Vous consultez : Le Typhlophile / La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique

Quatre cannes blanches.

Lundi 11 décembre 2017 à 17:45:43 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une planche de jeu braille.
La Planche de jeux Braille un outil unique de pédagogie et de loisirs! Cette Planche de jeux Braille permet à son utilisateur de réaliser n'importe lequel des jeux de mots et de chiffres qui existent sur le marché!





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique

20 septembre 2005

Ambassade de France au Royaume-Uni
Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique (ADIT)

_________________________

BULLETIN ELECTRONIQUE DU ROYAUME-UNI
de la Mission pour la Science et Technologie à Londres

BE Royaume-Uni numero 59 - 8 septembre 2005 - Mensuel

---------------------------
-> Sciences de la vie
---------------------------

La recherche sur le diabète avance, tant au plan fondamental que clinique

Une étude franco-britannique, co-financée par le Wellcome Trust et le "Medical Research Council" (MRC) et publiée dans "Nature Genetics online" le 17 juillet 2005, renverse les idées reçues quant au développement de l'obésité et du diabète non-insulino dépendant (DNID, aussi appelé diabète de type 2) : la mutation d'un gène, ENPP1, situé sur le bras long du chromosome 6 pourrait être au moins en partie responsable de la résistance à l'insuline, qui pourrait alors représenter un facteur causal du diabète chez près de la moitié des familles obèses. L'analyse du gène a montré une association entre la mutation et l'obésité de l'enfant (p=0,0006), l'obésité modérée ou morbide de l'adulte (p=0,006) et le DNID (p=0,00002). Dans l'étude, le professeur Philippe Froguel (Institut Pasteur, Lille), responsable de l'étude effectuée en collaboration avec une équipe d'"Imperial College, London", a inclus environ 2400 enfants âgés de 5 à 11 ans, une moitié montrant des signes cliniques d'obésité et l'autre moitié ayant un poids normal et constituant le groupe contrôle. La fréquence d'apparition du gène muté était deux à trois fois plus élevée dans le groupe des enfants obèses que dans le groupe contrôle. Les chercheurs ont ensuite étudié le génome des parents et grands-parents de ces enfants obèses et ont découvert que la mutation de ENPP1 était héréditaire dans près de la moitié des familles étudiées, conduisant les scientifiques à suggérer que la mutation de ce gène pourrait contribuer à la résistance à l'insuline et cette dernière mener à l'obésité de l'enfant et au développement précoce du DNID, plutôt que d'en être une conséquence. Le gène mutant, qui existe chez près de 20% de la population caucasienne et 50% de la population noire, encode une protéine capable de se lier aux récepteurs de l'insuline, en particulier dans le cerveau et le pancréas. L'insuline, alors empêchée de se lier sur son propre récepteur, déclenche une série d'événements métaboliques en cascade : augmentation des concentrations d'insuline circulante dans le sang, augmentation de la production de glucose par le foie (un phénomène qui, dans des circonstances d'équilibre glycémique normal, n'a lieu qu'après une période de jeûne), métabolisme et stockage du glucose sous forme de graisses dans le tissu adipeux, puis obésité.

Selon le professeur Froguel, même si le gène muté pourrait causer une impression de non satiété chez les enfants porteurs (et aucun changement de comportement n'a pu être mis en évidence), ces résultats montrent que les problèmes environnementaux liés à des défauts génétiques sont d'une grande importance. En effet, les mêmes troubles d'obésité et de diabète liés à la mutation du gène ENPP1 chez ces jeunes enfants commençaient tout juste à apparaître chez leurs parents et grands-parents. Cette différence de 20 ans dans l'expression de l'anormalité du gène suggère donc un effet de synergie important et dévastateur entre la mutation génétique, et des facteurs environnementaux récents tels que l'alimentation hyperglycémique et le manque d'exercice dans le développement du DNID.

Toujours à l'"Imperial College, London" et dans le domaine du diabète, mais cette fois au plan de la recherche clinique, une équipe de scientifiques a démontré l'efficacité d'un nouveau traitement contre l'obésité. Le professeur Steve Bloom et son équipe ont testé, chez 14 volontaires, l'oxyntomoduline, un polypeptide anorexigène de 37 acides aminés dérivé du proglucagon, qui diminue l'appétit en signalant au cerveau que l'organisme a atteint le seuil de satiété. Au cours de l'étude qui dura quatre semaines, et de trois injections quotidiennes du polypeptide -une demi-heure avant chaque repas, conduisant à l'augmentation de la concentration d'oxyntomoduline naturelle libérée par l'intestin grêle au moment de la prise alimentaire- les scientifiques ont répertorié : une réduction moyenne du poids corporel des volontaires de 2,3 kg ; une réduction de la prise d'énergie d'environ 170kCal (suite à la première injection) et de 250kCal (après les quatre semaines de traitement) par comparaison avec le groupe contrôle, ce qui correspond à une réduction d'environ 10% de la prise énergétique quotidienne, sans changement de comportement des volontaires ou signes de perte du goût. L'hormone leptine - sécrétée par le tissu adipeux et stimulant la satiété - était également diminuée dans le groupe traité.

Selon le professeur Steve Bloom, ces résultats sont encourageants car il s'agit d'une substance naturelle qui ne présente pas d'effets secondaires notables. De ce fait, l'oxyntomoduline pourrait être utilisée de façon largement répandue, d'autant plus que les injections pourraient être faites par les patients eux-mêmes, comme c'est déjà le cas pour l'insuline. Il ajoute toutefois que davantage d'essais cliniques seront nécessaires pour tester l'efficacité de cette hormone sur le long terme.

________________________________________________________________________

L'abonnement au BE Royaume-Uni est libre et gratuit. Merci de faire connaître ce bulletin à vos collègues ou relations qui pourraient être intéressés.

Demande d'abonnement :

________________________________________________________________________

Service Science et Technologie - Ambassade de France au Royaume-Uni
6 Cromwell Place - Londres SW7 2JN
Téléphone : +44 207 073 13 80
Télécopieur : +44 207 073 13 90

________________________________________________________________________

ADIT - Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique
2, rue Brulee - 67000 Strasbourg - France
Téléphone : +33 3 88 21 42 42
Télécopieur : +33 3 88 21 42 40

Site Web : www.adit.fr



Dernière mise à jour de cette page :  19 septembre 2005


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

En ce 11 décembre de l'an de grâce 2004. France une première : une personne handicapée visuelle obtient le brevet national de moniteur des premiers secours. (BNMPS).

Saviez-vous que :

Le système braille est le résultat de nombreuses recherches de la part de son auteur, mais on peut dire que, dès 1825 alors que Louis Braille n'a que 16 ans, la partie essentielle de son système est conçue.

TyphloPensée

« Oh ! les yeux, les beaux yeux des femmes !
Que de choses nous y voyons !
C'est de la lumière des âmes
Que nous croyons fait leurs rayons. »

Edmond ROSTAND, Les Musardines.

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.