Vous consultez : Le Typhlophile / AVH - Nouvelle Calédonie - Bulletin N° 7 - Juillet 2003
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

AVH - Nouvelle Calédonie - Bulletin N° 7 - Juillet 2003

Quatre cannes blanches.

Samedi 14 décembre 2019 à 11:20:05 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une calculatrice scientifique.
Une calculatrice scientifique parlant français. Celle-ci a été inventée par un québécois, Gaston Ozilot, durant les années 1980 et jusqu'à ce jour, elle est la seule à avoir ces caractéristiques.





Partager la page sur Facebook

Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / AVH - Nouvelle Calédonie - Bulletin N° 7 - Juillet 2003

17 août 2003

Association Valentin Haüy pour le bien des Aveugles - Comité de Nouvelle-Calédonie

38, Rue Taragnat - Vallée des Colons - BP 3739 - NOUMEA-CEDEX
Tél/Fax : 24.11.15 - Adresse E-mail : avhnc@lagoon.nc

Bulletin de liaison
du comité local de Nouvelle-Calédonie de
l'Association Valentin Haüy pour le bien des aveugles
Numéro 7 - Juillet 2003 - Gratuit

ÉDITO du PRÉSIDENT

Les déficients visuels de Calédonie ont "la boulette" ! Ces dernières semaines, ils ont su le démontrer à ceux qui en doutaient encore... l'AVH a participé en masse au défi 1000 km organisé par les Kiwanis Hibbertia, mais surtout nos équipes de raideurs qui s'entraînent activement sous la houlette de Michel et Claudine furent très remarquées lors du très récent raid de l'espoir à Goro (Merci au Kiwanis Kenu qui nous a offert les nscriptions).

Une sortie à Yaté, dans le sud Calédonien que la plupart des adhérents découvraient pour la première fois, avec le grand plaisir de se retrouver en groupe la veille au soir, au coin du feu sous les étoiles. Nous tenons à remercier l'ensemble des personnes, bénévoles et animateurs, chargées de l'encadrement ainsi que l'APEHNC qui nous a gentiment prêté son minibus pour cette belle opération.

Handicapé = citoyen à part entière, Johanna, Vivianne et Jean-Michel, vous tracez la voie que doivent suivre l'ensemble des adhérents de l'AVH : la route est parsemée de racines, de cailloux, de branches, etc... mais à force de courage et de ténacité, il est possible de participer "comme les autres" à la vie sociale.

ACTIVITES

*** FLASH SPECIAL EXPLOITS ***

1000 KM EN 3 HEURES - Viviane

Rendez-vous sportif organisé par le KIWANIS Hibertia au profit des handicapés, le but, parcourir 1000 km en 3 heures, en cumulant le parcourt de tous les participants. Le soleil est de la partie, le site choisi superbe promenade Pierre Vernier en bord de mer, bordée de palmiers, et une grande participation de l'AVH. Un trajet de 3 km à parcourir en marchant ou en courant. a 9h le départ est donné, et c'est avec entrain que tous nous sommes partis pour un premier trajet. a chaque retour nous nous retrouvons à l'ombre d'un bel arbre pour échanger nos impressions, nous encourager, et nous restaurer. L'ambiance est très sympathique, et chacun d'entre nous donne le meilleur de lui-même. a midi, fin de ce challenge, près de 600 km ont été parcourus. Nous sommes tous très fiers de nos efforts, 12km pour certains d'entre nous. Nous ne manquerons pour rien au monde le rendez-vous de l'année prochaine, et pourquoi ne pas vous joindre à nous ?

LES MALVOYANTS DE L'AVH SUR LE CHEMIN DES JAPONAIS ! - Michel

Le vendredi 20 juin le pique-nique mensuel est prévu au "Bois du sud" et la randonnée à partir du "Pont Gaüzer", le long de la rivière de la Pirogue. L'aller se fait par la large piste menant de ce pont au gué sur la rivière, 4km plus loin, même pour les aveugles et les malvoyants cette marche d'une heure est relativement aisée. Courte halte pour récupérer puis nous décidons le retour par le "chemin des Japonais" qui longe la rivière... Le parcours s'avère en fait semé d'embûches et de difficultés énormes que les malvoyants et leurs guides ont affrontées, les premiers avec une confiance absolue au guide, les seconds faisant preuve d'une maîtrise et d'un sang froid

