Vous consultez : Le Typhlophile / Multi-Nouvelles Vol. 1 no 1 (décembre 1999)
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

MULTI-NOUVELLES VOL. 1 NO 1 (DÉCEMBRE 1999)

Quatre cannes blanches.

Dimanche 17 décembre 2017 à 09:03:31 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une montre braille.
Pour lire l'heure, la personne aveugle doit ouvrir le couvercle de la montre et toucher la position des aiguilles.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Multi-Nouvelles Vol. 1 no 1 (décembre 1999)

Le journal des membres du Conseil Multidisciplinaire de l'inlb

VOL. 1 NO 1 (Décembre 1999

Notre/votre/leur publication porte maintenant le nom : Multi-nouvelles. À la demande générale, nous poursuivons nos échanges par le biais de ce journal. Nous souhaitons qu'il soit le plus souvent composé d'un article de fond et de nouvelles des programmes. Lors de l'assemblée générale, tenue en juin 1999, deux thèmes ont été retenus comme sujets de réflexion: l'éthique clinique et l'équité dans les interventions ainsi que les loisirs. Rappelez-vous que nous avons traité de l'éthique lors de notre demi-journée clinique du 15 novembre 1999.

Vous trouverez d'ailleurs dans la première partie de ce numéro de Noël, le compte rendu de la présentation de Constance Lamarche et Jean Pierre Gagnier : L'indécence du ralenti dans l'accéléré. Une équipe nous a déjà fait part de son appréciation et nous vous invitons à poursuivre cette réflexion afin de nous la communiquer pour un suivi dans le prochain numéro.

Dans la seconde partie, les nouvelles des programmes sont encore à l'honneur : entre autres les projets de recherche en cours. Ne manquez pas la chance de faire parler de vous dans le prochain numéro ! Confiez-nous vos réflexions sur le thème du loisir qui sera abordé lors de vos rencontres de Comités de pairs.

Francine Baril, Line Lemay, Jocelyne Meunier et Pierre Rondeau pour l'équipe de rédaction

SOMMAIRE DU DOCUMENT


L'indécence du ralenti dans l'accéléré!
compte rendu de la demi-journée clinique
avec Jean Pierre Gagnier et Constance Lamarche

1. Rappel des objectifs de l'activité proposée :

  • Favoriser une prise de conscience individuelle et collective ;
  • Trouver une source d'inspiration pour cheminer comme intervenant ;
  • Prendre un temps d'arrêt, un moment de ressourcement ;
  • Faciliter l'identification des besoins de formation ou d'ajustement personnel.

Retour au sommaire


2. Quelques faits saillants :

La pression de la demande:

D'où vient la pression de répondre à tous les besoins identifiés chez l'usager ? Quelle est la place de l'usager et de son réseau dans la réponse à ses besoins ? Quelle est la place du travail d'équipe (des compétences complémentaires de l'équipe de l'INLB) dans la réponse aux besoins des usagers ?

Dans le contexte actuel, il existe un danger de se compartimenter, de se fermer sur soi-même, de se retrouver dans ses « couloirs », de perdre ainsi le sens de l'équipe et le sentiment d'appartenance à son organisation.

L'offre de services:

L'offre de services de l'INLB est-elle analysée sous l'angle de la réalité du contexte socio-économique actuel et correspond-t-elle aux besoins réels ou prioritaires des usagers ?

La gestion de la complexité dans le contexte actuel : on ne fait pas ceci ou cela mais plutôt ceci et cela. La réponse ne peut pas toujours être unique ou simple.

Faire autrement (plutôt que plus avec moins !)

La nécessité de revoir les pratiques professionnelles et de réorganiser le travail trouve tout son sens puisque le contexte a évolué et que les problématiques sont devenues très complexes.

Pour qu'un changement s'opère, il faut trois conditions essentielles :

  1. Une vision partagée ;
  2. Une insatisfaction face au présent (conscience de la réalité) ;
  3. Un plan d'action.

Ces trois conditions (1 x 2 x 3) doivent être plus grandes que la résistance au changement.

Une autre question importante se pose : Comment faire évoluer sa pratique professionnelle ou l'offre de services de l'INLB sans toutefois perdre de vue ce qui fait le sens de l'individu et de l'organisation ?

