Vous consultez : Le Typhlophile / Lettre d'Information de l'Union Européenne des Aveugles – N° 62 Mai – Juin 2008
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Lettre d'Information de l'Union Européenne des Aveugles – N° 62 Mai – Juin 2008

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 12:57:15 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie du Victor Classic +.
Le Victor Classic + est un lecteur de livre numérique au format DAISY. Il peut également être utilisé pour écouter des fichiers au format MP3 ou disque compact du marché.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Lettre d'Information de l'Union Européenne des Aveugles – N° 62 Mai – Juin 2008

21 septembre 2008

EBU Logo

Publiée par le Bureau de l'UEA
58 avenue Bosquet, 75007 PARIS (France)
Téléphone : +33 1 47 05 38 20 ;
Télécopieur : +33 1 47 05 38 21
Courriel : ebuoffice@euroblind.org
Site Web : www.euroblind.org

Avec le soutien financier de la DG Emploi, Affaires Sociales et Egalité des Chances de la Commission Européenne.

Sommaire

[ Les opinions exprimées dans cette Lettre d'Information sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de l'UEA. ]


Editorial

La Commission Européenne planche sur un projet de directive visant à combattre les discriminations dans les domaines autres que l'emploi. Ainsi que vous pourrez le constater à la lecture du communiqué de presse du Forum Européen des Personnes Handicapées (FEPH), les propositions de la Commission sont plutôt décevantes puisqu'elles ne répondent pas à nos besoins de manière satisfaisante. Une fois encore, il nous faudra donc unir nos forces et faire pression pour que les handicapés ne soient pas les oubliés de cette nouvelle législation.

Pour la première fois de son histoire, l'UEA met en place un groupe de travail consacré aux enfants, dont l'activité devrait s'inscrire dans le prolongement du Congrès International des Enfants Aveugles ou Malvoyants qui vient de se tenir en Espagne. Nous reproduisons la Déclaration adoptée à l'occasion du Congrès dans ce numéro de notre Lettre d'Information.

Nos "Brèves Nationales" semblent avoir pris un bon départ. J'espère que ce mouvement se confirmera dans les prochains numéros. Les membres de l'UEA sont invités à nous communiquer toute information digne d'intérêt, de sorte que les bonnes pratiques en cours dans leurs pays soient diffusées le plus largement possible.

Notre DOSSIER fait un point détaillé des tarifs consentis aux déficients visuels dans le transport ferroviaire en Europe. A la lecture de cet article particulièrement intéressant, nos lecteurs pourront aussi mesurer la difficulté qu'il y aura à faire aboutir le projet d'une carte de transport européenne à l'usage des aveugles et des malvoyants.

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et suggestions : ebuoffice@euroblind.org

Bonne lecture !

Retour au sommaire

Europe et non-discrimination : peut mieux faire

Bruxelles, le 2 juillet 2008 - La Commission européenne a officiellement publié sa proposition pour une directive de lutte contre la discrimination au-delà du domaine de l'emploi.

La proposition de la Commission est basée sur l'Article 13 du Traité d'Amsterdam et couvre tous les groupes discriminés mentionnés dans cet article : "la religion ou la croyance, le handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle". La directive propose un article séparé (Art. 4) sur l'égalité de traitement des personnes en situation de handicap.

"Le FEPH accueille favorablement le fait que la Commission européenne reconnaisse la nécessité de mesures juridiques en matière de non-discrimination au-delà de l'emploi. Nous nous réjouissons également de la vaste portée de la proposition comprenant les domaines de la protection sociale, les avantages sociaux, les soins de santé, l'éducation, l'accès et la fourniture des biens et services en cohérence avec la directive sur l'égalité raciale adoptée en 2000. Pour les personnes en situation de handicap, le principe d'aménagement raisonnable est accompagné par des mesures visant à garantir tout accès non-discriminatoire par anticipation. Cependant, la proposition de directive est peu claire, trop courte et présente des restrictions significatives quant au droit à l'égalité pour les personnes en situation de handicap dans différents domaines tels que l'éducation et les assurances. En outre, la proposition de législation laisse la porte ouverte aux interprétations et doutes juridiques", a dit le Président du FEPH, Yannis Vardakastanis.

"Certaines dispositions sont clairement en contradiction avec la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées. Aussi des nouveaux concepts juridiques sont présentés mais pas définis", a ajouté M. Vardakastanis en se référant aux dispositions de non-discrimination de la Convention qui est entrée en vigueur le 3 mai 2008 et sera ratifiée par les Communautés européennes sous la Présidence française de l'Union européenne avant fin 2008.

"En outre, des concepts importants tels que la conception universelle, la nécessité de normes d'accessibilité européennes et nationales ainsi que le droit aux services garantissant l'intégration ont été omis. L'importance des domaines clés tels que l'accès à l'information, les transport, les structures, les bâtiments et les espaces publics, les services d'urgence et d'évaluation, les dispositions et les procédures électorales n'ont pas été abordés de manière appropriée dans la proposition de législation dû au manque de dispositions spécifiques pour les personnes en situation de handicap" a souligné le Président du FEPH.

Il a également exprimé les regrets du mouvement des personnes handicapées quant au manque de consultation appropriée avec la société civile quant au contenu de la proposition de législation, et qu'au contraire un temps précieux a été perdu dans les discussions quant à sa forme.

Pour conclure, M. Vardakastanis a mis en exergue que la proposition nécessitera d'importants changements afin d'atteindre ses objectifs, de protéger les personnes handicapées de toute forme de discrimination et de répondre à la demande des plus de 1.3 millions de citoyens européens qui ont soutenu la campagne du FEPH "1million4disability" (un million pour le handicap).