Extraordinaire. En effet, quelques minutes après le départ il faut traverser un premier canyon profond de 4 ou 5 mètres, aux parois verticales de terre rouge. La vieille poutre, reste de l'ancienne voie ferrée, mal équarrie, creusée par les intempéries, est la seule voie possible. Les couples guides-malvoyants marchent avec d'infinies précautions, centimètre par centimètre, le long de cette poutre, tous les sens, les muscles et les nerfs aux aguets des réactions de l'autre. Pendant les trois heures qui suivent, cette situation se reproduit une bonne dizaine de fois, toujours aussi dangereuse, de plus en plus épuisante. Parfois, en absence de vieille poutre il faut descendre dans le canyon et remonter de l'autre côté. Une difficulté supplémentaire est la présence presque tout le long du chemin des anciennes traverses en bois contre lesquelles les aveugles et malvoyants doivent éviter de buter, se fiant à la voie et aux mouvements de leur guide.

Après cette randonnée, les malvoyants et les guides de L'association Valentin Haüy, bien que conscients des dangers affrontés, ont maintenant une confiance absolue dans leurs possibilités, même s'il a été décidé d'éviter à l'avenir de tels parcours. Cet avenir, justement, nous mène au 20 juillet où plusieurs tandems guides-malvoyants, enfants et adultes, ont participé au RAID DE L'ESPOIR" sur un parcours au bon dénivelé, au départ de "PORT BOISE"

Sur ce parcours, d'une quinzaine de kilomètres, les plus grands raideurs de Nouvelle Calédonie étaient aussi présents.

LE RAID DE L'ESPOIR DU 20 JUILLET 2003 - Michel

Ce raid est organisé par le KIWANIS CLUB KENU NOUMEA, sur les terres du Grand Chef ATTITI, parrain de la manifestation, au départ du gîte KANUa à GORO. Le bénéfice ira intégralement à l'enfance handicapée dont le soutien est l'un des buts principaux des clubs KIWANIS.

22 personnes de tous âges représentant l'AVH, se retrouvent dès le samedi 19 au gîte IYa de VAO. Après le pique-nique, tout le monde va flâner sur la plage et le platier à la recherche des coquillages, on y remarque aussi des tricots rayés, des étoiles de mer de toutes les couleurs, une murène etc.

Le soir il y a au menu une grosse salade de pâtes, indispensable pour l'effort à fournir le lendemain et des grillades. Comme la Coleman de Gisèle refuse de s'allumer nous sommes obligés de surveiller le barbecue à la lueur d'une dizaine de bougies, c'est sympa. Nous mangeons dans la salle de restaurant du gîte et à 21h30, tout le monde au dodo, qui dans son bungalow, sa tente ou le dortoir animé par les rires.

Dimanche 5h30, saut du lit, toilette plus ou moins sommaire, petit déjeuner dans la salle du restau, offert par l'AVH et départ pour KANUA, 50 minutes de route en grande partie goudronnée. 160 équipes de deux concurrents sont engagées dont de grosses pointures pas venues là pour rigoler. L'AVH présente 8 équipes : 3 pour les 17km et 5 pour les 4km. Dès le départ à 8h45, un fort dénivelé de 100m nous accueille, le sentier est trop étroit pour permettre les dépassements aussi la vitesse est celle du plus lent, en gros 3km/h, à suivre un long replat parsemé de trous, cailloux, racines et embûches diverses, ravinées par les fortes pluies des derniers jours qui ruissellent encore en travers du chemin puis, c'est la descente vers le gîte pour ceux qui ont choisi les 4km, vraiment pas du gâteau, le parcours n'a pas été tracé pour des gosses. Falaï Valéria, James, Annabelle et Nelly s'en sont très bien tiré, leurs accompagnateurs aussi. Pour les 3 équipes qui ont choisi les 17km le tracé devient plus roulant, avec Jean-Michel nous pouvons courir sur les parties les moins abîmées, nous traversons des creeks, une rivière (2 fois) sur un tronc d'arbre, une multitude de ruissellements et marécages, au début nous essayons de garder les chaussures sèches en cherchant à sauter de pierre en pierre, mais au bout de deux ou trois fois, nous préférons filer tout droit pour ne pas perdre de temps. Et voilà qu'arrive le 7ème km, et là, faut lever la tête pour voir la suite du parcours, bien haut nous apercevons les premiers qui en on fini avec ce dénivelé de 200m, très raide. C'est dur, le chemin est raviné de canyons de 1 à 2 mètres de profondeur, il faut sans cesse changer de côté ou enjamber ces failles. Puis c'est la descente, avec un passage d'une trentaine de mètres presque en surplomb sur une vallée, il faut s'agripper à une grosse corde tendue le long de la paroi. Nous arrivons au niveau de la mer, il n'y a plus de réelles difficultés, nous sommes maintenant habitués aux pièges des sentiers. Par contre la lassitude se fait sentir, nous languissons d'arriver, encore quelques dizaines de minutes et nous franchissons la ligne sous les applaudissements, nous étions partis 2 heures 30 plus tôt. Mais, où sont donc les deux autres équipes ?

