Vous consultez : Le Typhlophile / Les progrès du web, un danger pour les internautes aveugles
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les progrès du web, un danger pour les internautes aveugles

Quatre cannes blanches.

Dimanche 10 décembre 2017 à 23:00:04 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie de mains lisant le braille.
Le braille est le système de lecture et d'écriture pour les aveugles inventé par Louis Braille au début du XIXe siècle.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les progrès du web, un danger pour les internautes aveugles

Par Laure Bretton

PARIS (Reuters) - Un siècle après l'invention du Braille, les non-voyants ont jeté leur dévolu sur internet, qui leur permet d'accéder à l'information sans l'aide des voyants, mais les progrès d'un web de plus en plus graphique ne sont pas forcément matière à réjouissance pour cette communauté.

On estime que 80 à 90% des sites web français ne sont pas accessibles aux aveugles.

Aux Etats-Unis, une loi fédérale impose depuis peu à tous les sites publics d'être entièrement accessibles à tous. En France, le gouvernement a adopté un décret en octobre 1999, demandant l'amélioration de l'accessibilité des sites publics aux handicapés. Mais dans le privé, rien n'est obligatoire.

BrailleNet, une association créée en 1997 avec pour principe fondateur "une meilleure intégration des personnes handicapées visuelles", a inventé un Observatoire du Web listant bons et mauvais élèves.

L'évaluation est faite par dix experts, qui accordent des étoiles aux sites de journaux, d'administrations ou de commerce électronique.

"Personne n'a quatre étoiles", admet Sylvie Duchateau, qui travaille pour la cellule accessibilité de BrailleNet.

"Certains sites font de leur mieux, mais c'est comme à l'école, il est très rare d'avoir 20 sur 20", ajoute-t-elle. Parmi les bons élèves, on retrouve pêle-mêle les sites de l'ANPE, de Radio France et de l'AGEFIPH, qui gère les fonds pour l'insertion des handicapés.

Le ministère des Finances a du pain sur la planche. Son site sur le passage à l'euro a été choisi par BrailleNet comme site du mois. Ne respectant pas plusieurs critères, il n'a obtenu qu'une seule étoile.

Le World Wide Web Consortium (W3C), un organisme qui s'est fixé pour but d'améliorer le potentiel du web, a émis une série de recommandations regroupées au sein de la Web Accessibility Initiative (WAI), à appliquer pour rendre son site accessible.

Principales cibles: les webmestres, qui doivent offrir des alternatives textuelles, des sortes de petites légendes pour les éléments graphiques qu'ils intègrent à leur site et qui seront lues par les appareils adaptés aux surfeurs non-voyants.

"Aujourd'hui, le défi, c'est la sensibilisation des gens qui font les sites web, ceux qui paient et ceux qui créent", souligne Olga Faure-Olory, rédactrice en chef de l'Agrandi, un journal imprimé en gros caractères pour les malvoyants.

"Certains n'ont jamais entendu parler d'accessibilité, d'autres pensent que c'est trop cher. Mais petit à petit, les grands noms de l'informatique s'y mettent", ajoute-t-elle.

"Comme un 100 mètres contre Marion Jones"

Aveugles et malvoyants ont à leur disposition plusieurs outils pour utiliser internet, selon s'ils lisent ou non le Braille.

Seule une minorité a appris le langage inventé au milieu du XIXe siècle en France - entre 15 et 30% de la communauté non voyante selon les estimations.

Pour eux, des terminaux retranscrivent les données numériques trouvées sur les pages web sur une "plage Braille" en picots. Les autres ont recours à un logiciel de synthèse vocale qui lit le contenu au fur et à mesure que la souris progresse sur les pages.

Tous doivent utiliser un navigateur adapté, capable de distinguer les éléments multimédia du texte, comme Braillesurf ou Lynx.

Selon une enquête réalisée par l'association HandicapZéro, la communauté des malvoyants et non-voyants est mieux équipée en ordinateurs que le reste des Français.

Malgré le prix élevé des équipements adaptés, 52% des déficients visuels interrogés utilisent un équipement informatique contre un Français sur trois selon les données de l'INSEE. De plus, 9% d'entre eux naviguent sur internet régulièrement contre 7% en moyenne.

Or pour attirer l'internaute, les sites jouent aujourd'hui la surenchère visuelle. Les webmasters utilisent de plus en plus d'éléments graphiques, à la recherche d'un "web convivial".

Pour les non-voyants, cette débauche graphique peut tout simplement signifier qu'ils ne peuvent rien lire du tout sur un site, notamment ceux utilisant la technologie Flash, qui permet d'ajouter des éléments animés sur les pages.

"On a l'impression que tous les progrès auxquels on est parvenu pourraient être remis en question par les évolutions technologiques", insiste Bernard Descargues, déficient visuel et membre de la Mission interministérielle pour l'accès public à la micro-informatique, internet et au multimédia (MAPI).

Pour Julien Prunet, non-voyant et journaliste sur France Info, qui utilise internet tous les jours pour préparer sa chronique, "c'est comme si vous courriez un 100 mètres contre Marion Jones".

"Chaque fois qu'on parvient à s'adapter à une technologie, il y a une mise à jour ou une nouvelle invention et on doit repartir à zéro à nouveau", explique-t-il.

Pour la communauté des non-voyants, une fois les défis technologiques relevés, le web doit surtout leur permettre d'ouvrir de plus en plus de portes.

"Internet nous a reconnectés au monde de l'écrit, mais les jeunes malvoyants et non-voyants en demanderont plus", estime Olga Faure-Olory. "Ils seront des utilisateurs de services et des consommateurs bien plus exigeants".

"Internet aura encore plus d'importance pour moi quand je pourrais remplir ma déclaration d'impôt tout seul sur mon ordinateur à n'importe quelle heure de la nuit", conclut Julien Prunet.



Dernière mise à jour de cette page :  14 septembre 2001


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

En 970 avant Jésus-Christ, l'université Al-Ashar en Égypte a développé un programme d'étude pour les aveugles.

TyphloPensée

« Vivre, c'est passer d'un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner. »

Georges Perec, "Espèces d'espaces."

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.