Vous consultez : Le Typhlophile / Neuf raisons d'adopter un logiciel libre comme Linux
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Neuf raisons d'adopter un logiciel libre comme Linux

Quatre cannes blanches.

Samedi 16 décembre 2017 à 13:39:36 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une Index Basic.
L'Index Basic est une imprimante braille ou embosseuse, feuille à feuille, de type personnel. Elle imprime environ 2 pages à la minute.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Neuf raisons d'adopter un logiciel libre comme Linux

26 juillet 2003

Les Affaires
Technologies, samedi 26 juillet 2003, p. 14
Gestion des technologies

Plantevin, Jérôme

En 2001, il était de bon ton pour l'entrepreneur de s'interroger sur l'adoption ou non de Linux ou de tout autre logiciel libre. Aujourd'hui, les progrès réalisés dans ce domaine démontrent qu'il ne s'agit pas simplement d'une mode, mais que les logiciels libres offrent plusieurs avantages aux entreprises.

"Linux et les logiciels libres sont désormais des solutions incontournables du paysage informatique, explique Alain Forcier, directeur informatique de Foresbec, le fabricant de produits de bois de Drummondville. Tout décideur devrait considérer fortement leurs avantages."

Un logiciel libre (Open Source Software), dont Linux, et son emblématique pingouin, en est le plus célèbre exemple, est, à la différence de logiciels dits propriétaires comme Microsoft Office, une solution qui donne son code source, soit les lignes de programmation à la base de sa conception.

"Tout comme Windows, Linux est une solution à envisager quand vient le temps de renouveler son parc informatique, ajoute M. Forcier. Certes, une migration d'un système à un autre prend plus de temps et de travail que de simplement mettre à jour les logiciels de son parc actuel, mais je vous assure que mon patron ne s'en plaint pas aujourd'hui."

À la lumière des entrevues menées auprès de spécialistes du logiciel libre et de directeurs informatiques québécois, le journal LES AFFAIRES donne ici les neuf principales raisons d'adopter le pingouin et ses frères.

1 Implanter un logiciel libre engendre d'importantes économies. L'entrepreneur débourse peu ou pas d'argent pour l'achat du logiciel. De plus, il ne doit pas assumer les coûts récurrents des licences d'utilisation qui bien souvent grèvent les budgets informatiques. "En optant l'an dernier pour des logiciels libres, j'ai facilement épargné entre 25 000 et 30 000 $", estime M. Forcier, qui gère une soixantaine de postes. Il a adopté les logiciels libres pour ses serveurs Web et les applications de travail collaboratif.

2 Les systèmes d'exploitation libres ont fait leurs preuves. Ils sont même reconnus pour leur stabilité, comparativement à d'autres solutions. "Cette stabilité permet à un directeur informatique d'affecter son personnel informatique à d'autres tâches plus importantes, comme l'assistance technique pour les postes de travail à l'interne ou la sécurité", explique Chris Pratt, directeur, initiatives stratégiques eServer, d'IBM Canada.

3 Les solutions libres ne sont plus ces obscures applications développées par des milliers d'informaticiens amateurs dans le monde. Le mouvement Linux se structure et se rationalise. Il sort de l'ombre. Des standards communs apparaissent ainsi que des solutions fiables. Plusieurs fournisseurs se sont même regroupés pour proposer une version unifiée de Linux, l'UnitedLinux, et les entreprises qui en sont les porte-étendards, comme l'américaine Red Hat, la française Mandrake et l'allemande Suse, sont aujourd'hui reconnues. Enfin, le mouvement du logiciel libre peut dorénavant compter sur l'appui de grandes entreprises réputées comme Dell, Sun Microsystems, Hewlett-Packard, Oracle, SAP, PeopleSoft et IBM. IBM propose pas moins de 65 produits fonctionnant sous Linux, comme WebSphere, DB2, Lotus ou Tivoli.

4 Les applications fonctionnant sous Linux sont de plus en plus nombreuses. Après avoir conquis les infrastructures Internet, Linux s'attaque au monde des applications. Dernier exemple en date, OpenOffice, une suite bureautique gratuite qui offre toutes les fonctionnalités de Microsoft Office, à savoir un traitement de texte, un tableur, un outil de présentation et un éditeur de formules mathématiques. Il reste toutefois encore un effort à fournir dans ce domaine.

5 La flexibilité des logiciels libres face aux problèmes de sécurité informatique est indéniable. Si un logiciel libre n'est pas plus sûr qu'un autre, la disponibilité de son code source permet d'augmenter le nombre de personnes capables d'en découvrir les défauts et de les corriger. Par contre, dans le cas des logiciels fermés propriétaires, il faut attendre plusieurs semaines, voire des mois, pour obtenir un correctif.

6 Les installateurs, les programmeurs et les intégrateurs de logiciels libres sont désormais de véritables professionnels. De plus, la première génération de diplômés Linux renforce le degré de compétence des ressources disponibles.

7 Le risque d'être un hors-la-loi en utilisant des logiciels est quasiment nul. "Qu'elles le veuillent ou non, les entreprises qui fonctionnent sous Windows ont au moins un poste sur lequel est utilisé un logiciel dont la licence n'a pas été payée", estime Richard Marceau, le doyen de la faculté de génie de l'Université de Sherbrooke et responsable du projet EduLinux, le premier système d'exploitation Linux distribué au Québec.

8 Adopter un logiciel libre procure une relative indépendance par rapport à un éditeur de logiciels et sa politique. Après l'éclatement de la bulle techno, les exemples d'entreprises dont le fournisseur informatique a fait faillite ne manquent pas. Plusieurs PME se sont retrouvées avec des logiciels impossibles à modifier ou à faire évoluer.

9 Si, il y a deux ans, il était encore difficile de trouver les pilotes Linux (les drivers) des périphériques d'un système informatique (carte mère, processeur, écran, etc), aujourd'hui, à part quelques cas isolés, les délais d'obtention de pilotes Linux sont semblables à ceux des pilotes Windows.



Dernière mise à jour de cette page :  26 juillet 2003


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Une étude américaine publiée en 1982 démontre que la reconnaissance des aveugles comme citoyens à part entière est loin d'être acquise. De plus, il appert qu'un niveau d'étude plus élevé favorise d'une manière significative l'atteinte de cet objectif.

TyphloPensée

« J'éprouve un charme inexprimable à marcher en aveugle au-devant de ce que je crains. »

Constant (Benjamin Henri Constant de Rebecque, dit Benjamin), Lettre, à Mrs. Lindsay, 22 novembre 1800.

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.