Le dialogue : un outil efficace pour faire évoluer sa réflexion personnelle et organisationnelle

Oui, mais à la condition de respecter certaines règles dont les trois suivantes :

  1. Tenter de suspendre son jugement dans sa façon d'écouter et de parler. Éviter l'effet « ping-pong », c'est-à-dire chercher des arguments sans vraiment écouter l'autre et se tenir prêt à faire valoir son point de vue sans tenter de comprendre le point de vue de l'autre.
  2. Respecter les différences chez les autres et examiner ses propres réactions à ses différences. Reconnaître la richesse de la diversité entre les divers intervenants.
  3. Ralentir le débit verbal, éviter les longs monologues.

Retour au sommaire


3. Quelques autres réflexions des participants :

Quand commence-t-on ?

Piste à explorer : responsabiliser l'usager et envisager de mieux faire appel aux familles et au réseau naturel plutôt que de tout donner et de créer une habitude de dépendance. Comment répondre à ses besoins dans son environnement ?

Élargir la discussion avec des collègues.

Peut-on être accompagné dans la discussion ?

Il y a des craintes et des inquiétudes mais c'est bien de créer des moments d'échanges comme celui-ci.

Bonne continuation !
Constance Lamarche


Retour au sommaire


Réflexion suite à cette demi-journée clinique

Jocelyne Meunier pour le programme Intégration et autonomie socioprofessionnelle

  • Il est très intéressant de recevoir des gens de l'extérieur à l'établissement ;
  • L'ensemble de l'équipe a apprécié les conférenciers et leur dynamisme ;
  • Les conférenciers étaient très centrés sur notre réalité ;
  • Certains sont restés sur leur appétit et auraient aimé en arriver à des conclusions ;
  • Une belle dynamique de discussion s'est établie, cependant nous sommes peu habitués à des discussions de ce type en grand groupe ;
  • Certains auraient aimé que les conférenciers soient plus «encadrants » afin de respecter le thème choisi ;
  • Certaines personnes auraient aimé pouvoir retenir des concepts énoncés principalement par M. Gagné afin de les approfondir car ses paroles étaient riches en contenu ;
  • De façon unanime nous souhaitons une suite à cette demi-journée clinique mais sous quelle forme ?
  • Il y a beaucoup de différences dans les problématiques rencontrées dans les divers programmes ;
  • Il faudrait accepter les différences entre les divers programmes ;
  • On s'interroge sur la forme de discussion réalisée en grand groupe et la satisfaction obtenue pour chacun des programmes ;
  • Par contre, nous comprenons l'importance de partager et d'échanger en grand groupe afin d'adhérer à une philosophie commune d'intervention ;
  • Certains souhaitent que les conférenciers nous suggèrent des moyens de procéder pour les futures discussions compte-tenu de leur expérience ;

Nous retenons en conclusion de la demi-journée que :

  • Les problématiques énoncées nous amènent à revoir notre façon de dispenser les services ;
  • Impliquer davantage la famille ou les aidants naturels pourrait être une solution pour compenser les limites de temps d'intervention en regard de l'augmentation des besoins de la clientèle.

Retour au sommaire


Nouvelles des programmes

La recherche à l'INLB

Les professionnels de l'Institut participent étroitement aux activités de recherche et de développement clinique en réadaptation. Leur participation est directe en tant qu'initiateurs de projets ou indirecte en tant que collaborateurs à des études avec d'autres professionnels d'établissements du réseau de la santé et des services sociaux.

Études en cours de réalisation :

Les cellules braille : à l'aube du 21e siècle. Activité de recherche concernant de nouvelles technologies d'affichage braille. Phase 1.

Initiateur du projet : Gilles Pépin, ingénieur, directeur de Visuaide.

Ressources impliquées :

  • Charles Petit, directeur de la recherche et du développement chez Visuaide ;
  • L'UTT (Unidad Tiflotécica) qui est un organisme de R&D de la ONCE ;
  • Dean Blazie, de Blazie Engineering, Maryland, USA ;
  • Jean-Marie D'Amour, agent de réadaptation en communication informatique, INLB.

Coordination : Dean Blazie, président fondateur de Blazie Engineering.

Subvention : Consortium Visuaide, ONCE et Blazie Engineering: phase 1 évaluée à une somme de 154 800 $ dont une contribution financière de INLB de 30 000 $


Le graphisme tactile. Phase 3 : validation des normes proposées lors des phases 1 et 2.