Pour plus d’information sur la campagne du FEPH “1million4disability”: www.1million4disability.eu/

Pour plus d’information contacter Irina Papancheva, Chargée de la Communication au FEPH, communication@edf-feph.org

Retour au sommaire

Révision de la Directive Cadre sur les Communications Electroniques

Le Parlement et le Conseil des Ministres européens examinent actuellement les propositions de la Commission de Bruxelles en vue de la révision de la Directive Cadre sur les Communications Electroniques. Plusieurs amendements ont été soumis au Parlement à l'initiative de l'UEA et de l'EDF dans le but d'améliorer la prestation universelle de services aux handicapés, notamment en matière d'accès aux terminaux et aux services d'urgence. En ce qui concerne la prestation de services, nos amendements encouragent l'utilisation et la généralisation des normes existantes.

Le Parlement se prononcera en première lecture courant septembre 2008. Les membres de l'UEA doivent se mobiliser et prendre contact avec leurs pouvoirs publics de sorte que le Conseil ne rejette pas le texte revu et corrigé par les parlementaires. L'examen en seconde lecture interviendra en début 2009.

Pour plus d'information contacter Anne Spinali, Chargée des Campagnes Européennes au RNIB, anne.spinali@rnib.org.uk

Retour au sommaire

Encourager le développement de l'accessibilité électronique en Europe

La Commission Européenne planche actuellement sur l'introduction d'une législation horizontale sur l'accessibilité du web. Il y a longtemps que l'UEA se bat pour que les technologies de l'information et de la communication soient conçues pour être accessibles (et que donc elles ne nécessitent aucune adaptation en aval), et nous continuerons à travailler avec la Commission pour veiller à la bonne prise en compte des besoins des aveugles et des malvoyants.

Pour plus d'information contacter Anne Spinali, Chargée des Campagnes Européennes au RNIB, anne.spinali@rnib.org.uk

Retour au sommaire

Nos enfants prennent la parole

Nous reproduisons ci-dessous la Déclaration adoptée par vingt-six jeunes adolescents aveugles ou malvoyants réunis en congrès à Pontevedra (Espagne) en juin 2008 et représentant l'ensemble des six unions régionales de l'Union Mondiale des Aveugles. Cette manifestation a été organisée conjointement par l'UMA et la ONCE (Organisation des Aveugles d'Espagne), en partenariat avec l'UNICEF, l'ICEVI et Save the Children.

Au nom de tous les enfants aveugles ou malvoyants du monde, nous voulons faire le point sur notre situation et faire les recommandations suivantes en vue de l'amélioration de notre qualité de vie.

Aucun enfant aveugle ou malvoyant ne peut être traité inégalement devant la Loi du fait de son handicap.

Considérant que la plupart des enfants aveugles n'ont pas accès à l'instruction, nous recommandons que le droit à l'éducation soit reconnu pour toutes les personnes, y compris celles atteintes d'une déficience.

Tout enfant a le droit au maintien dans sa famille naturelle ; la déficience visuelle ne peut constituer une cause d'éloignement.

Tout enfant a le droit de contribuer à et de bénéficier de la vie en communauté. Pour ce faire, des améliorations doivent être apportées en vue d'une meilleure intégration des enfants aveugles.

Tout enfant a le droit de recevoir une prise en charge adaptée à ses besoins des institutions et des services compétents.

Aucun enfant ne sera soumis à des mauvais traitements d'aucune sorte du fait de sa cécité ou de sa déficience visuelle.

Constatant que les enfants aveugles sont victimes de discrimination, nous affirmons qu'aucun enfant ne doit être soumis à des mauvais traitements physiques ou psychologiques à l'école, à la maison ou dans la communauté.

Tous les enfants ont le droit de circuler librement au sein de leur communauté.

Nous, enfants aveugles ou malvoyants du monde entier, demandons à nos gouvernements et aux associations qui représentent nos intérêts que des moyens financiers suffisants soient consacrés à l'organisation de manifestations pour enfants dans nos pays respectifs.

Tout enfant aveugle a le droit d'être scolarisé dans l'établissement de son choix. Chaque établissement doit disposer d'au moins un enseignant capable de répondre aux besoins spécifiques de l'enfant.

Tous les enfants du monde, qu'ils soient handicapés ou non, ont le droit à l'égalité de traitement.

Nous espérons que les gouvernements du monde entier seront à l'écoute de nos recommandations.

Pour plus d'information contacter Ana Pelaez, Directrice des Relations Internationales de la ONCE, rrii@once.es mrrii@once.es

Retour au sommaire

>Commissions de l'UEA

Groupe Basse Vision

Le Groupe Basse Vision de l'UEA a élaboré le plan d'action suivant pour la période 2008 - 2011 :

Objectifs à court terme - à l'horizon 2008

1. Elargir le groupe en recrutant des personnes motivées par les questions de basse vision

(indicateur : recrutement d'au moins deux nouveaux membres).

2. Etoffer la section basse vision du site internet de l'UEA en y ajoutant de la documentation, des contacts et des informations sur les membres du groupe.

(indicateur : mise en ligne effective de la nouvelle section).

Objectifs à long terme - à l'horizon 2011

1. Organiser un forum sur la basse vision : où ? quand ? quels groupes cibles ? quels thèmes ?

(indicateur : obtention de financements et tenue effective du forum).

2. Responsabiliser les personnes malvoyantes et leur apprendre à faire valoir leurs intérêts en favorisant l'étude des aspects psychologiques de la basse vision et la mise en œuvre de services de réadaptation fonctionnelle individualisée.

