Vous consultez : Le Typhlophile / Pour les parents d'enfants handicapés visuels - Que le monde à eux aussi se révèle...
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Pour les parents d'enfants handicapés visuels - Que le monde à eux aussi se révèle...

Quatre cannes blanches.

Vendredi 15 décembre 2017 à 22:36:29 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une machine unimanuelle à écrire le Braille.
Principalement utilisée pour la re-transcription braille. Pendant qu'une main procède à la lecture, de l'autre, il est possible d'écrire. La Perkins Brailler a été inventée par un Américain Frank H. Hall à la fin du XIXe siècle. Un clavier de 9 touches permet de reproduire les 64 symboles braille et d'effectuer toutes les tâches requises pour l'écriture. De construction robuste, elle n'a à peu près pas connu de transformation majeure et elle est toujours en usage malgré l'avènement des systèmes informatisés.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Pour les parents d'enfants handicapés visuels - Que le monde à eux aussi se révèle...

28 février 2009

Texte tiré de :
Le Devoir, Cahier spécial,
samedi, 31 janvier 2009

Pour les parents d'enfants handicapés visuels - Que le monde à eux aussi se révèle...

L'école Jacques-Ouellette est la seule école québécoise spécialisée en déficience visuelle
Valérie Corriveaux

Selon certaines études, l'individu bâtit environ 83 % de sa perception du monde environnant grâce à la vision. Pour les handicapés visuels, privés totalement ou partiellement de la vue, l'apprentissage passe nécessairement par le raffinement des autres sens. En matière d'éducation, que ce soit à la maison ou à l'école, la cécité entraîne forcément des défis de taille...

Quel que soit le degré d'atteinte visuelle, les aveugles doivent apprendre à découvrir le monde grâce à leurs sens fonctionnels. Pour les enfants complètement aveugles, la cécité semble souvent plus facile à vivre que pour ceux ayant un résidu visuel, leur adaptation ayant tendance à se faire plus naturellement.

«Pour l'enfant complètement aveugle, ce sera généralement plus rapide, ses deuils seront moins difficiles à faire. Par contre, il aura besoin de beaucoup plus d'encadrement. On devra lui fournir des explications verbales et lui faire toucher les choses pour lui faire comprendre les textures. Mais, généralement, il va développer ses autres sens d'une façon beaucoup plus importante que les autres enfants», affirme Rolland Savard, directeur de l'Association québécoise des parents d'enfants handicapés visuels (AQPEHV).

Nécessaire adaptation

Pour l'enfant ayant un résidu visuel, la situation est différente; l'adaptation est habituellement plus difficile, car tant que cet enfant peut voir certaines choses, il utilise de façon restreinte ses autres sens ou les outils à sa disposition. Pour l'entourage, cela implique bon nombre d'ajustements.

«Il faut penser à installer un éclairage intérieur approprié, des stores pour éviter l'éblouissement, des bandes contrastantes pour signaler des obstacles. Il faut privilégier l'utilisation des couleurs pour faire ressortir des objets, se procurer des jeux adaptés pour jouer avec les amis, etc.», précise M. Savard.

Pour les frères et sœurs d'enfants handicapés visuels, la période d'adaptation peut aussi être éprouvante. C'est ce que relate Brigitte Roy, intervenante en psychologie auprès d'enfants autistes et mère de trois enfants, dont deux sont atteints d'une déficience visuelle dégénérative.

«Au départ, pour ma fille aînée qui n'est pas aveugle, ce n'était vraiment pas facile. Elle n'était pas habituée au gardiennage, alors passer des semaines complètes chez ses grands-parents ou des amis quand nous étions à l'extérieur pour des rendez-vous à l'hôpital, ce n'était pas évident. Aujourd'hui, ça va beaucoup mieux. Elle prend sa place et, de notre côté, on fait très attention pour lui donner individuellement du temps de qualité.»

Sur les bancs d'école

Au Québec, il n'existe qu'une seule école spécialisée en déficience visuelle, l'école Jacques-Ouellette. Établie à Longueuil, elle accueille 80 élèves âgés de 4 à 21 ans. Par le biais de son service de soutien à l'intégration, elle suit aussi le cheminement de 244 élèves intégrés dans différentes écoles des commissions scolaires de l'Ouest du Québec.

«Nous appliquons le programme de l'école québécoise du ministère de l'Éducation. Les démarches pédagogiques sont adaptées aux besoins spécifiques de notre clientèle, tout en respectant l'ensemble des contenus dans toutes les disciplines. Nous respectons aussi le rythme d'apprentissage de chacun de nos élèves», souligne Rachel Leclair, directrice de l'établissement.

