Vous consultez : Le Typhlophile / L'expérience d'un webmestre aveugle
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

L'EXPÉRIENCE D'UN WEBMESTRE AVEUGLE

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 01:29:45 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie du Victor Classic +.
Le Victor Classic + est un lecteur de livre numérique au format DAISY. Il peut également être utilisé pour écouter des fichiers au format MP3 ou disque compact du marché.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / L'expérience d'un webmestre aveugle

Allocution présentée par Émile Ouellet
dans le cadre du colloque Les enjeux d'Internet pour les personnes handicapées visuelles
organisée par l'Association BrailleNet et la Cité des Sciences et de l'industrie de la Villette
9 février 1999


Bonjour à vous tous, conférenciers et participants à ce colloque sur «Les enjeux d'Internet pour les personnes handicapées visuelles» organisé par l'Association BrailleNet et la Cité des Sciences et de l'industrie de la Villette.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai accepté de participer à ce colloque. Je remercie les organisateurs de cet événement de m'offrir l'occasion de venir partager avec vous mon expérience en tant que WebMestre d'un site Internet.

Être WebMestre d'un site, il n'y a rien de bien extraordinaire là dedans me direz-vous. Mais lorsqu'on a une déficience visuelle (je ne perçois que très légèrement la lumière) cela représente un certain défi que j'ai eu beaucoup de satisfaction à relever. Il y a déjà trois ans que j'ai fait mes premiers pas et aujourd'hui, en plus de m'occuper de la maintenance et du développement de mon propre site «Le Typhlophile» (http://typhlophile.com/), on m'a demandé de participer et collaborer aux sites Internet de l'Institut Nazareth et Louis-Braille (http://www.inlb.qc.ca/) un centre québécois de réadaptation en déficience visuelle, et de celui de l'Union francophone des aveugles (http://unionfrancophonedesaveugles.org) que je vous présenterai brièvement un peu plus loin. Finalement, j'ai également la responsabilité de celui du Club de hockey sonore les Hiboux de Montréal (http://hibouxdemontreal.typhlophile.com) une équipe de hockey sur glace composée de personnes aveugles et amblyopes, qui pratique notre sport national sur une base participative. Comme vous le constatez sans doute, j'ai beaucoup de pain sur la planche et les moments libres se font plutôt rares.

Ma présentation ici traitera davantage de mon expérience personnelle en tant que WebMestre que de l'aspect «Accessibilité du Web» puisque d'autres gens, avant et après moi, l'auront traité sous différents angles. Bien sûr il me sera quand même difficile d'en faire complètement abstraction.

MES PREMIERS PAS SUR L'AUTOROUTE DE L'INFORMATION

C'est à l'automne 95 que je me décide enfin à joindre le RÉSEAU des réseaux comme on le nomme parfois. À l'époque pas question d'avoir mon propre site internet. Je voulais seulement profiter des nouvelles possibilités d'accès à l'information que pouvait m'offrir ce mode de communication et de diffusion : le Web, le courrier électronique, les groupes de discussions, et j'en passe. Vous êtes sûrement sans savoir que l'accès à l'information est une préoccupation importante pour nous personnes ayant une déficience visuelle. Alors, Internet se présentait comme étant une solution fort intéressante malgré certaines difficultés d'accessibilité.

Muni de mon ordinateur sous l'environnement MS-DOS, d'un logiciel de communication et bien sûr de mon afficheur braille, je suis parti à la découverte de nouveaux horizons. Grâce à une passerelle SHELL disponible par mon fournisseur d'accès, la familiarisation des nouveaux outils nécessaires pour accéder aux différentes applications a été grandement facilitée. Il faut que je vous dise qu'aller jusqu'à tout récemment, je n'avais pas la possibilité d'utiliser l'environnement Windows et tout ce qui en découle. Donc, pas question de multimédia même si à l'époque ce n'était pas aussi répandu qu'aujourd'hui.

Dans mon entourage, peu d'entre nous étions alors branchés. J'ai beaucoup appris en autodidacte et passé de nombreuses heures à parcourir le Web à la recherche d'information pour combler mes besoins toujours de plus en plus grandissants.

Petit à petit, je devenais de plus en plus confortable et lentement certains projets commençaient à faire leur place dans ma tête afin de combler un certain vide. Parallèlement, j'encourageais mes amis et connaissances à venir se joindre au groupe. Comme on dit, il faut prendre le bateau quant il passe.

