Vous consultez : Le Typhlophile / UNIFORMISATION DU BRAILLE FRANÇAIS
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

UNIFORMISATION DU BRAILLE FRANÇAIS

Quatre cannes blanches.

Lundi 11 décembre 2017 à 00:32:58 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une télévisionneuse.
Cet appareil permet à une personne mal-voyante d'avoir un accès direct à un document imprimé. Une caméra renvoie sur un écran l'image d'une portion de la page et des contrôles permettent d'ajuster la taille des caractères aux besoins du lecteur.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / UNIFORMISATION DU BRAILLE FRANÇAIS

23 octobre 2007

Monsieur Côté,

Dans votre long réquisitoire contre le braille français uniformisé, vous affirmez qu'en 2003 une tournée d'information et d’évaluation a eu lieu avant même qu’une ébauche du nouveau code ait été présentée aux lecteurs de braille. Mais sur quoi donc aurait porté cette vaste consultation que le RAAQ a menée à travers le Québec ? Sur quoi donc les réseaux de l'Éducation et de la Réadaptation ont-ils sollicité l'avis des professionnels concernés par le braille et des lecteurs tactiles qu'ils desservent. Dès 2003, avec le dépôt d'une proposition d’une nouvelle table des caractères braille, les enjeux fondamentaux de la réforme étaient présentés aux usagers.

Prenez donc la peine de lire ou relire le rapport de cette expérimentation. Vous serez à même d'y observer l'intelligence et la maturité des lecteurs de braille qui ont réaffirmé leur appui à l'uniformisation du braille français, allant jusqu'à préciser, à 80%, qu'en dépit de certaines préférences, ils étaient prêts aux inévitables compromis qu'une telle uniformisation entraîne.

L'implication concrète des lecteurs de braille dans cette démarche d'uniformisation ne s'arrête pas là. Peu après le dépôt des parties 1 et 2 du nouveau Code, le RAAQ a lancé auprès de ses associations affiliées un appel d'intérêt afin d'inviter tous les intéressés à participer aux travaux de son Comité consultatif sur le braille.

Ce Comité s'est réuni à plusieurs reprises pour analyser la proposition d’un nouveau Code et a rencontré certains des experts québécois associés à la démarche internationale. Ce Comité a formulé une recommandation favorable à l'égard du nouveau Code et, en octobre 2006, le Conseil d'administration du RAAQ l'adoptait à l'unanimité. Ce même Conseil a réitéré son appui à l'uniformisation du braille en février 2007. Le 22 septembre 2007, en assemblée générale, les délégués du RAAQ, dans leur plan d'action 2007-2008, convenaient d'effectuer les suivis relatifs à l’adoption au Québec du nouveau « Code de transcription en braille des textes imprimés  ».

Il est donc faux de prétendre, comme vous le faites, que les usagers du braille ont été ignorés et que le RAAQ se refuse à consulter et informer ses membres. Donnez-vous la peine de feuilleter les  Info-RAAQ des dernières années et vous serez à même de constater le contraire.

Vous déplorez qu'au Comité québécois de concertation sur le braille (CQCB) on retrouve des non-usagers du braille. C'est une situation tout à fait courante pour une instance politique. Sur huit membres, il y a tout de même trois usagers réguliers du braille, un usager occasionnel et un représentant des enfants handicapés visuels. Pour toutes questions techniques requérant une connaissance approfondie du braille, le CQCB s'appuie sur un Comité technique de professionnels du braille dont quatre des six membres sont aveugles ou amblyopes.

Vous mettez en doute la légitimité du CQCB à traiter des questions du braille. Vous ignorez donc que ce Comité est né de la volonté commune du milieu associatif et des réseaux de l'Éducation et de la Réadaptation de se donner un lieu de concertation neutre et indépendant. Vous ignorez donc que l'un des mandats fondateurs de ce Comité est de coordonner la participation québécoise à la démarche d'uniformisation du braille français.

Cette ignorance me surprend d'autant plus, qu'au procès-verbal d'une réunion du CQCB, on apprend que vous avez été personnellement associé à certains de ses travaux et que vous avez préféré vous retirer. Et aujourd'hui, vous osez prétendre avoir été écarté du projet d’un nouveau Code!

Vous insinuez que le Québec s’apprête à reconnaître un Code différent de celui qui a été élaboré à l'international. Cette confusion, que vous entretenez, doit être dissipée : le document qui aura juridiction au Québec portera le même nom que le document international, avec la mention supplémentaire « Édition québécoise ». Ce document de référence sera bien évidemment fidèle à l’esprit du document international à partir duquel il est confectionné. Il présentera toutefois l'information de façon différente, modulera certaines recommandations et proposera une variété accrue d’exemples mieux adaptés au contexte québécois.

Vous terminez votre propos, en signalant, avec raison, que les lecteurs de braille ont « l’intelligence et les connaissances qu’il faut pour se comparer à toute personne voyante ». Cette constatation vous sera sans doute d'un grand réconfort, puisque cette « intelligence » permettra justement aux lecteurs de braille de s'adapter à cette modeste réforme, de la même manière que, voyants et non-voyants, s'adaptent, jour après jour, à une vie moderne en constante évolution.

Pierre Croisetière, lecteur de braille,
président, Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec



Dernière mise à jour de cette page :  23 octobre 2007


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Louis Braille naquit le 4 janvier 1809 à Coupvray, petit village agricole de la banlieue Est de Paris. Il mourut à Paris, à l'âge de 43 ans, le 6 janvier 1852. C'est vers 1825 qu'il mit au point l'alphabeth qui, déshormais, porte son nom. Aujourd'hui encore, il est utilisé comme système de lecture et d'écriture par les aveugles du monde entier.

TyphloPensée

« L'aveugle vous regarde de toutes ses oreilles. »

Gilbert Cesbron

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.