Vous consultez : Le Typhlophile / 1981, DÉJÀ 25 ANS !
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

1981, DÉJÀ 25 ANS !

Quatre cannes blanches.

Dimanche 27 mai 2018 à 19:43:14 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie du Victor Classic +.
Le Victor Classic + est un lecteur de livre numérique au format DAISY. Il peut également être utilisé pour écouter des fichiers au format MP3 ou disque compact du marché.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / 1981, DÉJÀ 25 ANS !

20 mars 2007

La chronique de Jean Brière

Le Vision-Ère, 2006

La rédaction tient à souligner que l'auteur de cette chronique s'exprime à titre personnel.

L'année 1981, vous vous souvenez? Quelle importance revêt cette lointaine année pour nous, citoyens handicapés? Bon nombre de personnes aveugles ou amblyopes, habitant la région de Québec, évoqueront légitimement la fondation de leur association de revendication : le Regroupement des personnes handicapées visuelles (régions 03-12), appelée, à l'origine, RAAQ Section Québec. Pour ma part, je découvrais amèrement, cette année-là, les aléas de l'intégration professionnelle, au terme de mes études. Bref, j'expérimentais le chômage! En fait, l'événement occupant mon souvenir avait une portée plus globale. Permettez-moi de vous rafraîchir la mémoire : 1981 fut décrétée, par l'Organisation des Nations Unies, l'année internationale des personnes handicapées.

Dans notre belle province, l'Office des personnes handicapées du Québec pondait, à cette occasion, une multitude de documents thématiques décrivant la situation des Québécois vivant avec une déficience. Tous les grands penseurs de l'OPHQ se signalèrent, par des analyses savantes et des observations philosophiques, abondamment discutées, lors du colloque final de l'automne; sorte de grand-messe des handicapés rendant grâce à leur gouvernement si progressiste. Cette formidable agitation intellectuelle culmina, trois ans plus tard, par la publication du rapport, subtilement intitulé « À PART ... ÉGALE ». Véritable bible de l'intégration, l'oeuvre prodiguait des centaines de recommandations, toujours d'actualité, puisqu'elles demeurent trop souvent non réalisées.

Je pose donc la question dérangeante! Quels sont nos gains réels, suite à un quart de siècle de concertations, de revendications, de négociations, de chartes, de lois et d'engagements solennels? Une réponse objective à cette interrogation fort justifiée, nécessiterait évidemment, des recherches rigoureuses et sans complaisance. Toutefois, chacun d'entre nous possède assurément son opinion, sur la condition des personnes handicapées visuelles au Québec.

À mon humble avis, notre situation s'est dans l'ensemble détériorée. Certes, des améliorations ont été enregistrées, notamment en matière de réadaptation et d'éducation, mais, considérant les efforts déployés, elles demeurent partielles et insuffisantes. Pensons seulement à l'accès à l'emploi qui rétrécit sans cesse, au programme de plan d'embauche qui n'a jamais livré les résultats espérés, à l'intolérable pauvreté, qui reste le lot de l'immense majorité des personnes handicapées, en dépit de leur instruction et de leur qualification. Dans une société où l'égalité et l'inclusion sont à l'honneur, l'État a-t-il considéré l'accessibilité universelle, quand il a imposé le virage à droite sur le feu rouge aux piétons handicapés de la vue? De même, a-t-on respecté le droit des électeurs atteints d'une limitation visuelle, lors de l'implantation des terminaux électroniques de votation, déployés aux dernières élections municipales? Voilà autant de problèmes concrets, que les dirigeants de nos associations appellent, commodément, des « dossiers », tellement les solutions leur semblent lointaines et improbables.

Vingt-cinq ans après l'année internationale des personnes handicapées, avons-nous vraiment quelque chose à fêter? Le rapport « À PART ... ÉGALE » arborait fièrement le slogan « Sans discrimination ni privilège », sur sa page de garde. Avec le recul, je suis forcé de constater, ironiquement, que les rares privilèges furent éliminés, avec une efficacité remarquable, contrairement aux discriminations qui persistent, avec une sournoise vivacité!

Vous avez des commentaires, écrivez-moi à : rphv@rphv0312.org

Jean Brière, Québec

Ce texte qui a été publié dans une des éditions du Vision-Ère de l'année 2006. Le Vision-ère est le périodique du Regroupement des personnes handicapées visuelles (régions 03-12).



Dernière mise à jour de cette page :  20 mars 2007


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Maurice de la Sizeranne naquit le 30 juillet 1857 à Tain (France). Il perd la vue à l'âge de 9 ans. Son œuvre est colossale. Mentionnons seulement qu'il est le fondateur de l'Association Valentin Haüy (1889). Il meurt le 13 janvier 1924 à l'âge de 66 ans. Encore aujourd'hui, plusieurs de ses réalisations poursuivent l'œuvre qu'il a amorcé permettant ainsi aux aveugles et amblyopes d'aspirer à une vie active et productive.

TyphloPensée

« L'amour est aveugle et sa canne est rose. »

Serge Gainsbourg

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.