Vous consultez : Le Typhlophile / LaCriée : Concours littéraire bicentenaire Louis Braille
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Concours littéraire bicentenaire Louis Braille

Quatre cannes blanches.

Dimanche 22 juillet 2018 à 10:16:05 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'un livre pour enfant.
Une page de livre pour enfant réalisée sur du papier SwellTouch (thermogonflage). Procédé par lequel l'encre prend du relief lorsqu'on applique une chaleur.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / LaCriée : Concours littéraire bicentenaire Louis Braille

5 avril 2008

>C.I.N.A.L
Concours littéraire du bicentenaire de Louis Braille (1809 - 2009)

Ce concours a pour enjeu la production de témoignages ou de récits imaginaires (de 3.000 à 15.000 signes) narrant une expérience sensible autre que visuelle ou impliquant la description non visuelle de personnages, d'objets ou de lieux. Il a pour but de faire dialoguer les sensibilités d'auteurs et de lecteurs voyants, malvoyants et aveugles autour de ce que c'est qu'entendre, toucher, humer ou goûter.

Comment connaissons-nous le monde et sentons-nous la vie autrement que par la vue ? Que savons-nous de la ville ou de la nature par la succession de leurs bruits, de leurs senteurs et de leur contact ? Que pouvons-nous dire du son, de l'odeur et du toucher des objets que nous manipulons, de la nourriture que nous préparons, des plantes que nous soignons... ? Que nous apprennent des gens une voix, une poignée de main ou une embrassade ?

En deçà de l'objectivité des choses et de l'abstraction des idées, c'est cette face muette de la réalité qu'il s'agit d'explorer. Pour que les aveugles puissent lire et écrire en braille, il a fallu que trois hommes soient singulièrement attentifs à cette autre face de la réalité : Valentin Haüy a compris que les lettres pouvaient être touchées, Charles Barbier que l'alphabet tactile pouvait avoir une forme différente de l'alphabet visuel, et Louis Braille que la lettre en relief devait avoir la surface de la pulpe sensible du doigt.

Et si l'histoire s'inversait ? Et si les aveugles redonnaient aux voyants le désir et le plaisir de cultiver les quatre autres sens que nous pouvons partager ? De fait, à l'exception du goût, dont les Français continuent à parler, la société contemporaine relègue dans l'accessoire ou dans l'anecdotique l'écoute, le tact et l'olfaction. Dire le non visuel, ce sera faire mentir l'adage du pigeon voyageur de La Fontaine : « Quiconque ne voit guère N'a guère à dire aussi ».

Pour les déficients visuels, écouter, toucher et humer sont des nécessités fonctionnelles qu'ils intériorisent à tel point qu'ils ne les évoquent presque jamais. Le photographe aveugle Evgen Bavcar écrit pourtant que « l'appropriation de l'écriture par Louis Braille signifie aussi la possibilité de donner aux aveugles de plus en plus de paroles propres afin qu'ils parlent et qu'ils écrivent au nom de leur identité propre ». Pour les voyants, pris dans un flot croissant d'images et d'icônes, s'attacher aux autres sensations, c'est mettre à distance ce que la vie moderne a de factice et retrouver de l'originel ou de l'universel au plus près de soi. Des écrivains tels que Noëlle Châtelet, Gaétan Soucy ou Muriel Barbéry, par exemple, montrent déjà la fécondité de cette démarche.

À l'occasion du bicentenaire de la naissance de Louis Braille, les meilleures oeuvres d'auteurs voyants ou aveugles explorant la face non visuelle de la réalité seront publiées sous forme de recueil. Des lectures publiques en seront données afin d'échanger autour de cette autre manière de vivre et de dire l'expérience humaine.

PEGAZ Laetitia
Courriel : laetitia.pegaz@ile-de-france.pref.gouv.fr


RÈGLEMENT DU CONCOURS

Art. 1 : Le CINAL organise un concours de nouvelles (textes courts de témoignage ou d'imagination) ouvert à tout individu, ou groupe d'individus écrivant en langue française.