Initiateurs du projet : Sous-comité de l'Autorité canadienne du braille présidé par Constance Craig (INCA) et Pierre Ferland (INLB).

Ressources impliquées :

  • Représentants des provinces canadiennes ;
  • Cay Olbrook, chercheure, à l'Université de Colombie-Britannique.

Coordination : Constance Craig et Pierre Ferland.

Subvention : Fonds d'alphabétisation braille : 77 000 $


Adaptation française du « Minnesota Low-Vision Reading Test » et application clinique. Mémoire de maîtrise en optométrie.

Initiatrice du projet : Marie-Josée Senécal, optométriste, INLB.

Ressources impliquées : Jacques Gresset, professeur agrégé, École d'optométrie, directeur de mémoire Olga Overbury, professeur agrégé, Universisté McGill. co-directrice de mémoire.

Subvention : FFOCE (Fonds de fiducie des optométristes canadiens pour l'éducation).


Développement d'outils d'auto-formation complémentaires à la méthode « Les points magiques » pour l'apprentissage du braille.

Initiatrice du projet : Lise Monette, agente de réadaptation en communication braille, INLB.

Ressources impliquées : Jacques Caron, Alain Côté et Alain Plourde, agents de réadaptation en communication braille, INLB ; Jules Martel, IRDPQ.

Coordination : Pierre Rondeau, coordonnateur de la recherche, INLB.

Subvention : Fonds spéciaux de l'INLB, volet recherche : 12 545 $


Programme d'entraînement en orientation et mobilité pour les futurs utilisateurs de chien-guide: document et vidéo didactique.

Initiatrice du projet : Hélène Guérette, spécialiste en orientation et mobilité, INLB ;

Ressources impliquées : Carole Zabihaylo, spécialiste en orientation et mobilité, INLB ; Les Productions Prac inc., les professionnels de l'image.

Coordination : Pierre Rondeau, coordonnateur de la recherche, INLB.

Subvention : Fonds spéciaux de l'INLB, volet recherche : 10 000 $ (initiale)


Validation d'une version modifiée de l'indice de vision fonctionnelle VF-12 afin d'évaluer la perception des incapacités visuelles par des personnes âgées présentant une déficience permanente.

Initiateurs du projet : Marie-Josée Durand, optométriste, C.R. La RessourSe ; Michel Bolduc, optométriste, IRDPQ ; Jacques Gresset, professeur agrégé, École d'optométrie.

Ressources impliquées : Marie-Josée Senécal, optométriste, INLB ; Pierre Rondeau, coordonnateur de la recherche, INLB.

Coordination : Suzanne Denis, coordonnatrice de la recherche, C.R. La RessourSe.

Subvention : RRRMOQ.


Des services de réadaptation « sur mesure » pour les adolescents et adolescentes avec une déficience visuelle ? Analyse de l'efficience et de l'efficacité des services auprès de cette clientèle.

Initiateurs du projet : Équipe d'intervenants du programme Développement petite enfance et intégration scolaire.

Ressource impliquée : Mélanie Fontaine, Agente de recherche, contractuelle.

Subvention : Fonds à destinations spéciales, volet recherche, INLB : 1 500 $


Guide d'adaptation des ascenseurs pour l'utilisateur présentant une déficience visuelle.

Initiateurs du projet : Line Lemay et Réal Perreault, spécialistes en orientation et mobilité, INLB.

Subvention : Fonds à destinations spéciales, volet recherche, INLB : 5 600 $

Le document s'intitulant Stratégies d'évaluation et d'intervention en orientation et mobilité auprès de la clientèle atteinte de rétinite pigmentaire sera déposé au centre de documentation de l'INLB à la fin décembre, nous procédons actuellement aux dernières corrections.

Le sujet traité dans ce document fera également l'objet d'une courte présentation au troisième Symposium sur l'incapacité visuelle et la réadaptation. Ce symposium aura lieu le 8 février 2000 au pavillon principal de l'Université de Montréal. Carole Zabihaylo et Jacynthe Daviault

Un projet de recherche sur la pratique des activités sportives et récréatives par les personnes handicapées visuelles s'amorcera dès le mois de janvier de l'an 2000. Ce projet a reçu une subvention de près de 5 000 $ du comité de coordination de la recherche de l'INLB.