Sur le plan architectural, l'école Jacques-Ouellette est entièrement conçue pour répondre aux besoins spécifiques de sa clientèle. Des murs en demi-cercle mènent les élèves vers les portes de leurs classes, des tuiles de couleurs différentes délimitent les espaces et, en guise de plan, on trouve sur un mur une immense maquette des lieux.

En matière d'équipement, l'école est aussi bien pourvue. Dans les classes, chaque élève dispose d'un ordinateur adapté à sa déficience visuelle, en plus du matériel pédagogique spécialisé. Une piscine et un gymnase, des locaux de développement sensoriel, des salles de musique et d'art ainsi qu'un laboratoire d'informatique permettent aux élèves de poursuivre leur cheminement scolaire dans les meilleures conditions. De plus, la bibliothèque scolaire offre de la littérature jeunesse en braille et en caractères agrandis aux élèves scolarisés dans l'établissement et à ceux qui y sont intégrés.

Vers l'autonomie

Mettre un manteau, enfiler des bottes ou lacer des souliers sont des gestes qu'on découvre normalement à un jeune âge. Rapidement, on apprend à les accomplir de façon autonome. Pour l'enfant atteint d'une déficience visuelle, ces gestes n'ont rien d'anodin. Afin de parvenir à les exécuter, il doit s'entraîner et recevoir des indications claires quant à la façon de le faire.

«Aujourd'hui, dans la vie, on est pressé, observe M. Savard. Pour aller plus vite, les gens entourant les enfants aveugles peuvent avoir tendance à faire les choses pour eux, pour gagner du temps. Beaucoup vont passer par-dessus une règle primordiale: un enfant handicapé visuel a besoin de temps! Il faut faire des gestes très tôt pour réduire la surprotection de l'enfant par ses proches, car c'est toute sa capacité d'acquérir son autonomie qui est en jeu.»

Lorsque survient l'étape de dissociation d'avec les parents à l'adolescence, la traditionnelle crise est souvent bien éprouvante pour les enfants handicapés visuels. Ne pouvant prendre autant de distance de leurs proches que les autres adolescents, ces jeunes sont confrontés à de nombreuses frustrations.

À l'approche de cette période, Mme Roy éprouve une légère inquiétude: «Mon fils Benjamin adore les moteurs et les choses typiquement masculines. Déjà, il a commencé à se demander ce qu'il fera plus tard parce qu'il ne pourra pas conduire. C'est la même chose quand ses amis partent à vélo, il ne peut pas les suivre. Je sais très bien qu'à 10 ans il voudra être autonome et ne pas toujours avoir ses parents derrière lui! Je suis convaincue qu'il aura un deuil à vivre et que ça ne sera pas facile... Mais notre travail, ce sera de lui faire prendre conscience qu'il a d'autres forces et qu'il pourra faire une belle vie malgré son handicap.»

S'outiller

Pour réussir à relever les défis occasionnés par la cécité, les parents d'enfants handicapés visuels doivent s'outiller correctement. Au Québec, l'AQPEHV et l'école Jacques-Ouellette sont des références en la matière. Incontournable ressource, l'AQPEHV offre différents services complétant les services publics et permet aux parents d'obtenir le soutien dont ils ont besoin. Pour sa part, l'école Jacques-Ouellette ouvre ses portes aux parents et aux intervenants scolaires qui désirent en savoir davantage. «Rallier les rangs de l'AQPEHV, participer à des activités, s'informer ou se joindre à un groupe d'entraide, c'est s'outiller pour mieux affronter les situations aux différentes étapes du développement de l'enfant, souligne M. Savard. Le partage des expériences contribue à renforcer les capacités parentales pour faire les bons gestes au bon moment...»

- Pour plus d'information : www.aqpehv.qc.ca, insi que educ.csmv.qc.ca/jacques_ouellette

Collaboratrice du Devoir

© 2009 Le Devoir. Tous droits réservés.



Dernière mise à jour de cette page :  28 février 2009


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Louis Braille naquit le 4 janvier 1809 à Coupvray, petit village agricole de la banlieue Est de Paris. Il mourut à Paris, à l'âge de 43 ans, le 6 janvier 1852. C'est vers 1825 qu'il mit au point l'alphabeth qui, déshormais, porte son nom. Aujourd'hui encore, il est utilisé comme système de lecture et d'écriture par les aveugles du monde entier.

TyphloPensée

« La piété est tout aussi aveugle que l'amour et les autres passions. »

Pierre Karch - Jeux de patience

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2017; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.