Johanna accompagnée et guidée par le tandem Claudine-Cinthya et Viviane accompagnée de Michéle. a mon avis, et je le dis au mari de Johanna et à tout le monde, il est impossible qu'elles aient pu faire ce parcours, les difficultés sont énormes, elles doivent attendre à un point de contrôle qu'un véhicule les ramène, faut pas se faire d'illusion. Et pourtant. 10 minutes après Jean-Marc nous annonce que les deux équipes ont été pointées au CP6, c'est à dire qu'elles ne peuvent plus faire marche arrière, plus aucun véhicule ne peut les atteindre pour les 4 derniers km. 50 minutes plus tard, sous les applaudissements et les cris de joie poussés par les 2 ou 300 personnes qui sont massées sur le parking, nos deux équipes font leur apparition, et c'est bien d'une apparition qu'il s'agit, elles ont accompli un exploit. Elles peuvent en être fieres et l'AVH avec. Elles seront récompensées par des lots bien mérités. Le travail accompli par tous a porté ses fruits, rendez-vous l'année prochaine, plus nombreux encore...

TÉMOIGNAGES

LE VOYAGE a BANGKOK _ Rolland

Le jeudi 1er juillet 1999 au matin je suis parti pour l'aéroport de Tontouta avec le car du handisport ainsi que mes camarades du basket, de l'athlétisme, et de l'haltérophilie. a 7h00 les Nouvelles Calédoniennes sont venues faire un reportage-photos sur tout le groupe. Pour ma part je suis dans l'équipe de basket. Puis nous avons pris le vol d'AOM pour Sydney où nous sommes arrivés à 14h00 Nous en sommes repartis le soir à 22 heures pour Bangkok et y sommes arrivés le samedi 3 juillet 1999 au matin. Le président du handisport et l'entraîneur sont allés repérer la salle de basket, pendant leur absence nous nous sommes installés dans les chambres pour récupérer de ce long voyage. Le soir, vers 19h00 heures nous sommes allés dans le grand stade de Bangkok pour défiler avec tous les pays du Pacifique.

Dimanche vers 8h00 heures du matin nous somme allés en ville pour faire des courses et la visiter, les gens sont gentils, mais ils ne parlent pas français, sauf le chauffeur de notre bus qui nous comprend un peu. Les maisons, les rues pleines de monde, tout est différent de chez nous. Le soir nous sommes rentrés à hôtel et nous avons mangé un peu de tous les plats thaïlandais.

Le lundi matin nous avons prit le petit déjeuner à 8h00 puis nous somme partis à la salle de basket pour un entraînement de trois heures, puis repos et préparation du match de la soirée contre le Japon. Nous avons perdu, ils sont vraiment forts.

Mardi, même programme, et le soir match contre l'équipe de l'Inde. Là nous sommes bien les plus forts et nous avons gagné !

Mercredi, idem et le soir nous avons joué contre les Australiens, malgré notre courage et notre volonté de vaincre, ils sont les meilleurs, nous avons perdu...

Jeudi, même emploi du temps, petit-déjeuner, entraînement, déjeuner, repos-relaxation et match du soir, ce jour là contre la Nouvelle-Zélande et nous avons encore perdu, pourtant nous sommes une bonne équipe, bien soudée.