Objectifs du projet :

  1. Effectuer un inventaire des informations actuellement disponibles et permettant de définir l'approche à privilégier par les guides voyants auprès des personnes handicapées visuelles dans le cadre d'une activité sportive ou récréative. Les thèmes suivants permettront d'orienter la démarche : sensibilisation du milieu, sécurité, confiance, impact de l'utilisation de la vision résiduelle, informations verbales significatives, contacts physiques.
  2. Préciser les diverses techniques et moyens spécifiques facilitant le rôle du guide pour chacune des activités sportives ou récréatives. Ceux-ci seront élaborés sur des stratégies pour augmenter l'efficacité, des adaptations possibles, des pré-requis et du matériel nécessaire.
  3. Rendre accessible à la population en général l'ensemble des informations et stratégies par le biais de fascicules, chacune des activités faisant l'objet d'un fascicule.

L'élaboration de ce projet se fera en concertation avec l'Association des sports pour aveugles de Montréal inc. (ASAM) et la Fondation des aveugles du Québec (FAQ). Jacynthe Daviault


Retour au sommaire


Des nouvelles du programme Intégration communautaire et Soutien à domicile Montréal-Laval

Anne-Marie Cyr, stagiaire (ergothérapie) au sein de notre équipe, a réalisé un carnet-conseil Comment prévenir les chutes à domicile ? C'est un programme destiné aux personnes âgées présentant une déficience visuelle. Ce document est en fin de rédaction et sera disponible sous peu au centre de documentation de l'INLB.


Retour au sommaire


Des nouvelles du programme Développement petite enfance et intégration scolaire

Benoît Cadieux, stagiaire à l'enfance a travaillé à la rédaction d'un document intitulé Les pré-requis à l'apprentissage de l'écriture chez les 3-5 ans, présentant une déficience visuelle. Ce guide est un outil de travail destiné aux parents et il sera disponible sous peu.

Le 19 novembre dernier avait lieu à l'Hôpital Ste-Justine de Montréal un colloque sur la prématurité. Celui-ci était organisé par l'APEP ( Association des parents d'enfants prématurés du Québec ).

Nous avons eu, en avant-midi, une présentation du Dr Patricia Riley, néonatalogiste, à l'Hôpital de Montréal pour les enfants. Elle nous a décrit sa recherche sur les enfants ayant eu une dysplasie bronchopulmonaire et qui sont maintenant adolescents.

En après-midi, madame Suzy Fréchette-Piperni, infirmière consultante en deuil périnatal, au C.H. Pierre-Boucher, nous a présenté le groupe de soutien « Les rêves envolés. Ce groupe peut être rejoint au numéro de téléphone suivant : 450 449-9238. Il s'adresse aux parents qui ont vécu la perte d'un enfant en cours de grossesse, à la naissance ou le décès d'un bébé dans les premiers mois de sa vie. Madame Piperni mentionnait qu'il existe trois autres groupes semblables dans la régions :

  • « Mes anges » attaché au CLSC Bordeaux-Cartierville, Montréal (tél. 514 331-CLSC ou 331-2572) ;
  • « Par amour pour Marie-France » attaché au CLSC-CHSLD Meilleur, à Le Gardeur (tél. 450 654-CLSC, poste 1, ou 654-2572, poste ;
  • « Les amis compatissants » (tél. 514 933-5791) : ce groupe accueille et réfère les parents qui ont perdu un enfant de n'importe quel âge.

Claire Savoie et Denise Trépanier


Retour au sommaire


Des nouvelles du Service d'aides techniques et du Comptoir des ventes

Actuellement, le service me fournit de l'information afin que je prenne contact avec la mission et la pertinence du rôle des aides techniques et du comptoir des ventes au sein de l'INLB. Comme service, nous reconnaissons l'ampleur du travail à accomplir lors de la prochaine année. Des rencontres statutaires sont planifiées tous les 15 jours et des journées d'études sont prévues au début de l'an 2000.

Je profite de l'occasion pour vous souhaiter mes meilleurs vœux en cette période de réjouissances. Que la nouvelle année soit remplie de défis professionnels stimulants pour chacun d'entre vous ! Joyeux Noël et bonne année!

Carole Guillemette


Retour au sommaire


Des nouvelles du programme Bibliothèque et Adaptation de l'information en médias substituts

Qu'est-il arrivé avec la collection deux pistes de la Bibliothèque de l'INLB?