Au fil de mes recherches sur le Web et échanges avec mes confrères et consoeurs non voyants, je constatais qu'il n'existait pas beaucoup de ressources sur Internet, qui s'adressaient directement à nous et/ou qui parlaient de nous, particulièrement dans la langue de Molière. En anglais c'était une autre réalité.

C'est alors que mes recherches se sont concentrées davantage vers la conception de sites : codification HTML, langage PERL pour la réalisation de scripts, etc. Bien vite j'ai réalisé qu'il n'existait pas vraiment d'outils d'aide à la conception de page Web pour quelqu'un qui, comme moi, travaille sous MS-DOS et ayant une déficience visuelle quasi complète. Que faire? Étant déjà habitué avec certains langages de programmation et la codification de documents à être transcrits en braille via logiciel, je me suis donc attaqué à l'apprentissage des principales commandes de mise en forme HTML. J'ai consulté de la documentation en ligne. J'ai étudié différents codes sources et essayé de comprendre l'effet du code. Rapidement, j'ai constaté beaucoup de similitudes avec ce que je connaissais déjà. Après tout, un code, c'est un code! Ne pouvant vérifier le résultat réel de certaines commandes en mode textuel, j'ai donc dû faire appel à des âmes charitables pour m'aider à les maîtriser. Pensons seulement aux couleurs, polices de caractères, tableaux, pour ne nommer que ceux-là.

À l'aide d'un éditeur de texte ASCII et le fureteur LYNX pour DOS (un peu plus tard), je disposais maintenant d'outils simples me permettant la réalisation de documents HTML avec une présentation agréable mais non sophistiquée en mode graphique et relativement accessible pour les personnes aveugles et amblyopes utilisant des fureteurs textuels tels que : LYNX et NetTamer. Et c'est ainsi que mon site a vu le jour, si vous me prêtez l'expression.

DES DÉBUTS BIEN MODESTES

En janvier 1996 je mettais en ligne ma première page personnelle, loin de m'imaginer où tout cela me mènerait et quelle forme mon site prendrait au fil des ans. Une page bien simple, sans titre distinctif et pas d'artifice, présentant des informations générales sur la déficience visuelle. Ensuite j'ai ajouté une page qui présentait l'écriture braille après qu'une connaissance m'eût fourni des images pour représenter graphiquement les différents symboles de ce système de lecture et d'écriture qui est le nôtre. Initiative payante puisque encore aujourd'hui, elle est l'une des pages les plus visitées hormis bien sûr, ma page d'accueil.

De page en page, de section en section, au gré de mes inspirations, mes découvertes et suggestions reçues, «Le Typhlophile» a pris forme et est devenu ce qu'il est maintenant aujourd'hui. Plus de 1 100 pages et au-delà de 75 000 visites depuis sa mise en opération. Des statistiques encourageantes pour un site traitant d'un sujet qui ne fait pas habituellement courir les foules et compte tenu des ressources limitées que j'ai à ma disposition.

Son nom, il s'est imposé de lui-même dans mon esprit. Çà ne pouvait être autre chose pour un site qui se veut être le point de rencontre et d'échange entre les personnes aveugles et amblyopes de par le monde et ceux qui veulent en savoir davantage sur la cécité.

RÉFÉRENCES ET DEMANDES D'INFORMATION

Sur une base hebdomadaire je reçois régulièrement différentes demandes d'information et de références. À cela s'ajoute bien entendu des commentaires et suggestions provenant de personnes handicapées visuelles ou non. Toujours à l'écoute de ceux-ci, j'ai mis en ligne divers services si l'on peut dire.

Signalons seulement entre autre chose :

  • «Le TyphloWeb» un répertoire classé par catégorie de sites consacrés à la déficience visuelle;
  • «Le guide des ressources» un carnet d'adresses utiles;
  • «Le TyphloChercheur» un moteur de recherche sur le Web consacré à la déficience visuelle. Dans sa base de données près de 1 800 pages sont répertoriées;
  • «L'Entr'Nous» un babillard électronique multi-conférence fonctionnant à l'aide d'un formulaire pour l'envoi de message; et finalement,
  • «NetCécité», mon tout dernier né, un groupe de discussion via courrier électronique permettant l'échange dynamique d'information entre les participants à travers toute la francophonie. Cette section est l'une des plus appréciée et utilisée car elle répond véritablement à un besoin maintes fois signalé. Le courrier électronique me semble être une fonction de l'Internet bien utilisée par les personnes aveugles et malvoyantes. Il faut dire que c'est un outil de travail assez facilement maîtrisable. Quelques chiffres : plus de 850 messages ont été diffusés par la liste au cours des 9 derniers mois; 90 abonnés un peu partout à travers la francophonie; l'accès aux archives compte pour environ 25% de l'achalandage du site.