Art. 2 : Le thème de ce concours est : « Dire le non-visuel » : narrer une expérience sensible autre que visuelle ou impliquant la description de personnages, d'objets ou de lieux grâce aux perceptions auditives, tactiles, olfactives ou gustatives (cf. la Présentation du concours).

Art. 3 : Chaque auteur ou groupe d'auteurs présentera une seule nouvelle originale et inédite dans une des six catégories suivantes :

  • A) Auteurs ayant déjà publié une œuvre de fiction ou de témoignage,
  • B) Grand public (personnes majeures non handicapées visuelles),
  • C) Jeune public (personnes mineures non handicapées visuelles),
  • D) Adultes déficients visuels ,
  • E) Jeunes déficients visuels,
  • F) Français langue seconde.

Art. 4 : Les catégories Jeune public et Jeunes déficients visuels sont notamment ouvertes aux productions collectives réalisées dans le cadre de classes des écoles, des collèges ou des lycées.

Art. 5 : Les nouvelles devront obéir aux normes suivantes :

  • un fichier informatique au format .rtf (Rich Text Format) entre 3 000 et 15 000 caractères espaces compris,
  • et cinq exemplaires typographiques au format 21 x 29,7 cm, caractère 12 et interligne 1,5.

Art. 6 : Les textes devront comporter un titre et ne pas être signés. Afin de préserver l'anonymat du concours, le titre de la nouvelle sera reporté sur - le courriel auquel sera attaché le fichier électronique - et la lettre accompagnant l'envoi papier. Le courriel et la lettre d'accompagnement indiqueront les noms et coordonnées des auteurs (adresse, courriel, téléphone), le titre de la nouvelle et la catégorie dans laquelle elle est présentée.

Art. 7 : Les nouvelles seront envoyées avant le 31 octobre 2008 à - bertrand.verine@orange.fr - CINAL, « Dire le non-visuel », 58 avenue Bosquet F75007 Paris (Téléphone : 01 44 42 91 91; Télécopieur : 01 44 42 91 92).

Art. 8 : Les résultats seront proclamés à l'occasion du congrès international Déficient Visuel 2009, Marne-la-Vallée, 18-20 juin 2009.

Art. 9 : Les prix sont, pour chacune des six catégories :

  • 1er prix, une sculpture originale et la publication de la nouvelle dans le recueil Dire le non-visuel
  • 2ème et 3ème prix, la publication de la nouvelle dans le recueil Dire le non-visuel.

Art. 10 : Le jury, souverain, est composé à parité de personnes voyantes et de personnes déficientes visuelles. Il est présidé par une personnalité du monde de la culture francophone. Aucune personne présentant une nouvelle au concours ne peut être membre du jury.

Art. 11 : Le jury se réserve le droit de ne pas attribuer tous les prix, en fonction du nombre et de la qualité des textes présentés.

Art. 12 : Tous les participants autorisent gracieusement la citation de leur nom et de tout ou partie de la nouvelle qu'ils présentent, à l'occasion des lectures publiques, des articles et des ouvrages qui pourront être réalisés sur le thème « Dire le non-visuel ».

Art. 13 : La participation au concours entraîne la pleine adhésion à ce règlement et l'acceptation sans réserve des décisions du jury.


LaCriée, liste de distribution d'information générale concernant les déficients visuels est membre du partenariat de groupes consacrés à la déficience visuelle.

Pour recevoir dans votre boîte aux lettres ces derniers, lors de leur diffusion, envoyer un courriel à : lacriee-abonnement@yahoogroupes.fr.

 


Dernière mise à jour de cette page :  5 avril 2008


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

C'est à la foire de Saint-Ovide (France), en septembre 1771, que Valentin Haüy vit des aveugles faire les clowns sous les quolibets et les rires de la foule. La vue de ces hommes impuissants, dégradés et ridiculisés le choqua profondément. Cet incident fut à l'origine de la campagne qu'il mena pour fonder ce qui fut la première école au monde réservée aux aveugles.

TyphloPensée

« Comme un aveugle n'a aucune idée des couleurs, de même nous n'avons aucune idée de la manière dont Dieu infiniment sage perçoit et comprend toutes choses. »

Isaac Newton - Principes mathématiques de la philosophie naturelle

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.