(indicateur : élaboration d'un cadre normatif pour la réadaptation basse vision).

3. Promouvoir le design universel / design pour tous en répertoriant les institutions œuvrant et les initiatives menées dans ce domaine ; en étudiant l'application de ce concept à un aspect particulier de la basse vision.

(indicateur : mise en œuvre d'un design accessible dans un domaine particulier de la basse vision).

4. Développer une terminologie basse vision en s'inspirant des travaux de l'UMA dans ce domaine.

(indicateur : adoption d'une définition commune de la basse vision)

Pour plus d'information contacter Alenka Bera, Coordonatrice du Groupe Basse Vision, alenka.bera@guest.arnes.si

Retour au sommaire

Brèves Nationales

Allemagne

La Fédération Allemande des Aveugles et des Malvoyants (DBSV) projette un forum international de la jeunesse qui devrait se tenir du 23 au 30 août 2009 à Hanovre. Ce projet s'inscrit dans le cadre du programme de financement européen Jeunesse en Action.

Le forum coïncidera avec une grande rencontre de personnes aveugles qui se déroulera du 28 au 30 août.

La DBSV est à la recherche de cinq partenaires pour réaliser ce projet. Les membres de l'UEA qui seraient intéressés sont invités à se mettre en rapport avec Reiner Delgado, Chargé des Affaires Sociales à la DBSV, r.delgado@dbsv.org

Retour au sommaire

France

À l'occasion de son Assemblée Générale du 1er juillet dernier, le Comité National français pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes, organisation faîtière qui rassemble quelque 30 associations membres, a élu son nouveau président en la personne de Philippe Chazal.

Philippe est bien connu de l'UEA : il dirige actuellement notre Commission des Droits après avoir conduit avec succès les travaux de l'UEA dans les domaines de la réadaptation, la formation professionnelle et l'emploi.

Nous lui souhaitons succès et accomplissement dans l'exercice de ses nouvelles fonctions.

Retour au sommaire

Islande

Blindrafelagid, Association des Aveugles et des Malvoyants d'Islande, a tenu sa dernière assemblée générale à Reykjavik le 17 mai 2008. Kristinn Halldór Einarsson (48 ans, malvoyant) a été élu à cette occasion nouveau Directeur Exécutif de l'Association. Kristinn est également en charge des relations internationales de Blindrafelagid depuis le début de l'année après avoir été membre du Conseil d'Administration pendant deux ans.

Blindrafelagid met actuellement en œuvre un nouveau programme de bourses à l'intention de ses adhérents. Cette initiative a principalement pour objectif de favoriser l'insertion professionnelle, la participation aux activités sportives et la création artistique. Six premières bourses ont été décernées à l'occasion de l'assemblée générale.

Enfin, et toujours à l'occasion de l'assemblée, les Lions Clubs d'Islande ont fait un don de 109,000 Euros pour contribuer à un projet d'école de chiens guides mis en route par Blindrafelagid.

Pour plus d'information contacter Blindrafelagid, www.blind.is

Retour au sommaire

Italie

Building Trust est un projet d'échange à l'intention des jeunes. Il est coordonné par l'Union Italienne des Aveugles avec le concours financier de la Commission Européenne.

L'échange s'est déroulé en juillet et en août dans une région montagneuse des Marches, en Italie. Des jeunes - non voyants, malvoyants et voyants - ont pris part à divers groupes de discussion et à des activités accessibles à tous, auxquelles s'est également associée la jeunesse locale. Les jeunes, handicapés ou non, ont été encouragés à participer activement à la vie de groupe et à s'entraider, l'objectif recherché étant de promouvoir la confiance mutuelle et la tolérance dans un environnement multiculturel européen.

Pour plus d'information contacter Mirko Montecchiani, Building Trust Supervisor, mirkomontecchiani@gmail.com

Retour au sommaire

Royaume-Uni

Communiqué de presse : "Rendez-nous nos trottoirs", 6 juin 2008

Fédération Nationale des Aveugles – Royaume-Uni.

Le 6 juin 2008, la Fédération Nationale des Aveugles du Royaume-Uni (National Federation of the Blind, NFB) a lancé "Rendez-nous nos trottoirs", une campagne destinée à sensibiliser les pouvoirs publics et l'opinion aux dangers auxquels sont exposés les aveugles et les malvoyants du fait des nombreux obstacles qui obstruent les trottoirs : véhicules en tous genres, cyclistes, travaux non gardés, poubelles, mobilier urbain mal positionné, branches obstruant le passage...

Au cours de ces trente dernières années, les trottoirs sont devenus de plus en plus encombrés et moins d'argent est consacré à leur entretien, d'où une multiplication des accidents - ils se comptent par milliers - pouvant entraîner des blessures graves, voire la mort. Aujourd'hui, les 2 millions d'aveugles et de malvoyants que compte le Royaume-Uni ne se battent plus seulement pour que les trottoirs soient débarrassés de tout obstacle et qu'ils soient maintenus en bon état, ils luttent aussi pour éviter leur disparition pure et simple. En effet, de nombreuses municipalités introduisent des "espaces partagés" où piétons et véhicules se côtoient sur une simple chaussée dénuée de trottoirs et de passages protégés.

