Vous consultez : Le Typhlophile / La voie prometteuse de la greffe de cellules productrices d'insuline.
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

La voie prometteuse de la greffe de cellules productrices d'insuline.

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 22:31:57 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une machine unimanuelle à écrire le Braille.
Principalement utilisée pour la re-transcription braille. Pendant qu'une main procède à la lecture, de l'autre, il est possible d'écrire. La Perkins Brailler a été inventée par un Américain Frank H. Hall à la fin du XIXe siècle. Un clavier de 9 touches permet de reproduire les 64 symboles braille et d'effectuer toutes les tâches requises pour l'écriture. De construction robuste, elle n'a à peu près pas connu de transformation majeure et elle est toujours en usage malgré l'avènement des systèmes informatisés.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / La voie prometteuse de la greffe de cellules productrices d'insuline.

Le MONDE, 30 juin 2001

Le diabète juvénile est une maladie chronique débutant le plus souvent entre cinq et neuf ans et dont le traitement, indispensable pour éviter les complications vasculaires et nerveuses à long terme, reste contraignant. C'est pourquoi les progrès à venir sont si importants et pourquoi les questions à leur propos sont les premières posées par les parents qui viennent d'apprendre que leur enfant est diabétique. Deux voies de recherche très différentes sont suivies depuis de nombreuses années et donnent leurs premiers fruits. La première voie concerne la greffe de tissu vivant capable de sécréter de l'insuline en réponse au glucose, remplaçant les cellules productrices d'insuline disparues. La seconde option fait appel à un appareillage par pompe à insuline, asservie à un analyseur permanent de glycémie, constituant ainsi un pancréas artificiel (voir ci-contre). L'équipe de Jean-Paul Soulillou, à Nantes, a été la première en France à pratiquer la double greffe (rein et pancréas) chez les diabétiques de type 1 devenus insuffisants rénaux. Les risques propres des immunosuppresseurs ne sont pas à négliger, en particulier les risques de lymphomes. C'est pourquoi la greffe du pancréas n'était proposée qu'à des patients présentant des complications sévères imposant la réalisation d'une autre greffe (rein majoritairement), nécessitant le recours à une immunosuppression. A ses débuts, la procédure chirurgicale exposait le patient à des suites parfois émaillées de complications.

"Il n'en est plus rien aujourd'hui, et les résultats sont devenus spectaculaires, avec 90 % de réussite à trois ans", souligne Jean-Paul Soulillou, dont le service effectue 80 % de l'ensemble de ces doubles greffes en France. Les résultats de ces dernières sont tels qu'il serait raisonnable d'en faire plus. L'offre de greffons de pancréas est suffisante pour greffer tous ceux qui en ont besoin "et on a intérêt à ne pas attendre que l'insuffisance rénale soit terminale".

PHÉNOMENES INFLAMMATOIRES.

L'idée est séduisante, aussi, d'isoler et de greffer à partir du pancréas les seules structures produisant de l'insuline, les îlots de Langerhans. La procédure thérapeutique est simple et peu agressive, le chirurgien se contentant d'injecter les cellules dans la circulation du sang. "Un progrès décisif a été noté il y a un an, lorsque l'équipe canadienne dirigée par James Shapiro a expérimenté un nouveau traitement anti-rejet, ne faisant pas appel aux corticoïdes utilisés habituellement, explique François Pattou, chirurgien au centre hospitalo-universitaire de Lille, qui anime une équipe spécialisée dans la thérapie cellulaire du diabète. Les nouveaux médicaments pris par la bouche et à faible dose sont beaucoup mieux tolérés que les précédents." Tous les malades traités ont pu se passer complètement d'insuline et les deux tiers d'entre eux restent encore sans injection d'insuline au bout de deux ans.

Trois autres essais ont lieu pour, d'une part, confirmer les résultats canadiens et, d'autre part, augmenter le nombre de malades traités pour pouvoir mettre au jour la survenue de complications éventuelles. François Pattou travaille à l'amélioration de la technique. "Actuellement, on procède à des greffes d'îlots successives, car on n'arrive pas à en greffer assez à partir d'un pancréas, dit-il. C'est qu'il en meurt beaucoup au début, sans doute du fait de phénomènes inflammatoires. Contrôler ces phénomènes permettrait d'avoir suffisamment de cellules productrices d'insuline en une seule fois."

Une source alternative de cellules serait cependant la bienvenue. Elles pourraient provenir de lignées de cellules souches embryonnaires, ou bien dériver de précurseurs résidant dans les canaux pancréatiques, qu'on aurait fait proliférer et se transformer en îlots de Langerhans (Le Monde du 17 mai 2000). "Dans cinq ans, on ne fera plus de greffe de pancréas", prédisait le professeur David Sutherland de Minneapolis (Minnesota), début juin, au Congrès mondial de la greffe de pancréas, à Innsbrück. Cet enthousiasme est peut-être exagéré. Peut-être faut-il tabler sur un délai de dix à quinze ans pour que cette médecine régénératrice soit au point, mais le traitement du diabète de type 1 est certainement appelé à changer.

E. Bx.



Dernière mise à jour de cette page :  30 juin 2001


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Louis Braille naquit le 4 janvier 1809 à Coupvray, petit village agricole de la banlieue Est de Paris. Il mourut à Paris, à l'âge de 43 ans, le 6 janvier 1852. C'est vers 1825 qu'il mit au point l'alphabeth qui, déshormais, porte son nom. Aujourd'hui encore, il est utilisé comme système de lecture et d'écriture par les aveugles du monde entier.

TyphloPensée

« Une ville sans cloche est comme un aveugle sans sa canne. »

Jean Fischart

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.