Vous consultez : Le Typhlophile / Glaucome: des chercheurs découvrent quatre facteurs de risque
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Glaucome: des chercheurs découvrent quatre facteurs de risque

Quatre cannes blanches.

Dimanche 22 juillet 2018 à 01:13:45 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une machine à SwellTouch.
Cet appareil permet de reproduire des graphiques en relief sur du papier SwellTouch. Procédé par lequel, sous l'effet de la chaleur, l'encre prend du volume pour donner un relief sur le papier.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Glaucome: des chercheurs découvrent quatre facteurs de risque

25 juin 2007

Le Devoir
LES ACTUALITÉS, samedi 23 juin 2007, p. a4

Glaucome: des chercheurs découvrent quatre facteurs de risque.
Gravel, Pauline.

Maladie sournoise, le glaucome progresse à un rythme imprévisible chez certains patients, et ce, en dépit d'un traitement visant à diminuer la pression intraoculaire. Une vaste étude pancanadienne vient de mettre en évidence quatre facteurs de risque susceptibles de prédire l'évolution de cette pathologie et d'en permettre un meilleur contrôle.

Sournois en effet, le glaucome à angle ouvert - la forme la plus courante, qui affecte près de 250 000 Canadiens - endommage le nerf optique sans que la personne atteinte soit alertée par un quelconque symptôme. «Les patients ne perçoivent pas la haute pression intraoculaire qui caractérise cette maladie. S'ils la ressentent, c'est qu'il s'agit d'une autre forme de glaucome», précise le Dr Balwantray Chauhan, directeur de la recherche au département d'ophtalmologie et de sciences visuelles de l'université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, et principal chercheur de l'étude canadienne.

La maladie est souvent découverte par hasard lors d'un examen de la vue ou au moment où une perte de vision - permanente - est constatée. «De façon typique, la maladie est détectée entre l'âge de 60 et 70 ans. Mais il est clair qu'elle a débuté des décennies plus tôt, poursuit l'ophtalmologiste. À mesure que les personnes prennent de l'âge, elles ont tendance à consulter plus fréquemment le médecin, notamment pour changer leurs lunettes. C'est pourquoi on les découvre souvent par hasard à cet âge plus avancé.»

Cette étude, dont on révélait les résultats à Montréal dans le cadre du congrès annuel de la Société canadienne d'ophtalmologie, a porté sur 258 patients qui ont été suivis de 1994 à 2005 par des ophtalmologistes liés aux centres hospitaliers de l'Université de Montréal, de McGill et des universités de Dalhousie, de Toronto et de la Colombie-Britannique. Cette étude unique a mis en évidence quatre facteurs qui devraient permettre d'identifier les personnes qui, malgré un traitement fructueux destiné à diminuer leur pression intraoculaire (PIO) - souvent trop élevée chez les glaucomateux -, continuent de voir l'état de leur nerf optique se détériorer.

Même si tous les patients enrôlés dans cette étude étaient traités efficacement pour diminuer leur PIO, celle-ci est néanmoins apparue comme un facteur très important permettant de prédire quels patients verront leur nerf optique continuer de subir des dommages et leur glaucome continuer de s'aggraver. «Nous avons été très surpris de constater qu'une élévation d'un millimètre de mercure de la PIO résultait en une augmentation de 20 % du taux de progression de la maladie. Nous savions que la PIO est importante, mais pas à ce point», a déclaré le Dr Chauhan.

Secundo, les femmes sont deux fois plus à risque que les hommes de voir leur glaucome empirer. Tertio, plus le patient est vieux, plus grand sera le risque que son glaucome poursuive sa progression. Plus précisément, les risques de détérioration s'accroissent de 4 % par année. «Compte tenu du fait que le glaucome est une maladie associée à l'âge, ce résultat n'est pas très surprenant», commente le chercheur.

Ultimo, les analyses sanguines effectuées au cours de l'étude ont permis de découvrir qu'un anticorps dirigé contre une substance appelée cardiolipine permet jusqu'à un certain point de prédire l'évolution de la maladie. Cet anticorps est particulièrement abondant chez les patients souffrant de thromboses (c'est-à-dire de problèmes de coagulation sanguine menant à la formation de caillots dans les vaisseaux ou dans les cavités du coeur), atteints d'une maladie auto-immune comme le lupus ou qui ont été victimes d'un infarctus ou d'une fausse couche. «Cet anticorps est présent dans une foule de maladies, souligne le Dr Chauhan. Mais on ne sait pas s'il fait son apparition précédemment ou consécutivement à l'événement ou à l'établissement de la maladie. Nous ne savons pas s'il est la cause ou l'effet.» Ce qui a grandement étonné les chercheurs, c'est que les patients qui avaient ces anticorps dans leur circulation sanguine étaient quatre fois plus susceptibles de subir une progression de la maladie que ceux qui en étaient exempts. «Mais ces patients [présentant les fameux anticorps] étaient en nombre restreint, ne comptant que pour moins de 10 % des participants de l'étude, a dit le Dr Chauhan. Il faut demeurer prudent, car le fait qu'un patient ne présente pas d'anticorps anticardiolipine ne signifie pas que son glaucome ne progressera pas. Par contre, s'il en a, il est très probable que sa maladie poursuivra son évolution. Cette observation est intrigante et nous incitera à pousser nos recherches dans cette voie afin de mieux comprendre le lien entre cet anticorps et le glaucome.»

L'étude a par ailleurs permis d'éliminer plusieurs facteurs, comme le diabète, l'hypertension ou les maladies cardiovasculaires, qui ne prédisposent pas davantage à l'évolution du glaucome.

«Le principal message à transmettre, c'est que même si la PIO est bien contrôlée et parfaitement normale, elle peut néanmoins s'élever légèrement si vous oubliez de mettre vos gouttes ou si vous les prenez un jour sur deux, par exemple. Or une légère augmentation de la PIO d'à peine un millimètre de mercure peut causer beaucoup de dommages. De même, si votre ophtalmologiste vous rassure en vous disant que votre PIO est bonne, cela ne veut pas dire que vous pouvez arrêter de mettre vos gouttes. Notre étude souligne qu'il est essentiel d'appliquer à la lettre la médication prescrite», conclut le chercheur.



Dernière mise à jour de cette page :  25 juin 2007


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Une étude américaine publiée en 1982 démontre que la reconnaissance des aveugles comme citoyens à part entière est loin d'être acquise. De plus, il appert qu'un niveau d'étude plus élevé favorise d'une manière significative l'atteinte de cet objectif.

TyphloPensée

« Si l'homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux,
il finirait par ne plus voir ce qui vaut d'être regardé. »

René Char.

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.