Vendredi, petite visite, repos et départ en soirée pour l'Australie où nous sommes arrivés à Sydney le samedi matin puis départ à 14 heures pour Tontouta où nous sommes arrivés le soir à 19h00.

Un beau voyage pour un jeune calédonien handicapé, mais un peu déçu d'avoir perdu plusieurs matchs, même si c'est contre de grandes équipes et que nous sommes un petit pays !

LE 14 JUILLET, QUAND HENRIETTE ETAIT UNE PETITE FILLE -Henriette

C'était la fête !. Pour toute la population bien sur, mais pour nous les gosses c'était déjà la fête depuis une dizaine de jours sur notre îlot Freycinet, car on nous l'avait annoncée pour que nous, les petits sauvages, nous nous entraînions à marcher avec des chaussures ! Tous les cinq on va aller à Nouméa avec la grande sœur qui nous élève et un grand frère. On n'en dort plus!, le jour J, 13 juillet, on embarque dans la grande baleinière et,à la voile et à la rame, pendant les deux heures et demi du voyage on rit, on chante, bref, nous sommes insupportables.

Sur la place des cocotiers remplie de petites baraques tenues par des japonais et des arabes on ne sait plus où dépenser nos sous.

Sur la planchette du marchand, on range sur un numéro une pièce de 10 ou 20F et on regarde tourner la roue. On ne quitte pas notre pièce des yeux, on ne gagne pas toujours, il y a aussi des chevaux de bois. Mes frères préfèrent monter les pieds dans les étriers et les rennes bien en main, tandis que nous, les petits, nous nous cramponnons au cou de notre cygne ou de notre girafe, bien assis sur le siège. On va regarder le mât de cocagne où les adultes grimpent pour décrocher bouteilles ou saucissons, tricots ou manous et autres paquets de tabac. La musique dispensée par le gramophone joue "les gars de la marine " ou "la Madelon", on fait cercle autour du vieil arabe qui fait griller les pistaches dont nous nous régalons toute la journée avec les gaufres et beignets. Un jeu est proposé aux orphelines : les yeux bandés ciseaux en main, elles passent entre deux cordes tendues à hauteur de la ceinture et coupent le fil où sont attachés des jouets : cordes à sauter, boîtes de jeux, livres d'images et sachets de bonbons. Une course à pied est organisée autour de la place avec en récompense des volailles ou des cochons vivants et hurlants et caquetants. Le retour en calèche est un régal, surtout que sur l'îlot nous n'avons pas de cheval, on préfère quand même les taxis automobiles qui commencent à les remplacer.

COUP D'OEIL

OPERATION PORTES OUVERTES - Hélène

Pour nos petits amis les élèves de CM2 de Koutio. venus nous rendre visite, accompagnés de leur institutrice, Mme CRAVI .le jeudi 17 juillet 2003.

Divers ateliers ont été mis en place afin qu'ils puissent découvrir notre environnement. Beaucoup d'attention, beaucoup de questions, nous espérons avoir répondu à leur soif de savoir...

ENSEMBLE, AIDONS LES AVEUGLES ET MALVOYANTS

À ROMPRE LEUR ISOLEMENT ET a AMELIORER LEUR VIE QUOTIDIENNE.

Dons et legs - CCP 14158 01022 0000910X051 25

Vous avez l'esprit créatif, associatif, vous aimeriez donner de votre temps, nous sommes dans l'attente du savoir-faire que vous pourriez nous transmettre.

________________________________________

Association Valentin Haüy pour le bien des Aveugles -

Comité de Nouvelle-Calédonie

38, Rue Taragnat - Vallée des Colons - BP 3739 - 98846 - NOUMEA-CEDEX

Tél/Fax : 24.11.15 - Adresse E-mail : avhnc@lagoon.nc

Claudine Marchive
Courriel : claupe@canl.nc



Dernière mise à jour de cette page :  17 août 2003


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Le système de lecture et d'écriture braille, mis au point vers 1825 par Louis Braille, s'inspire d'un code de communication nocturne utilisé par l'armée de cette époque. (Le Code Barbier.)

TyphloPensée

« La chose la plus belle d'un individu, n'est pas l'image qu'il représente, mais la lumière intérieure qu'il dégage. »

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 23 septembre 2019
© 1996/2019; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.