Les aveugles se voient donc empêchés de faire leurs courses dans les rues commerçantes érigées en espaces partagés. Il est prévu que ces aménagements soient étendus à des zones résidentielles, ce qui signifie que nous ne pourrons plus y habiter à moins de ne plus sortir seul de chez soi. Les espaces partagés ne tiennent aucun compte de la sécurité des piétons. Des trottoirs libres de tout obstacle et bien entretenus sont indispensables à des déplacements sûrs et autonomes. A l'occasion de cette Journée "Rendez-nous nos trottoirs", les adhérents et les amis de la NFB appellent l'ensemble des décideurs, aux plans local et national, à venir marcher pour se rendre compte de l'état de nos trottoirs et des risques qu'ils comportent pour des aveugles ou des malvoyants... Mieux encore, cela pourrait leur donner de bonnes idées pour remédier à cette situation.

Jill Allen-King, chargée des relations du NFB avec le public, elle-même aveugle, dénonce : "Ma belle-mère est décédée des suites d'une chute due à un trottoir en mauvais état, celui-ci ayant été endommagé par un véhicule mal stationné. Nos municipalités préfèrent payer des millier de livres en dommages et intérêts plutôt que d'utiliser cet argent à l'entretien des trottoirs."

Alors que, chaque jour, 100 personnes perdent la vue totalement ou partiellement au Royaume-Uni, l'environnement devient de plus en plus hostile aux aveugles qui hésitent à s'aventurer hors de chez eux parce qu'ils ne se sentent plus en sécurité. Des mesures urgentes s'imposent pour que nous ne soyons pas contraints à vivre en reclus et que nous nous rapproprions notre environnement.

Jill Allen-King

Pour plus d'information contacter Jill Allen-King, jill.allenking@tiscali.co.uk

Retour au sommaire

Serbie

Les droits des personnes handicapées en Serbie enregistrent de grandes avancées.

Ainsi, une loi de non discrimination a été adoptée en 2006 dans la foulée de la révision de la constitution serbe.

Le gouvernement serbe s'attèle actuellement à un projet de loi sur l'accès des handicapés aux services de réadaptation et à l'emploi.

Pour plus d'information contacter Dragiša Drobnjak, savezslepihsrbije@bvcom.net

Retour au sommaire

Ukraine

Le photographe ukrainien Youry Bilak a présenté ses œuvres en mai dernier à Kiev, dans le cadre d'une exposition de photographie tactile intitulée "Toucher et Voir".

Trente images en polymères, tactiles et audiodécrites, ont été exposées. 18 personnalités éminentes de la scène culturelle ukrainienne - des journalistes, des artistes, un ancien ministre de la culture et Kateryna Yushchenko, la Première Dame d'Ukraine ! - ont prêté leurs voix aux descriptions.

Cette exposition tactile est la première initiative du genre en Ukraine.

Pour plus d'information contacter Youry Bilak, artiste et photographe ukrainien, www.yourybilak.com

Retour au sommaire

Publications

Recherche sur Tiresias

Tiresias.org est un site internet mis en place et animé par l'Unité de Recherche Scientifique du RNIB (Royal National Institute of the Blind) au Royaume-Uni. On y trouve les informations et les lignes directrices les plus récentes relatives à l'accessibilité des technologies de l'information et de la communication. Les recherches de l'équipe scientifique de Tiresias ont fait l'objet de publications disponibles gratuitement sur leur site. Les plus récentes sont :

  • Lignes Directrices pour la Conception de Technologies de l'Information et de la Communication Accessibles.
  • Environnement Intelligent : Sur la Bonne Voie.
  • Comment des Services Intégrés Peuvent Contribuer à une Société plus Inclusive.

Ces publications peuvent être consultées en ligne. Vous pouvez également les obtenir par courrier en envoyant votre adresse à :

Dr John Gill OBE, RNIB, 105 Judd Street, London WC1H 9NE (Great Britain).

Pour plus d'information, www.tiresias.org

Retour au sommaire

Royaume-Uni

La Bibliothèque du Royal National Institute of the Blind (RNIB) vient de recevoir en don 1000 CDs de leçons de musique de Bill Brown.

Une première série de CDs intitulée "Intro à" enseigne les rudiments de l'apprentissage d'instruments de musique sans passer par le solfège. Une autre série permet d'apprendre des morceaux de guitare ou de piano à l'oreille. Elle est accessible à ceux qui auront suivi les leçons de la série "Intro à" ou qui savent déjà jouer de l'instrument.

Ces CDs seront mis à la disposition du public prochainement, au fur et à mesure qu'ils seront intégrés au catalogue de la bibliothèque.

Pour toute information sur les disponibilités, contacter Megan Chivers, en charge du Département Musique à la Bibliothèque du RNIB, megan.chivers@rnib.org.uk

Les CDs sont également en vente sur le site Music For the Blind : www.MusicForTheBlind

Retour au sommaire

Rapport sur l'accessibilité électronique en Europe (Benchmarking)

Les handicapés sont confrontés à de nombreux obstacles dans l'utilisation au quotidien des technologies de l'information et de la communication, alors que ces dernières sont devenues des éléments essentiels de la vie économique et sociale.

Mesure des Progrès de l'Accessibilité Electronique en Europe (MeAC) est un projet d'étude financé par la Commission Européenne. Un premier rapport fait le point sur la situation dans 25 pays européens, en Australie, au Canada et aux Etats Unis.

Pour chaque pays, il donne un aperçu général de l'accès à internet et aux équipements et services de télécommunication et sur le rôle de l'accessibilité dans l'adjudication de marchés publics.

Fruit de recherches intenses, ce rapport représente la base d'information la plus complète et la plus représentative jamais réalisée à ce jour sur l'accessibilité en Europe et au-delà.