QUESTION D'ACCESSIBILITÉ

Je ne vous cacherai pas qu'il n'y a pas vraiment longtemps que j'ai pris connaissance des normes définies par le "Web Accessibility Initiative". À première vue ces travaux sont essentiels devant la transformation rapide et constante du Web. Ces balises, je l'espère, permettront de conserver un réseau le plus possible accessible pour nous. La seule interrogation qui se pose c'est «comment ces normes pourront être intégrées de façon générale?». De plus, les logiciels de navigation changent constamment et «dans quelle mesure ils intégreront celles-ci à leur produit?». Déjà, à ce qu'on rapporte, les deux principaux soit Internet Explorer et Netscape se comportent de façon différente.

Je considère que mon site se conforme assez bien à ces normes même si sa conception s'est échelonnée sur plus de 3 ans et l'acquisition de mes connaissances également. Au cours des prochains mois je vais entreprendre une révision progressive de mes pages afin de m'en assurer. Tout au long de ces années une seule règle m'a guidé dans la mise en ligne d'une nouvelle page ou section : «la simplicité de présentation, éviter le plus possible le superflu».

LYNX a été pour moi un bon outil de visualisation de mes pages mais maintenant on va devoir se mettre au goût du jour si je veux encore suivre la parade.

L'INSTITUT NAZARETH ET LOUIS-BRAILLE SUR LE WEB <http://www.inlb.qc.ca/>

Tirant ses origines d'une oeuvre qui a débuté en 1861 pour venir en aide aux jeunes aveugles, premier établissement canadien et premier organisme francophone sur le continent américain spécialisé en déficience visuelle, l'Institut Nazareth et Louis-Braille représente encore aujourd'hui la plus importante concentration de ressources spécialisées pour personnes aveugles ou handicapées de la vue au Québec.

De renommée internationale et chef de file au Québec dans le domaine de l'adaptation, la réadaptation, l'intégration sociale et socioprofessionnelle des personnes vivant avec une déficience visuelle, il nous fera plaisir de répondre à vos questions sur la cécité, sur nos services et sur l'ensemble des moyens permettant aujourd'hui aux personnes handicapées de la vue de vivre une vie pleinement intégrée, au sein de leur communauté.

Ce texte est tiré de la page d'accueil du site de l'Institut. Voilà maintenant deux ans qu'il est en opération. Prochainement il sera entièrement remanié afin de refléter la nouvelle réalité des normes d'accessibilité, et du même souffle, lui donner une petite cure de rajeunissement.

L'UNION FRANCOPHONE DES AVEUGLES <http://www.cam.org/~ufa/>

«Pour une intervention concertée en faveur de l'amélioration des conditions de vie des personnes aveugles et handicapées visuelles de la francophonie»

Nous sommes heureux de mettre à la disposition du public ce véhicule d'informations, qui nous l'espérons, permettra de prendre connaissance des diverses activités de notre jeune organisme, à travers la francophonie et tout particulièrement en ce qui a trait à la déficience visuelle. Vous trouverez donc sur ce site, une source importante d'informations variées sur les activités et projets de l'U.F.A.

EN CONCLUSION

Avec l'arrivée prochaine de l'an 2000 et les nouvelles technologies adaptées sans cesse en développement, je crois qu'il est permis d'espérer que nous pourrons encore bénéficier d'une autoroute de l'information toujours accessible. Toutefois, en tant qu'utilisateurs nous devrons être vigilants et parfois même, imaginatifs.

Émile Ouellet,
9 février 1999.



Dernière mise à jour de cette page :  26 janvier 2003


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Valentin Haüy (1745-1822) fût l'un des grands bienfaiteurs des aveugles français au tournant du xixe siècle. Maurice de la Sizeranne a immortalisé son nom en l'associant à plus d'une de ses réalisations, reconnaissant ainsi, la riche contribution de Haüy, pour l'émancipation et l'instruction des personnes aveugles de son époque.

TyphloPensée

« Cécité : point de vue. »

Michel Laclos - Humour noir

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.