demandés se fait assez rapidement. Il existe une certaine autonomie dans le choix des livres à enregistrer et/ou à transcrire en braille. Jouirons-nous encore de ces avantages avec l'intégration des services à la BNQ?

Un proverbe dit que «Nous ne sommes jamais mieux servis que par soi-même». Ainsi, la communauté des personnes handicapées visuelles doit garder le contrôle de sa bibliothèque. C'est à peu près tout ce qu'il nous reste dans le milieu. Les exemples mentionnés ci-dessus démontrent clairement que l' intégration de services, dans un endroit centralisé, se fera au détriement de nos besoins. Pour moi, le service du livre adapté appartient à notre milieu. Avec la BNQ, notre culture deviendra une goutte d'eau dans un univers d'imprimerie et de technologies inaccessibles aux yeux des citoyens vivant avec une déficience visuelle.

Je vous remercie de l'attention portée à mes propos en espérant que ceux-ci feront l'objet d'une sérieuse réflexion avant de prendre le train vers la BNQ. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter par courriel.

Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Monique Beaudoin
Hull (Qébec)



Dernière mise à jour de cette page :  3 octobre 2002


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Charles Bonnet (1720-1793) Naturaliste et philosophe suisse, découvreur de la parthénogénèse (la reproduction sans fertilisation) et qui a élaboré la théorie de l'évolution. Bien que Bonnet était un avocat, sa vraie passion était les sciences naturelles. S'attardant d'abord à l'entomologie, il a étudié le comportement des aphides, et a découvert que l'insecte femelle pouvait se reproduire sans fertilisation par le mâle. En 1742, il a découvert que les chenilles et les papillons respirent par leurs pores, qu'il a nommées stigmates. Bonnet s'est ensuite intéressé à la botanique, en y étudiant les structures et les fonctions des feuilles.

Atteint de cécité, il s'est intéressé cette fois à la philosophie. Dans ses - Considérations sur les corps organisés - (1762), il élabora une théorie selon laquelle tout organisme femelle contient dans ses cellules sexuelles une quantité infinie d'individus préformés, entraînant l'immortalité et l'immuabilité des espèces. Dans la Palingénésie philosophique - (1769) il a élaboré l'idée que la Terre subi périodiquement des catastrophes universelles qui détruisent presque toutes les espèces vivantes, dont les survivantes accèdent au prochain stade évolutif. Bonnet a été le premier à employer le mot - évolution - dans un contexte biologique. Dans son - Essai de psychologie - (1754) ainsi que dans - Essai analytique sur les facultés de l'âme - (1760), il avait déjà entrevu la psycho-physiologie.

TyphloPensée

« J'ai connu un type qui était tellement radin qu'il avait engagé une bonne aveugle... pour économiser de l'électricité ! »

Pierre Doris

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.