Il est consultable en ligne sur le site internet du MeAC : www.eaccessibility-progress.eu/

Pour plus d'information contacter MeAC, meac@empirica.com.

Retour au sommaire

DOSSIER

Un point sur les tarifs aux usagers aveugles ou malvoyants des transports ferroviaires en Europe

Introduction

La mobilité est un élément essentiel de l'autonomie et de l'inclusion sociale des aveugles et des malvoyants. D'où le fait qu'elle constitue un thème récurrent dans les programmes de travail de l'Union Européenne des Aveugles. La réglementation et la tarification dans les différents modes de transport, ferroviaire en particulier, sont souvent au cœur du débat. Il en va de même de l'assistance (guide ou chien guide, celle-ci s'avérant indispensable pour que les aveugles puissent se déplacer dans les mêmes conditions de sécurité et de confort que les autres usagers.

L'UEA assure la promotion de déplacements autonomes et sûrs à travers sa Commission pour la Mobilité et l'Accès aux Transports. Celle-ci œuvre pour une pleine accessibilité de le cadre bâti et des transports publics ; sensibilise aux besoins spécifiques des usagers aveugles et malvoyants ; se bat pour que les handicapés n'aient pas à faire face à des surcoûts du fait de leur handicap - gratuité pour les guides ou les chiens guides par exemple.

Un titre de transport pour deux est le mode de tarification le plus communément appliqué par les opérateurs ferroviaires à l'usager aveugle ou malvoyant et à son guide. Un accord a été signé dans le cadre de l'Union Internationale des Chemins de Fer pour que ce type de tarification soit mis en œuvre sur l'ensemble du réseau ferré européen. Cet accord est un premier pas vers de meilleures pratiques tarifaires mais ses modalités sont complexes et les difficultés qu'elles soulèvent montrent combien il est difficile de réglementer au plan international.

Cet article essaie de démêler l'écheveau de la tarification appliquée aux usagers aveugles ou malvoyants et à leurs guides sur les trains en Europe. Une première partie fait le point sur les dispositions aux plans national, régional et urbain dans un certain nombre de pays européens. Nous considèrerons ensuite les liaisons internationales et nous interrogerons sur la mise en œuvre effective de l'accord de l'UIC. Nous conclurons sur les perspectives d'avenir et plus particulièrement sur la possibilité d'instaurer une carte de transport européenne à l'intention des usagers aveugles ou malvoyants.

1. Dispositions nationales

1.1. Transport national

Une tarification particulière aux aveugles et aux malvoyants existe dans la plupart des pays européen, qu'ils soient membres de l'UE ou non. Les exceptions que nous avons pu relever sont l'Arménie dont le transport ferroviaire ne connaît aucune tarification spéciale ; Chypre et Malte où il n'existe pas de réseau ferré. En Suède, il n'existe pas de tarification spéciale propre aux trains mais les handicapés peuvent se déplacer en combinant plusieurs modes de transport pour un prix forfaitaire réduit.

Dans la plupart des autres pays, une personne aveugle peut voyager accompagnée d'un guide ou d'un chien guide sans surcoût, sur présentation de sa carte d'invalidité ou d'un document attestant son handicap visuel. Une étude menée par la Commission Mobilité et Accès aux Transports de l'UEA montre que les modalités de cette disposition varient sensiblement d'un pays à l'autre, le passager aveugle ou malvoyant et son guide pouvant bénéficier d'une pleine gratuité ou de tarifs réduits.

En Espagne, Finlande, France, Pays-Bas, Portugal et Suisse, le passager aveugle ou malvoyant s'acquitte d'un titre de transport plein tarif alors que le guide voyage gratuitement. En Ecosse, c'est au contraire la personne déficiente visuelle qui bénéficie de la gratuité et non son guide.

En Irlande du Nord et en Lituanie, la gratuité est concédée aux usagers aveugles alors que les malvoyants doivent s'acquitter d'un titre de transport à demi tarif. En Slovaquie, les aveugles comme les malvoyants voyagent à demi tarif mais leurs guides ou chiens guides bénéficient de la gratuité.

En Albanie, Angleterre, Autriche, Danemark, Espagne, Grèce, Italie et Serbie, le passager aveugle ou malvoyant ainsi que son guide ou chien guide bénéficie chacun d'un tarif réduit (jusqu'à 50 pour cent) ou d'un titre de transport plein tarif pour deux.

Il en va de même en Norvège et en Russie sinon que les chiens guides voyagent gratuitement.

En Croatie et en République Tchèque, le passager aveugle bénéficie d'une réduction de 75 pour cent, son guide ne payant rien. La Hongrie concède une réduction de 90 pour cent à l'ensemble des usagers handicapés visuels ainsi qu'à leurs guides ou chiens guides.

En Allemagne, Belgique et Irlande, aveugles, malvoyants, guides et chiens guides bénéficient tous de la gratuité. Au Luxembourg, les aveugles et leurs guides voyagent aussi gratuitement mais cette disposition ne s'applique pas aux malvoyants.

Il n'existe pratiquement pas de chiens guides en Lettonie et en Lituanie, d'où le fait que ces pays n'ont prévu aucune tarification spéciale les concernant.

Dans certains pays, gratuité ou tarifs réduits sont obtenus sur présentation d'une carte nationale d'invalidité ou de tout autre document attestant de la cécité ou de la basse vision. Ces cartes sont généralement délivrées soit par une administration ou par une association d'aveugles et de malvoyants et, à l'exception de pays comme l'Irlande du Nord ou de l'Italie, leur utilisation n'est pas nécessairement limitée aux transports. En Autriche et en Espagne, ces cartes doivent être achetées auprès des compagnies de chemins de fer et renouvelées tous les ans.