Depuis que cette collection sonore communément appelée deux pistes fut cédée en 1992 à l'INCA, cette question a été maintes fois posée tant par les usagers que par le personnel de l'Établissement. Rapatriée en 1995 à la suite d'une entente liant l'INLB et l'INCA qui impliquait que la Bibliothèque de l'INLB diffuse dorénavant les quelque 2 400 livres de langue française disponibles alors et enregistrés sur format quatre pistes dans les studios de l'INCA, les bandes maîtresses de la collection deux pistes attendaient patiemment dans les locaux souterrains du 1255 que l'on décide éventuellement de leur sort.

Tel le phénix qui renaît de ses cendres ainsi en sera-t-il bientôt pour cette collection opérée par le défunt service des livres parlés de la Bibliothèque qui, selon les échos qui nous parviennent encore, fut fort apprécié des plus de 2 800 usagers tout le temps qu'il exista soit de 1969 à 1992. Il y avait, au total, plus de 3 000 titres composés de classiques, d'oeuvres contemporaines, de best-sellers, de romans de tous genres, de documentaires variés, de la littérature d'ici et d'ailleurs pour tous âges et goûts. Selon des estimations, il est raisonnable de croire qu'elle cumulait plus de 18 000 heures d'enregistrement représentant approximativement 450 000 pages lues.

Grâce à une importante subvention du Ministère de la Culture et des Communications et avec la précieuse collaboration de l'Institut national canadien pour les aveugles ainsi que du personnel bénévole et rémunéré de l'INLB, il sera possible de recycler ces bandes de format analogique en format numérique. Ce n'est que tout récemment que le projet baptisé « Opération Renaissance » a vu le jour.

Après plusieurs mois de cogitation et une étude de faisabilité qui évaluait quatre scénarios, c'est à l'automne 1999 qu'il débuta véritablement. Précisons d'office que la conversion de ces bandes en format quatre pistes nécessitera plusieurs étapes. Dans un premier temps, nous devons évaluer l'état de conservation des bandes, la pertinence des titres disponibles selon des critères figurant dans notre politique de développement des collections, la nécessité d'éviter des dédoublements avec les fonds existants dans les bibliothèques de l'INLB et de La Magnétothèque puis finalement la qualité de l'enregistrement en mains. Par la suite, un technicien spécialisé procède au transfert des bandes en format « wave », un format numérique standard nécessitant l'utilisation d'un équipement informatique performant.

Comme il s'agit finalement d'un remontage, il y aura insertion de nouveaux segments sonores pour indiquer à l'usager les débuts et fins de pistes appropriés à la nouvelle version. De ces nouvelles bandes maîtresses qui seront enregistrées sur cédérom et dont l'archivage sera des plus simples à assurer, des exemplaires sur cassettes quatre pistes de chacun des titres pourront être générés assez rapidement puis intégrés graduellement dans notre collection. Pour ces titres recréés à la suite d'un repiquage, une mention sera ajoutée à cet effet en début des ouvrages correspondants  : « La version sonore de cet ouvrage résulte du repiquage d'un enregistrement original en format deux pistes. Le Ministère de la Culture et des Communications, l'Institut Nazareth et Louis-Braille et l'Institut national canadien pour les aveugles ont contribué à sa réalisation ». Ces titres comporteront un numéro d'identification distinctif les caractérisant de ceux enregistrés en format quatre pistes dans les studios de l'INCA et ils seront annoncés via les canaux habituels privilégiés par la Bibliothèque : les journaux sonores et possiblement les revues sonores de langue française distribuées par l'INCA.

Jusqu'à ce jour, nous avons effectué des tests auprès de dix titres et un seul a été rejeté. Si la tendance se maintient ... on espère pouvoir enrichir la collection actuelle de deux cent titres par an. Il est difficile d'évaluer actuellement le nombre total de titres qui seront retenus et qui viendront s'ajouter ultimement dans la collection. Voilà, grosso modo, l'essentiel des différentes étapes visant à rendre disponibles à nouveau ces ouvrages qui, soulignons-le, font encore l'objet de demandes de la part des usagers. Vous comprendrez qu'il s'agit ici d'une description plutôt simplifiée des différentes étapes qui comportent chacune des niveaux de complexité variables et faisant intervenir différentes expertises. Et pour répondre à ceux qui nous rapportent à la blague ou le plus sérieusement du monde que pour nombre de ces enregistrements où se dégageait une facture quelque peu artisanale on pouvait entendre à l'occasion et sans crier gare des bruits insolites liés à l'environnement des narrateurs qui travaillaient beaucoup à domicile tels la sonnerie du téléphone, le balancement régulier d'une chaise berçante, le claquement d'une porte, les aboiements d'un chien agité, le flot de circulation routière lorsque les fenêtres étaient ouvertes, etc. disons que :

  • Sans remettre en cause le professionnalisme de l'époque, il ne fait pas de doute qu'aujourd'hui les narrateurs travaillent dans un contexte où les normes sont beaucoup plus rigoureuses et uniformes. Ils sont judicieusement sélectionnés et bénéficient d'une formation appropriée.