La Commission Mobilité et Accès aux Transports a relevé un certain nombre de dispositions de par trop restrictives ou incohérentes. Ainsi, la Bulgarie ne concède la gratuité que pour deux déplacements par an, la Croatie pour six déplacements. En Biélorussie et en Moldavie, les aveugles ne bénéficient de réductions qu'entre les mois d'octobre et mai et ne peuvent prétendre qu'à un déplacement à tarif réduit pendant le reste de l'année. En Allemagne, la gratuité ne s'applique que dans un rayon de 50 kilomètres autour du lieu de résidence du bénéficiaire. En Lettonie et en Pologne, le niveau des réductions varie sensiblement en fonction de la gravité du handicap. Si l'Estonie, le Luxembourg et le Portugal concèdent une tarification très avantageuse aux usagers aveugles, ces pays ne prévoient rien pour les personnes malvoyantes. Les chiens guides ne sont pas admis sur les trains grecs et serbes et n'ont accès qu'aux wagons-lits en Espagne.

Dans plusieurs pays, les usagers aveugles ou malvoyants ne sont pas exonérés du coût des réservations (notamment sur les trains à réservations obligatoires). La gratuité ou les réductions sont inégalement et partiellement pratiquées sur les réseaux à grande vitesse. Sur les TGV français par exemple, le prix d'une réservation obligatoire varie de 3 à 22 Euros, en fonction de la période pendant laquelle le déplacement est effectué. Ces surcoûts deviennent incontournables avec la généralisation des trains à réservations obligatoires partout en Europe et se traduit par une augmentation du coût des déplacements en train.

Ajoutons à cela que, en règle générale, les opérateurs semi-privés ou privés n'appliquent pas de tarification spéciale aux non ou malvoyants, contrairement à leurs homologues du secteur public. Or la tendance est à la privatisation partout en Europe, ce qui pourrait bien sonner le glas de la gratuité ou des tarifs réduits sur nos trains. Les associations de déficients visuels vont donc devoir suivre ce dossier de très près et s'efforcer de trouver un terrain d'entente avec les opérateurs privés pour préserver les dispositions tarifaires en place.

1.2. Transports régionaux et urbains

En général, les dispositions tarifaires que nous venons de passer en revue s'appliquent aussi au plan régional. En Allemagne, Autriche Belgique, Croatie, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Russie et Slovaquie, gratuité et réductions au plan régional s'inspirent largement de la tarification nationale. En revanche, il n'existe pas de tarifs régionaux spéciaux en Albanie, Arménie, Biélorussie et Estonie.

Les concessions tarifaires varient sensiblement d'une région à l'autre en Allemagne, au Danemark et en Roumanie. Les opérateurs privés tendent d'ailleurs à les ignorer. C'est le cas par exemple au Danemark où, parmi les opérateurs régionaux privés, seuls ceux ayant passé une convention avec l'Etat appliquent une tarification spéciale aux non et aux malvoyants.

La situation est plus complexe en ce qui concerne les transports urbains du fait de la superposition de dispositions tarifaires nationales et municipales. Alors que l'Allemagne, le Danemark, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, la Norvège et les Pays-Bas pratiquent les mêmes tarifs aux plans national, régional et urbain, la plupart des autres pays laissent aux municipalités le soin de déterminer la nature et le niveau des concessions tarifaires au plan local.

Il n'existe pas de tarifs spéciaux dans les transports urbains en Arménie et en Estonie. Il apparaît cependant que les concessions sont plus avantageuses dans les villes qu'au plan national. Ainsi, les transports urbains sont gratuits en Croatie, Finlande, Grèce, Hongrie, Pologne, Roumanie, Russie et Slovaquie.

Elles sont plus contrastées en Autriche, France, Italie et Portugal puisqu'elles sont fixées par les municipalités ou les transporteurs locaux et peuvent donc varier sensiblement d'une ville à l'autre. Elles sont malheureusement menacées dans plusieurs villes italiennes et autrichiennes.

A titre d'exemple, les transports parisiens prévoient le demi-tarif pour l'usager déficient visuel et la gratuité pour le guide. C'est mieux qu'au plan national où la personne aveugle ou malvoyante doit s'acquitter d'un billet plein tarif. Cette différence est due au mode de financement mis en œuvre : dans le premier cas, c'est la Ville de Paris qui paye ; dans le second, c'est l'Etat. Le financement est donc déterminant pour la nature et les modalités d'application des concessions. Ceci se traduit par le fait que la gratuité ou les réductions sur les transports parisiens ne soient ouvertes qu'aux aveugles et aux malvoyants résidant à Paris.

1.3. Résumé

En résumé, les avantages tarifaires consentis aux aveugles et aux malvoyants en Europe varient tant par leur nature que par leurs modalités d'application. On peut dire que les concessions sont généralement d'un bon niveau au plan national. Les plus avantageuses sont à rechercher en Belgique, en Irlande et en République Tchèque. Pour ce qui est du transport régional ou urbain, elles s'inspirent largement du plan national et sont même souvent plus avantageuses. Dans la pratique, le "un billet pour deux", voire mieux, semble être la règle à tous les niveaux du transport ferroviaire - national, régional et urbain.