    Ils travaillent bénévolement et plusieurs sont issus du monde théâtral, télévisuel, scolaire. Dorénavant, ils font leur travail dans des cabines hautement sophistiquées et insonorisées et tout cela, se fait conjointement avec des moniteurs qui s'assurent soigneusement que la lecture est conforme au texte et les assistent en vérifiant à l'aide d'équipements spécialisés la qualité sonore de l'enregistrement en cours.

  • Encore de nos jours, des usagers réclament des titres enregistrés sur deux pistes qu'ils avaient bien aimés. Plusieurs ont été désolés de ne plus retrouver leurs narrateurs préférés dans les nouveaux livres enregistrés sur quatre pistes. On le sait, le visionnement d'un film, la lecture d'un livre sont des rencontres multiples : outre les mots et dialogues, les personnages, l'auteur, il y a la voix, cet intermédiaire, qui devient peu à peu confidente, familière et rassurante à l'auditeur qui interprétera l'oeuvre présentée selon sa propre expérience de vie et le contexte situationnel dans lequel il se trouve.
  • Finalement, il est heureux de constater que rien ne se crée ni ne se perd complètement et qu'il est possible de récupérer des trésors littéraires pour le plus grand bénéfice de notre lectorat qui, il faut le rappeler, a très peu de titres mis à sa disposition comparativement à l'ensemble de la population. Dans un article paru dans les Nouvelles de la Bibliothèque nationale du Canada, au printemps dernier, Madame Evans écrivait qu'à peine 3% des publications mondiales (toutes langues confondues s'entend) étaient accessibles aux personnes ayant une déficience visuelle, celles-ci incluant notamment le gros caractère, le braille, l'audiocassette ... Vous comme moi savons qu'il ne fait aucun doute qu'il faille réduire davantage cette donnée pour représenter la portion française disponible ! L'accès à la culture et à l'information est un droit universellement consacré. La participation constructive des citoyens dans la société ne peut se faire en l'absence d'outils appropriés. Il est dans la mission d'une bibliothèque telle que la nôtre de favoriser l'alphabétisation et de contribuer à faire connaître le patrimoine culturel tout en satisfaisant les besoins d'information, de culture, de loisir et de développement personnel de ses usagers.

Linda Laberge


Retour au sommaire


Des nouvelles du programme Intégration et Autonomie socioprofessionnelle

Depuis septembre 1999, l'équipe a entrepris une démarche de travail pour unifier ses valeurs et sa philosophie d'intervention. Riches des expériences de chacun, les professionnels discutent et positionnent leur offre de services dans le but d'améliorer le service à la clientèle.

L'ensemble des disciplines est en évolution vers une pratique plus unifiée en lien avec le type de clientèle du programme. Nous abordons des thèmes comme les plans de services, l'intervenant pivot ... Sommes-nous des fournisseurs de services, d'aides techniques et visuelles ou des intervenants axés sur un processus de réadaptation.

Bref, nous sommes en cheminement et en développement professionnel au niveau de notre pratique quotidienne. De ces réflexions naîtra le programme cadre d'intégration et d'autonomie socioprofessionnelle.

Carole Guillemette


Dans le cadre du congrès CSUN qui se tiendra en Californie du 20 au 25 mars 2000, une proposition de présentation faite par Jean-Marie D'Amour et Carole Guillemette a été retenue. Elle portera sur l'accès aux technologies adaptées dans le modèle québécois de prestation de services.

Jocelyne Meunier


Retour au sommaire


Des nouvelles du programme Soutien professionnel

Les démarches vont bon train en ce qui concerne l'organisation du 3e Symposium scientifique sur l'incapacité visuelle et la réadaptation qui se tiendra le 8 février prochain (Semaine de la canne blanche) dans les locaux de l'Université de Montréal. Le contenu de la programmation permettra à nos « chercheurs » et aux étudiants de l'École d'optométrie de faire le point sur leurs travaux. Des conférenciers de réputation internationale sont également attendus.

Le comité de coordination de la recherche a tenu sa première rencontre le 25 novembre dernier. Les possibilités qu'offre la nouvelle politique de la recherche n'ont par tardé à faire effet puisque quatre demandes de soutien financier pour différents projets étaient à l'ordre du jour. La prochaine réunion aura lieu au début du nouvel an. La composition finale du comité est la suivante:

  • Line Ampleman, présidente;
  • Pierre Rondeau, secrétaire;
  • Jacques Gresset, chercheur;
  • Michel Cyr, représentant du Conseil multidisciplinaire;
  • Pierre Ferland, représentant des usagers;
  • Carole Guillemette, représentante des cadres intermédiaires.

Le bottin des ressources est maintenant fonctionnel. Rita Senécal y a mis la touche finale après une longue période de gestation. Un document explique étape par étape les démarches à effectuer pour avoir réponses à vos questions ainsi que les mots clé à utiliser.

Nous tenons à souligner la contribution de Francine Baril du centre de documentation à l'élaboration de ce bottin. Merci également aux autres personnes qui de près ou de loin ont participé à cette activité.

On note que nos bénévoles sont de plus en plus actifs et sollicités pour une multitude d'activités. Attention, ceci n'est pas un message subliminal pour que vous cessiez de les solliciter mais plutôt pour souligner la bonne santé de ce service.

Le matériel de sensibilisation a été enrichi de deux mallettes de simulateurs de basse vision du Dr. Zimmerman. De plus, lors du congrès Vision 99 tenu à New York l'été dernier, Danielle Lessard, optométriste, a déniché un ensemble de simulateurs qui se démarquent par la qualité de leur finition, leur réalisme et leur prix compétitif. Nous avons l'intention d'en acquérir un exemplaire et évaluer la possibilité d'en reproduire d'autres exemplaires.

Le 5e Congrès de la réadaptation en déficience physique aura lieu à Trois-Rivières en octobre 2000. Le 10 novembre dernier représentait une étape importante dans la planification de ce congrès puisque c'était la date limite pour soumettre des propositions de communication au comité scientifique.

Le bilan en ce qui concerne l'Institut est intéressant puisqu'une douzaine de propositions ont été soumises par l'ensemble des programmes.

Voici la liste détaillée des personnes qui ont élaboré une proposition:

  • Intégration et autonomie socioprofessionnelle
    • Jacynthe Daviault ;
    • Hélène Guérette en collaboration avec Carole Zabihaylo ;
    • Carole Guillemette en collaboration avec L. Adam (SEMO) et R. Lavigne (RAAMM).
  • Développement petite enfance et intégration scolaire
    • Jacynthe Boulé ;
    • Michel Cyr en collaboration avec Ronald Beauregard, Kristiane Hamel et Denise Trépanier.
  • Intégration communautaire et soutien à domicile-Siège social
    • Diane Baignée en collaboration avec Guylaine Cataford, Louise Grégroire et Robert Riendeau.
  • Intégration communautaire et soutien à domicile-Montréal
    • Marie -Josée Sénécal Agathe Ratelle en collaboration avec R. Dion (IRD)
  • Bibliothèque et médias substituts
    • Pierre Ferland en collaboration avec D. Labbé (Visuaide) ;
    • Linda Laberge en collaboration avec Chafika Hamdad (La Magnétothèque).

Merci à toutes ces personnes qui ont pris de leur temps durant cette période de l'année où tout se bouscule et où tous aspirent à un petit répit. Nous espérons que ces propositions auront une réponse favorable du comité scientifique. Et le cas échéant, nous vous décrirons le thème de chacune des présentations dans le prochain numéro de cette publication.

Pierre Rondeau


Retour au sommaire



Dernière mise à jour de cette page :  21 décembre 1999


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

En ce 17 décembre de l'an de grâce 2004. Québec : Sanction de la Loi numéro 56, loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.

Saviez-vous que :

Le système braille est le résultat de nombreuses recherches de la part de son auteur, mais on peut dire que, dès 1825 alors que Louis Braille n'a que 16 ans, la partie essentielle de son système est conçue.

TyphloPensée

« L'œuvre se situe dans l'œil de celui qui regarde. »

MARCEL DUCHAMP

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.