2. Voyager en Europe

2.1. Voyager vers d'autres pays

Les trains transnationaux (desservant plusieurs pays) se sont multipliés depuis les jours glorieux de l'Orient-Express et du Simplon-Express. L'avènement de ces trains européens toujours plus confortables et toujours plus rapides s'est fait au prix de la formation de consortiums complexes de compagnies publiques, privées et semi-privées. C'est dans ce contexte que l'UIC fait adopter l' "Accord multilatéral concernant l’émission par certains réseaux de billets internationaux pour les aveugles et leur accompagnateur", l'objectif recherché étant de transposer le système du "un billet pour deux" pour permettre aux aveugles et aux malvoyants de se déplacer en Europe accompagnés d'un guide.

L'Accord de l'UIC a été signé par des transporteurs publics et privés de 24 pays européens dont 20 de l'UE. Il prend effet en 1998 et subit une première révision en 2005.

Il dispose que tout aveugle ou malvoyant résidant dans un des pays signataires et se rendant dans un autre pays signataire bénéficie de la gratuité du guide à condition que le billet aller-retour soit acheté dans le pays d'émission de la carte d'invalidité.

Cependant, l'étude menée en 2000 par la Commission Mobilité et Accès aux Transports de l'UEA montre que, dans certains pays, cette disposition reste méconnue ou délibérément ignorée par les transporteurs.

Par ailleurs, l'Accord ne s'applique pas aux trains à réservations obligatoires ou aux trains-couchettes.

Enfin, signalons que les signataires sont des transporteurs et non des états, d'où le fait que l'Accord de l'UIC ne soit pas appliqué sur de nombreuses lignes transnationales.

Dans la pratique, les transporteurs tendent à appliquer leurs propres systèmes de réduction. Par exemple, le Lyria (France-Suisse) fonctionne comme un TGV français : le passager déficient visuel achète un billet plein tarif alors que son guide ne s'acquitte que du prix de la réservation (11 Euros en moyenne). Sur l'Eurostar, (Belgique-France-Angleterre), la personne aveugle ou malvoyante paye plein tarif et le guide bénéficie d'une réduction de 60 pour cent.

Il est à déplorer que seuls les utilisateurs de fauteuil roulant et leurs assistants bénéficient d'avantages tarifaires sur l'Artesia (France-Italie), rien n'étant prévu pour les aveugles. Il en va de même sur le Thalys (Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas) bien que leur brochure fasse état du contraire. J'ai pourtant fait plusieurs essais à l'issue desquels j'ai pu constater que leur logiciel de réservation ne comporte pas de catégorie "déficience visuelle" au chapitre des avantages tarifaires. Un constat s'impose ici : le système du "un billet pour deux" n'est plus appliqué sur la plupart des trains transnationaux.

2.2. Les avantages tarifaires à l'étranger

Il n'est généralement pas possible de bénéficier de la gratuité ou des réductions en cours dans un autre pays. A de rares exceptions près - les pays du Bénélux par exemple - les aveugles et les malvoyants n'ont accès qu'aux concessions du pays où leur carte d'invalidité a été émise. Il convient cependant d'ajouter que, dans la pratique, l'attitude bienveillante du personnel aux guichets peut s'avérer déterminante.

Les chiens guides en provenance de l'étranger bénéficient de la gratuité ou de réductions sur les réseaux belge, portugais et russe. Ils sont soumis à quarantaine à leur entrée en Irlande et au Royaume Uni.

2.3. Résumé

En résumé, l'Accord de l'UIC est d'une portée somme toute limitée. Des transporteurs, pourtant signataires, ne semblent pas l'appliquer sur l'ensemble de leurs trains. De nombreuses lignes sont exploitées en partenariat avec d'autres compagnies ou dans le cadre de groupements d'intérêts économiques, d'où le fait que les usagers aveugles ou malvoyants ne bénéficient d'aucun avantage tarifaire sur certains trains transnationaux. Par ailleurs, il est quasiment impossible de bénéficier de la gratuité ou de réductions à l'étranger. Celles-ci étant financées localement, elles ne s'appliquent en principe qu'aux résidents du pays visité.

CONCLUSION

Le niveau des avantages tarifaires consentis aux aveugles et aux malvoyants dans les pays européens est généralement bon. L'option du "un billet pour deux", voire des dispositions encore plus avantageuses, est communément mise en œuvre aux plans national, régional et local. La situation au plan international laisse à désirer quant à elle. L'Accord de l'UIC, qui vise à généraliser le "un billet pour deux" à l'ensemble du réseau européen, est une bonne initiative mais son impact reste limité. Si certains trains transeuropéens pratiquent des tarifs avantageux, il n'en va pas de même sur un grand nombre de liaisons internationales sur lesquelles les aveugles et les malvoyants nécessitant un guide ou un chien guide doivent payer plus cher que les autres usagers. En outre, ils ne peuvent bénéficier des concessions en cours dans un pays visité, celles-ci n'étant ouvertes qu'aux résidents de ce pays parce que financées localement.

La Commission Mobilité et Accès aux Transports de l'UEA a lancé l'idée d'une carte de transport européenne à l'usage des aveugles et des malvoyants. L'introduction de cette carte s'appuierait sur la mise en place d'un mécanisme européen leur permettant de bénéficier de la gratuité ou de réductions où qu'ils se trouvent, y compris dans un autre pays. Parallèlement, et dans le cadre d'une politique commune du transport en Europe, l'Accord de l'UIC serait étendu à l'ensemble du réseau européen.

Le Troisième Paquet Ferroviaire de l'UE publié en 2004 est la première directive européenne qui mette l'accent sur les droits des passagers. Cinq de ses Articles intéressent spécifiquement les handicapés :

  • Le Premier garantit à toute personne dont la mobilité est réduite le droit élémentaire à réserver et acheter un titre de transport.
  • Le Deuxième garantit le droit à l'assistance.
  • Les autres Articles décrivent les modalités de l'assistance (embarquement, correspondances, débarquement) ; les prestataires et les conditions (pré-notification). Cependant, les dispositions de ces Articles portent principalement sur les personnes en fauteuil roulant et ne répondent pas de façon satisfaisante aux besoins des autres groupes de personnes handicapées.

La libéralisation du marché européen du transport et l'intégration du réseau ferroviaire deviennent une réalité tangible et contribuent à une plus grande mobilité au sein de l'espace européen. Toutefois, les aveugles et les malvoyants ne semblent pas bénéficier pleinement de ce mouvement. C'est, comme l'a noté la Commission Mobilité et Accès aux Transports de l'UEA, un domaine où des activités de lobbying intenses devront être mises en place pour sensibiliser les décideurs et les transporteurs aux besoins des usagers non ou malvoyants, et pour les convaincre de prendre des mesures en vue de leur pleine satisfaction. Le mécanisme mis en place pour financer l'assistance dans le transport aérien ne pourrait-il pas être utilement adapté au transport ferroviaire de façon à ouvrir la voie à l'introduction d'un système harmonisé de concessions tarifaires au plan européen.

Pour plus d'information et références, contacter le Bureau de l'UEA, ebuoffice@euroblind.org

Retour au sommaire

Calendrier

Comité Exécutif de l'UEA

25 - 27 Septembre 2008 Rethimnon (Crète)

Contact : Birgitta Blokland, Secrétaire Générale de l'UEA bjb202@hotmail.com

Commissions de l'UEA

* 4 - 5 Octobre 2008 LONDRES (UK)

Commission Technologie

Contact : Peter Brass

Courriel : mail@pbrass.de

* 4 - 5 Octobre 2008 LONDRES (UK)

Commission Culture et Education

Contact : Carol Borowski

Courriel : carol.borowski@tiscali.co.uk

* 10 - 11 Octobre 2008 TALLINN (Estonie)

Commission de Liaison avec l'UE

Contact : Rodolfo Cattani

Courriel : inter@uiciechi.it

Autres organisations

* Jusqu'au 8 Mars 2009 STRASBOURG (France)

Exposition Temporaire "Dialogue dans le Noir"

www.dialoguedanslenoir.com/fr/dialogue-dans-le-noir

* 3 – 6 Juillet 2008 Allemagne

Séminaire International de futsal

Contact : Neil O’Donovan, Président de IBSA Europe,

neil@ibsports.ie

* 4 – 5 Juillet 2008 HELSINKI (Finlande)

15ème Congrès Mondial RETINA

Des spécialistes venus du monde entier évoqueront les récents progrès en matière de recherche et de traitement des distrophies rétinales héréditaires, génétiques, etc. Pour la première fois, ils feront le point sur les résultats de tests effectués sur l'homme.

www.retina.fi/congress

Contact : Retina Office,

retinitis@kolumbus.fi

* 6 - 10 Juillet 2008 MONTREAL (Canada)

9ème Conférence Internationale sur la Basse Vision.

Au cours de sessions plénières et parallèles, d’éminents chercheurs et universitaires présenteront leurs travaux sur la recherche scientifique, les services de réadaptation et les aspects psychosociaux de la réintégration.

www.vision2008.ca

* 9 - 11 Juillet 2008 LINZ (Autriche)

11ème Conférence Internationale sur l'Informatique, une aide pour les personnes ayant des besoins spécifiques

“L'eEgalité : un défi global” – Accès pour tous à la Société de l'Information.

www.icchp.org

* 16 – 22 Août 2008 GENEVE (Suisse)

7ème Assemblée Générale et 4ème Forum des Femmes de l'Union Mondiale des Aveugles.

www.wbu2008.ch

* 25 – 28 Août 2008 QUEBEC (Canada)

21ème Congrès Mondial de Rehabilitation International.

Droits des personnes handicapées et intégration sociale : garantir une Société pour Tous.

Le Congrès a pour thème la nouvelle Convention des Nations Unies pour la Protection des Droits des Personnes Handicapées, qui est appelée à servir de cadre au développement des bonnes pratiques et à réalisation de projets qui amélioreront sensiblement les conditions de vie de centaines de millions de personnes handicapées.

RI-Québec 2008 rassemblera plus de 1,500 experts, chercheurs, militants des droits de la personne handicapée, représentants de gouvernements, prestataires de services, leaders de la société civile. Pendant trois jours, un programme de travail intensif, des animations et des visites touristiques de la ville de Québec leur seront proposés. C’est l’occasion de rencontrer des exposants du monde entier et de découvrir les derniers produits.

RI rassemble plus de 700 organisations dans une centaine de pays. C’est un réseau d’échange où les membres confrontent approches et solutions novatrices. RI a pour but de promouvoir le changement social, l’inclusion et les droits des personnes handicapées.

www.riquebec2008.org ou www.riglobal.org

Retour au sommaire




Dernière mise à jour de cette page :  21 septembre 2008


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Valentin Haüy (1745-1822) fût l'un des grands bienfaiteurs des aveugles français au tournant du xixe siècle. Maurice de la Sizeranne a immortalisé son nom en l'associant à plus d'une de ses réalisations, reconnaissant ainsi, la riche contribution de Haüy, pour l'émancipation et l'instruction des personnes aveugles de son époque.

TyphloPensée

« Il y a peut-être des exceptions. Mais la plupart des journalistes sont aveugles et manipulateurs comme les politiciens. Ils décrivent sans voir... »

Marilu Mallet - Miami trip

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.